La Loire, terre de ran­don­neurs

Tou­jours en hausse, le nombre de li­cen­ciés est le plus im­por­tant de la ré­gion

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La 32e Randonnée De La Fourme - Ju­lien Gar­don

S’il est pos­sible de ran­don­ner seul, les avan­tages d’être li­cen­cié, et plus en­core au sein d’un club, sont nom­breux.

ors de la sai­son 20152016, 4.365 per­sonnes avaient pris une li­cence de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de ran­don­née (FFR, qui compte plus de 200.000 li­cen­ciés) via le co­mi­té de la Loire. Un chiffre en lé­gère aug­men­ta­tion chaque an­née de­puis que la barre sym­bo­lique des 4.000 a été fran­chie en 2009.

« Au ni­veau ré­gio­nal, nous sommes le dé­par­te­ment en tête, et au ni­veau na­tio­nal, nous sommes dans la moyenne haute en terme de li­cen­ciés, ex­plique Do­mi­nique Roche, sa­la­rié du co­mi­té de la Loire de la FFR. Mais nous sommes loin der­rière des dé­par­te­ments comme le Var ou les Alpes­Ma­ri­times où il y a beau­coup de re­trai­tés. Car la marche est une dis­ci­pline qui peut se pra­ti­quer jus­qu’à un cer­tain âge. Il n’est pas rare de croi­ser des ran­don­neurs de plus de 80 ans, ce qui est plus com­pli­qué dans d’autres sports. » ra­ble­ment dé­ve­lop­pés dans les an­nées 70. « Une ému­la­tion s’est créée à cette époque et ce­la s’est sta­bi­li­sé par la suite. »

Autre rai­son, la grande di­ver­si­té des pay­sages. « Par­tout il est agréable de mar­cher, quelle que soit la sai­son », pour­suit Do­mi­nique Roche. Re­liefs, pay­sages et cli­mat changent en ef­fet se­lon l’en­droit où l’on se trouve. « Comme nous sommes sou­mis à plu­sieurs in­fluences cli­ma­tiques, il y a toute l’an­née des lieux agréables où ran­don­ner. »

« Les GR ne sont pas tom­bés du ciel »

Des sites que les clubs cherchent à mettre en va­leur et à pré­ser­ver, no­tam­ment en en­tre­te­nant les che­mins. « Les cir­cuits de grande ran­don­née (GR) ne sont pas tom­bés du ciel, pour­suit Do­mi­nique Roche. Em­prun­ter les che­mins im­plique de les en­tre­te­nir et d’évi­ter qu’ils ne soient ven­dus et donc im­pra­ti­cables par la suite… »

Les nom­breux avan­tages de la li­cence

Pour les mar­cheurs, tou­jours plus nom­breux, les rai­sons de prendre une li­cence sont nom­breuses : ce­la donne droit à une as­su­rance adap­tée à la pra­tique et la pos­si­bi­li­té de suivre des for­ma­tions mises en place par le co­mi­té dé­par­te­men­tal, comme par exemple la lec­ture d’une carte ou l’uti­li­sa­tion d’une bous­sole. Sans omettre les avan­tages de la vie au sein d’un club. « C’est tou­jours gra­ti­fiant d’être dans un club. Ce­la per­met de ran­don­ner ré­gu­liè­re­ment avec d’autres per­sonnes mais aus­si de s’im­pli­quer dans l’or­ga­ni­sa­tion d’une grande ran­don­née. » Les bé­né­voles de la ran­don­née de la fourme ne le contre­di­ront pas…

La di­ver­si­té des pay­sages est un atout

PHO­TO : ANNE MASSIP/OT LOIRE-FO­REZ

LOIRE. Toute l’an­née, quelle que soit la sai­son, le dé­par­te­ment re­cèle de sites où pra­ti­quer la ran­don­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.