Feurs­mé­tal et Val­di à la barre, cinq ans après le drame

Cinq ans et trois mois après le drame, le pro­cès va avoir lieu

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Jean-Fran­çois Vernet jean-fran­cois.vernet@cen­tre­france.com

« Cinq ans que les fa­milles at­tendent que jus­tice soit ren­due »

Le pro­cès de­vant la jus­tice pé­nale, tant at­ten­du par les fa­milles de Jacques Tis­sot et Da­mien Ja­mot, va en­fin avoir lieu. Lun­di 26 sep­tembre à 13 h 30, Cast­mé­tal, an­cien­ne­ment Feurs­mé­tal, et l’en­tre­prise Val­di ont ren­dez-vous au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint-Étienne pour dé­ter­mi­ner leur res­pon­sa­bi­li­té dans le drame qui a coû­té la vie aux deux em­ployés, le 25 juin 2011

Il était 4 h 45 sa­me­di 25 juin 2011 lorsque Da­mien Ja­mot, 29 ans et Jacques Tis­sot, 55 ans, em­ployés de main­te­nance chez Feurs­mé­tal, ont per­du la vie sur le site de Val­di alors qu’ils ma­ni­pu­laient les vannes d’un four dans le cadre d’un ac­cord d’en­tre­tien.

Les deux en­tre­prises étaient à l’époque liées par un contrat de pres­ta­tion de ser­vice de main­te­nance des ins­tal­la­tions. Un pro­blème de fuite d’eau dans les ca­na­li­sa­tions a pro­vo­qué une vio­lente ex­plo­sion qui a souf­flé 800 m2 de bâ­ti­ment. Cinq ans et trois mois plus tard, l’af­faire va être por­tée de­vant la jus­tice pé­nale, au tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint­Étienne, ce lun­di 26 sep­tembre à 13 h 30.

Le col­lec­tif Vé­ri­té et jus­tice pour Jacques et Da­mien ap­pelle à un ras­sem­ble­ment de­vant le pa­lais de jus­tice en mé­moire des deux vic­times et pour sou­te­nir les fa­milles. Des ban­de­roles se­ront ins­tal­lées et un lien se­ra mis en place entre la salle de l’au­dience et l’ex­té­rieur. « Ce­la fait plus de cinq ans qu’elles at­tendent que jus­tice soit ren­due. Pour elles, c’est in­sou­te­nable. On s’at­tend à un bras de fer très tech­nique entre les deux en­tre­prises qui vont cher­ cher à se re­je­ter la faute. Nous vou­lons re­mettre de l’hu­main dans cette his­toire », clame Jean­Luc De­nis, membre ac­tif du col­lec­tif, qui de­mande éga­le­ment « aux en­tre­prises d’ar­rê­ter de re­pous­ser l’échéance, d’en­fin as­su­mer leurs res­pon­sa­bi­li­tés et de réa­li­ser des in­ves­tis­se­ments pour as­su­rer une meilleure sé­cu­ri­té au sein de l’en­tre­prise. »

Feurs­mé­tal condam­né au Tass en mars

Même son de cloche du cô­té des dé­lé­gués syn­di­caux CGT. Pour Lud­wig Bé­raud, qui s’est por­té par­tie ci­vile dans cette af­faire, « on se bat de­puis des an­nées pour que notre di­rec­tion fasse en­fin le né­ ces­saire et in­ves­tisse pour as­su­rer la sé­cu­ri­té de cha­cun de ses em­ployés ». Le syn­di­cat se­ra re­pré­sen­té au tri­bu­nal sté­pha­nois : « Il y au­ra du per­son­nel en chô­mage par­tiel et nous de­man­de­rons à ceux en­core en poste d’ef­fec­tuer un dé­brayage dans l’après­mi­di, en mé­moire de nos col­lègues dis­pa­rus. »

Mar­di 29 mars, le tri­bu­nal des af­faires de sé­cu­ri­té so­ciale (Tass) a re­con­nu la faute in­ex­cu­sable de Feurs­mé­tal, l’em­ployeur, consi­dé­ré comme res­pon­sable du manque d’en­tre­tien et de sur­veillance des ins­tal­la­tions. L’en­tre­prise avait fait ap­pel de cette dé­ci­sion.

RE­CUEILLE­MENT. Le per­son­nel de Cast­mé­tal, an­cien­ne­ment Feurs­mé­tal, s’était réuni, ven­dre­di 24 juin, de­vant l’usine en hom­mage aux deux vic­times, Jacques Tis­sot et Da­mien Ja­mot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.