Sou­ve­nirs d’un conscrit dans les an­nées 70

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrisonnais | Vie Locale - Sé­go­lène Per­ret se­go­lene.per­ret@cen­tre­france.com

Vé­ri­table « rite ini­tia­tique » il y a en­core quelques an­nées, la tra­di­tion de la classe s’est au­jourd’hui quelque peu per­due dans le Fo­rez, « sur­tout avec la fin du ser­vice mi­li­taire ». Pas par­tout, certes, mais force est de consta­ter que beau­coup de vil­lages ne comptent dé­sor­mais plus de clas­sards.

Un ré­cit au­to­bio­gra­phique

Avec Les conscrits, Bru­no Tes­ta ra­conte les aven­tures de sa classe, la 76, à Saint­Ro­main­le­Puy, au dé­but des an­nées 70 : la pré­pa­ra­tion pen­dant deux ans (entre 16 et 18 ans), les ban­quets dans les dif­fé­rents bars du vil­lage, la vente des brioches au mo­ment de la vogue et ses apé­ri­tifs ma­ti­naux, l’or­ga­ni­sa­tion du bal, les pre­mières « cuites », les nuits dans la paille… Sans fausse pu­deur et avec pré­ci­sion, l’écri­vain passe en re­vue les dif­fé­rentes étapes de la vie d’un conscrit de l’époque. Le vo­ca­bu­laire est par­fois cru et les chan­sons paillardes publiées in ex­ten­so ; l’oc­ca­sion pour beau­coup de se re­plon­ger au temps de leur classe. « C’est vrai que les clas­sards bu­vaient beau­coup mais les adultes l’ac­cep­taient car ce­la fai­sait aus­si par­tie du folk­lore et de la tra­di­tion », re­con­naît­il.

Comme avec Les bals, ou­vrage pa­ru en 2014 dans le­quel Bru­no Tes­ta dresse le por­trait du monde ou­vrier de l’époque, dans la plaine du Fo­rez, c’est presque une étude so­cio­eth­no­lo­gique que l’écri­vain lo­cal pré­sente. Le quo­ti­dien des conscrits, mais aus­si la vie du vil­lage, les mul­tiples bars de l’époque, le tra­vail à la Source (l’en­tre­prise Parot, NDLR)… tout y est pour re­vivre l’époque des Trente Glo­rieuses. Des faits da­van­tage his­to­riques sont éga­le­ment ci­tés comme le chan­ge­ment de l’âge de la ma­jo­ri­té en 1976, sous la pré­si­dence de la Ré­pu­blique de Va­lé­ry Gis­card d’Es­taing.

« Cer­tains per­son­nages se re­con­naî­tront »

Les mul­tiples per­son­nages croi­sés dans cet ou­vrage sont tous af­fu­blés d’un sur­nom sou­vent amu­sant. « Les vrais noms ont été chan­gés mais cer­tains se re­con­naî­tront comme le coif­feur de Montbrison ou l’ac­cor­déo­niste de SaintRo­main­le­Puy », sou­rit l’écri­vain saint­ro­ma­nais, né à Montbrison en 1956.

BRU­NO TES­TA. La vie des conscrits de l’époque est dé­crite avec beau­coup de dé­tails, no­tam­ment les cha­peaux et la co­quarde ache­tée dans un ma­ga­sin spé­cia­li­sé à Saint-Étienne.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.