Es­prit, es­tu là ?

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Zapping -

La ma­gie avait pris fin en 2007. J’avais re­fer­mé, non sans émo­tion, Har­ry Pot­ter et les re­liques de la mort, l’his­toire de toute une gé­né­ra­tion. Je m’étais ar­ra­chée à cette pa­ren­thèse lit­té­raire comme on sort d’un week-end de fête, l’oeil ha­gard et le coeur vide. Contrainte de tour­ner la page mais heu­reuse. J.K. Row­ling avait maî­tri­sé son ré­cit de bout en bout. Elle of­frait à son hé­ros un épilogue de conte de fée : ils vé­curent heu­reux et eurent beau­coup d’en­fants. La suite ap­par­te­nait à l’ima­gi­naire col­lec­tif. Et voi­là que Celle-dont-on-ne-compte-plus-les-mil­lions res­sus­cite Pot­ter. ARgh… Odieux ma­lé­fice. Comment ar­bi­trer entre une in­sou­te­nable cu­rio­si­té (5,1 mil­lions de lec­teurs y ont dé­jà suc­com­bé) et une pro­bable dés­illu­sion sus­cep­tible d’en­ta­cher dix an­nées de pur en­chan­te­ment ? Im­pos­sible d’en vou­loir, vrai­ment, à la reine de la littérature jeu­nesse alors que les fans ne cessent de ré­in­ven­ter son uni­vers, alors que le quid­ditch est de­ve­nu un sport na­tio­nal en France, alors qu’une école de sor­ciers est an­non­cée en mai 2017 dans le Lot-et-Ga­ronne. Et pour­tant l’ini­tia­tive a la re­dou­table ap­pa­rence des dra­gées de Ber­tie Cro­chu : sé­dui­sante mais pos­si­ble­ment dé­tes­table. La mère de Poud­lard n’a pas re­pris la plume, dé­lé­guant son pou­voir à John Tif­fa­ny et Jack Thorne. Une pièce de théâtre suc­cède aux ro­mans. Drôle d’idée. Le ri­val de lord Vol­de­mort est re­lé­gué aux sou­ve­nirs d’une école fré­quen­tée par son fils. Drôle d’époque. Har­ry Pot­ter a vieilli, c’est peut-être ce qui nous cha­grine. Dif­fi­cile de l’ima­gi­ner à notre image, avec son bou­lot et sa mar­maille, quand ses aven­tures ont long­temps ber­cé notre âme d’en­fant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.