Ma­rius Go­non, 83 ans, s’en est al­lé

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Est -

Ils étaient nom­breux pour ac­com­pa­gner Ma­rius Go­non dans son der­nier voyage, mer­cre­di 10 août.

La cé­ré­mo­nie de fu­né­railles ne fut pas triste, or­ches­trée par ses six en­fants, ses dix­huit pe­tit­sen­fants et ses sept ar­riè­re­pe­tits­en­fants, une cé­ré­mo­nie pen­dant la­quelle ont fu­sé les ap­plau­dis­se­ments. Car, tout au long de sa vie, Ma­rius Go­non a su mettre l’am­biance, lui qui ai­mait s’amu­ser, qui était tou­jours drôle. Il laisse un grand vide…

L’homme qui a mis la lu­mière

Qua­trième d’une fra­trie de cinq en­fants par­mi les­quels fi­gu­rait le Père Louis, dé­cé­dé en 2009, mis­sion­naire au Bé­nin, Ma­rius était né à La Cha­ran­taine, le 11 no­vembre 1932, de pa­rents cha­pe­liers. Il a de­meu­ré là toute sa vie.

Bon élève, il s’était orien­té très tôt vers le mé­tier d’élec­tri­cien au­près du Père Res­si­caud et avait ap­por­té la lu­mière dans de nom­breux foyers avant de re­joindre une en­tre­prise de po­teaux élec­triques pour l’ins­tal­la­tion des lignes. Il avait en­fin re­joint une usine cha­zel­loise de bougies où il avait pris sa re­traite.

Avec Ju­liette Pro­tière, son épouse, il avait créé une fa­mille au­tour de leurs en­fants, Pa­trick, Chan­tal, Ch­ris­tine, Her­vé, Ca­the­rine et Cé­cile. Plu­sieurs d’entre eux ont hé­ri­té de ses dons d’ani­ma­teur qu’il met­tait au ser­vice de nom­breuses as­so­cia­tions.

En ef­fet, Ma­rius a fait par­tie du corps des sa­peurs­pom­piers, du co­mi­té des fêtes à la grande époque des ve­dettes de l’Avant­scène dans les an­ nées 50. Il a fait tour­ner le ci­né­ma de La Vaillante. Il ap­par­te­nait éga­le­ment à la Fna­ca mais avec une his­toire dif­fé­rente, lui qui était par­ti en Tu­ni­sie. Il s’était aus­si en­ga­gé à l’as­so­cia­tion des pa­rents d’élèves de l’école pri­vée.

« Le Mou­zou » pour les Cha­zel­lois

On le vit éga­le­ment dans l’Ar­dèche ­ Le Pla­gnal, c’était quelque chose ! ­ à la Ci­té des Far­lots de l’ab­bé La­brosse où il fut le fac­to­tum, char­gé des ré­no­va­tions et de la main­te­nance de ce lieu si cher aux nom­breux co­lons cha­zel­lois qui y ont pas­sé l’été pen­dant de si longues an­nées. À l’ar­rêt des co­lo­nies, le bâ­ti­ment fut confié à une as­so­cia­tion de quelques Cha­zel­lois et trans­for­mé en ap­par­te­ments loués aux fa­milles, Ma­rius et les siens no­tam­ment.

Jus­qu’à la fin, l’homme a pour­sui­vi ses ac­ti­vi­tés as­so­cia­tives. Il ap­par­te­nait à la cho­rale pa­rois­siale Notre­Dame et au club Ami­tiés et loi­sirs de Vi­ri­gneux. Il par­ti­ci­pait chaque an­née, pen­dant l’Avent, à l’ins­tal­la­tion de la crèche dans l’église cha­zel­loise.

Lui qui ai­mait tel­le­ment la na­ture, ses jar­dins et les fleurs, les cham­pi­gnons, la cui­sine aus­si, était très pré­sent pour ses en­fants qu’il a ai­dés à s’ins­tal­ler. Tou­jours joyeux, il chan­tait en tra­vaillant et sa­vait apai­ser les conflits.

Pour tous les Cha­zel­lois, Ma­rius Go­non était « le Mou­zou », tou­jours jo­vial, ser­viable, cha­leu­reux et bien­veillant, bla­gueur et op­ti­miste jusque dans ses der­nières an­nées alors que la ma­la­die l’avait rat­tra­pé et a fi­na­le­ment eu rai­son de lui.

MA­RIUS GO­NON. Il nous a quit­tés mais l’homme au cha­peau res­te­ra dans toutes les mé­moires cha­zel­loises.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.