De­ve­nir sa­peur-pom­pier vo­lon­taire

Les sa­peurs­pom­piers vo­lon­taires et pro­fes­sion­nels se forment tout au long de l’an­née

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrison -

Le centre d’in­ter­ven­tion et de se­cours de Montbrison (CIS), sous les ordres du ca­pi­taine Be­noît Rou­chon, compte une cen­taine de pom­piers, dont 70 % de pom­piers vo­lon­taires (SPV).

ans la ma­jo­ri­té des centres de se­cours, les sa­peurs­pom­piers vo­lon­taires (SPV) re­pré­sentent une par­tie im­por­tante du contin­gent. Cette mis­sion consti­tue un vé­ri­table en­ga­ge­ment al­lant bien au­de­là des in­ter­ven­tions ponc­tuelles au cours des­quelles l’usa­ger peut les ren­con­trer. Ces vo­lon­taires, qui doivent être dis­po­nibles à tout mo­ment, sont conti­nuel­le­ment te­nus de se for­mer pour pra­ti­quer les gestes qui sauvent et d’ac­qué­rir des tech­niques tou­jours en évo­lu­tion.

Une for­ma­tion ini­tiale de quinze jours

Le lieu­te­nant Nou­vel est res­pon­sable de la for­ma­tion pour la com­pa­gnie Ouest Fo­rez (Montbrison, Saint­Ro­main­le­Puy, Saint­Jean­So­ley­mieux, Chal­ma­zel, Noi­ré­table, Boën­sur­Li­gnon, SaintGeorges­en­Cou­zan et Sail­sous­Cou­zan). Le lieu­ te­nant Sté­phane Chauve s’oc­cupe plus spé­ci­fi­que­ment de la for­ma­tion des SPV de Montbrison.

Pour de­ve­nir SPV, il faut d’abord faire acte de can­di­da­ture au­près du centre d’in­ter­ven­tion et de se­ cours. Le re­cru­te­ment est ef­fec­tif après des tests spor­tifs et un en­tre­tien. En 2016, en­vi­ron huit SPV ont été re­cru­tés. Ils ont ef­fec­tué une for­ma­tion de quinze jours en juillet. Pour les sa­la­riés, une conven­tion peut par­fois être si­gnée avec l’em­ployeur.

Cette for­ma­tion a por­té sur les SAP (se­cours à la per­sonne), avec des no­tions ap­pro­fon­dies de se­cou­risme et les DIV (in­ter­ven­tions di­verses) comme les arbres tom­bés sur la route, la lutte contre les hy­mé­no­ptères, le pom­pa­ ge lors d’inon­da­tions…

À l’is­sue de cette for­ma­tion ini­tiale, les vo­lon­taires peuvent par­tir en in­ter­ven­tion avec un tu­teur (uni­que­ment pour les SAP et les DIV ).

As­treintes et ma­noeuvres

À ce stade, le SPV est in­té­gré dans une équipe de garde avec une se­maine d’as­treinte par mois qui com­mence un sa­me­di ma­tin. Le prin­cipe : les pom­piers d’as­treinte sont ap­pe­lés en pre­mier même si les autres se tiennent éga­le­ment dis­po­nibles, si be­soin (à par­tir du mo­ment où ils sont à leur do­mi­cile). En se­maine sept pom­piers au mi­ni­mum doivent être pré­sents à la ca­serne dont deux vo­lon­taires. Trois tranches d’ho­raires sont mises en place : de 7 à 14 heures, de 14 à 19 heures et de 19 à 7 heures.

Plus tard, la for­ma­tion por­te­ra sur la lutte contre les in­cen­dies et les feux de fo­rêt, sur une du­rée de quinze jours frac­tion­nés.

Outre cette for­ma­tion ini­tiale, les pom­piers vo­lon­taires doivent se for­mer en per­ma­nence en par­ti­ci­pant à des exer­cices un di­manche par mois, de 7 à 12 heures, afin de ren­for­cer les ac­quis.

Des ma­noeuvres obli­ga­toires se dé­roulent chaque se­maine, chaque pom­pier vo­lon­taire de­vant s’or­ga­ni­ser pour pou­voir y par­ti­ci­per.

Au CIS de Montbrison, l’équipe est sou­dée et cha­cun des pom­piers sait agir sans pa­nique ni pré­ci­pi­ta­tion pour ap­por­ter le plus ra­pi­de­ment pos­sible les se­cours et sau­ver un maxi­mum de vie.

EXER­CICE. En cas d’hy­po­ther­mie, les sa­peurs-pom­piers doivent sa­voir com­ment agir ef­fi­ca­ce­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.