Des ob­sé­dés dans la cam­pagne

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Zapping - Pierre-Oli­vier Vé­rot

Les plus grands ad­dic­to­logues de­vraient se pen­cher sur leur cas. Car leur dé­pen­dance psy­cho­lo­gique voire phy­sio­lo­gique est avé­rée et sé­vère, même s’il est dif­fi­cile de sa­voir s’ils en souffrent vrai­ment. Leur en­tou­rage, c’est plus que pro­bable. Leur drogue, leur opium, leur ob­ses­sion, c’est le pou­voir. Que le trône su­prême, à l’Ély­sée, sym­bo­lise. Ce Graal, cer­tains y pensent de­puis qu’ils sont tout pe­tits. D’autres de­puis qu’ils sont en­trés dans les grandes écoles. Cer­tains ont es­sayé d’ar­rê­ter. Et ils ont re­chu­té. Alain Jup­pé et son exil au Qué­bec. Ni­co­las Sar­ko­zy et Ar­naud Mon­te­bourg et leur am­bi­tion re­ven­di­quée de « faire du fric ». Pour ne ci­ter qu’eux. Et les voi­là dé­jà tous en course pour la grande foire du trône qui va s’in­ten­si­fier de plus belle à par­tir de cette ren­trée. Contrai­re­ment aux autres ad­dic­tions, celle-ci pré­sente en outre la spé­ci­fi­ci­té d’être conta­gieuse. Avec une pé­riode d’in­cu­ba­tion as­sez courte. Ain­si Em­ma­nuel Ma­cron sent dé­jà ses jeunes ailes pous­ser. Il vou­drait ac­cé­der au pou­voir su­prême sans même avoir été un jour élu dans son quar­tier. Comme Do­mi­nique de Ville­pin avant lui. Ra­pide, sé­vère, la ma­la­die est éga­le­ment du­rable : Mé­len­chon, Al­liot-Ma­rie, Fillon, Cop­pé…, ils sont en­core tous là. Sans par­ler du pré­sident sor­tant qui lui, « pas de bol » - comme il le dit - de­vra peut-être pas­ser son tour. Dé­ci­dé­ment sour­noise, l’ad­dic­tion peut aus­si avoir un ca­rac­tère gé­né­tique. Les gé­né­ra­tions Le Pen en té­moignent. Un peuple doit-il ac­cep­ter d’être gou­ver­né par des pa­tients at­teints à ce de­gré ? Ne leur en vou­lez pas, c’est plus fort qu’eux. Et après tout, ça dure de­puis la nuit des temps.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.