Le Fo­rez à l’aube des vendanges

La pé­riode de ra­mas­sage pour ce mil­lé­sime se rap­proche de celle des vi­gne­rons d’an­tan

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ju­lien Gar­don

AT­TENTE. Elles de­vraient dé­bu­ter mer­cre­di 28 sep­tembre pour les pre­mières, vers le 8 oc­tobre pour les plus tar­dives. Mais de par­tout, elles sont at­ten­dues.

CÔTES DU FO­REZ. Les contrôles ma­tu­ri­té de ce jeu­di dé­ter­mi­ne­ront le dé­part d’un mo­ment ap­pré­cié par les vi­gne­rons et les ven­dan­geurs, des ha­bi­tués pour la plu­part.

« Je pré­fère quand le rai­sin est dans les cuves »

Tar­dives par rap­port aux an­nées pré­cé­dentes, les vendanges 2016 de­vraient s’éta­ler sur un mois dans le Fo­rez, à par­tir du 28 sep­tembre. Et elles s’an­noncent pro­met­teuses.

Un troi­sième contrôle ma­tu­ri­té (*) a lieu ce jeu­di 22 sep­tembre, puis les vi­gne­rons du Fo­rez or­ga­ni­se­ront leurs vendanges en consé­quence. Entre fin sep­tembre et dé­but oc­tobre, les ven­dan­geurs se dé­ploie­ront alors au coeur des vignes du ter­ri­toire. Mais en at­ten­dant, les ex­ploi­tants scrutent le ciel.

« On tra­vaille avec la na­ture et on fait avec ses aléas », phi­lo­sophe Ja­cky Lo­gel, de la cave Ver­dierLo­gel. Pour lui, « si on nous an­nonce 15 jours de pluie, nous com­men­ce­rons avant le 3 oc­tobre », la date fixée pour le mo­ment dans les vignes de Mar­cilly­le­Châ­tel.

Cinq épi­sodes de grêle au GEAC du Pic

À Lei­gneux, Jean­Luc et Yves Gau­mon, du Clos de Cho­zieux, tablent sur fin sep­tembre­dé­but oc­tobre, « si la mé­téo est fa­vo­rable. Mais ce­la dé­bu­te­rait alors au mo­ment où nous fi­nis­sions l’an der­nier… » Pour Maxime Ga­chet, du Do­maine de la Pierre noire, « on re­gar­de­ra moins la mé­téo quand le rai­sin se­ra dans les cuves. Je pré­fère quand il est dans les cuves… »

À en croire ces pro­fes­sion­nels, les baies se­ront alors « saines et jo­lies » au Clos de Cho­zieux, « avec une bonne aci­di­té » au Do­maine de la Ma­done à Champ­dieu, et suf­fi­sam­ment nom­breuses au GAEC du Pic, à Bois­setSaint­Priest, où Ch­ris­tine et Laurent De­meure et leur as­so­cié Pierre Rolle ont pour­tant dé­plo­ré cinq épi­sodes de grêle, dont un mé­mo­rable en mai der­nier. « Par en­droits, la grê­ le a ta­pé sur les bois et bles­sé la vigne, mais la plu­part des stig­mates ont dis­pa­ru, es­time Laurent De­meure. Ça prend une jo­lie tour­nure. »

Pour An­dré Pa­tard, d’Aga­my à Tre­lins (Cave des vi­gne­rons fo­ré­ziens), « le prin­temps mouillé et froid a re­tar­dé la flo­rai­son, puis la cha­leur a re­tar­dé la ma­tu­ri­té. Mais nous au­rons une belle ré­colte, plus im­por­tante que ces quatre der­nières an­nées, quand le vo­lume fai­sait dé­faut. »

Les pluies sur­ve­nues ces der­niers jours et le re­doux an­non­cé se­ront donc fa­vo­rables aux vignobles, que les ven­dan­geurs in­ves­ti­ront ces pro­chains jours.

« C’est le pre­mier ré­sul­tat d’une an­née de tra­vail, es­timent les frères Gau­mon, au Clos de Cho­zieux. C’est à ce mo­ment­là qu’on s’aper­çoit du mil­lé­sime que l’on au­ra. » Un mo­ment im­por­tant pré­pa­ré en amont, et ap­pré­cié par tous ses ac­teurs. La plu­part des vi­gne­rons comptent en ef­fet chaque an­née sur un noyau dur d’ha­bi­tués qui ap­pré­cient cette am­biance par­ti­cu­lière. Ils sont com­plé­tés par des per­sonnes qui viennent spon­ta­né­ment frap­per à la porte des vi­gne­rons, ce qui leur per­met de consti­tuer fa­ci­le­ment une équipe.

« Un ven­dan­geur né en 1937 »

Re­trai­tés, de­man­deurs d’em­ploi, étu­diants en at­tente de la re­prise des cours, voire même des per­sonnes qui prennent spé­cia­le­ment leurs congés pour ra­mas­ser… les pro­fils sont va­riés, tout comme les âges. « J’ai un ven­dan­geur né en 1937 qui vient tous les ans », ex­plique Maxime Ga­chet. Il pren­dra un donc jeune sous son aile, comme le veut l’usage. « En gé­né­ral, les pre­miers jours sont calmes, conclut Gilles Bon­ne­foy, du Do­maine de la Ma­done, à Champ­dieu. Puis quand tout le monde se connaît, l’am­biance de­vient vrai­ment sym­pa­thique. » Une rai­son de plus pour être im­pa­tient de com­men­cer…

(*) Les contrôles ma­tu­ri­té per­mettent de dé­ter­mi­ner l’équi­libre de­gré/aci­di­té des baies contrô­lées et ain­si de fixer la date op­ti­male des vendanges.

DO­MAINE DE LA MA­DONE. Pour Gilles Bon­ne­foy, les vendanges sont l’oc­ca­sion d’in­cul­quer « une cul­ture du vin » aux jeunes ra­mas­seurs. « C’est une tra­di­tion à par­ta­ger. »

GAEC DU PIC. Ch­ris­tine et Laurent De­meure res­tent fi­dèles à leurs ven­dan­geurs ha­bi­tués, « de jeunes re­trai­tés pour la plu­part ».

VENDANGES. Dans le Fo­rez, la ré­colte de­vrait dé­bu­ter le 28 sep­tembre et s’ache­ver fin oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.