Un Mont­bri­son­nais joue avec Djo­ko­vic

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Sé­go­lène Per­ret se­go­lene.per­ret@cen­tre­france.com

HU­GO GRE­NIER. Le jeune ten­nis­man est de­ve­nu le par­te­naire d’en­traî­ne­ment ha­bi­tuel du n°2 mon­dial.

AM­BI­TION. Le Mont­bri­son­nais es­père in­té­grer le top 300 afin de par­ti­ci­per aux qua­li­fi­ca­tions des grands che­lems.

Hu­go Gre­nier, 491e joueur au clas­se­ment ATP et n°48 fran­çais, a dé­bu­té au Tennis club de Mont­bri­son il y a une quin­zaine d’an­nées. Il est au­jourd’hui l’une des belles pro­messes du tennis fran­çais.

Il a eu les hon­neurs des mé­dias na­tio­naux et spé­cia­li­sés en no­vembre dernier, lors du Mas­ters de Londres. Le Pa­ri­sien, Eu­rope 1, Eu­ro­sport… Tous sont ve­nus re­cueillir le té­moi­gnage du jeune Mont­bri­son­nais et re­la­ter sa for­mi­dable ex­pé­rience de spar­ring­part­ner (par­te­naire d’en­traî­ne­ment) des meilleurs joueurs mon­diaux. « C’était de la fo­lie, se sou­vient Hu­go Gre­nier. J’ai été beau­coup sol­li­ci­té ; c’était une ex­pé­rience énorme ».

C’est son spon­sor, Tec­ni­fibre, par­te­naire du Mas­ters de Londres, qui lui fait cette pro­po­si­tion en sep­tembre 2016 dans le cadre du pro­gramme « On The Road to the ATP World Tour » ; une fa­çon de le ré­com­pen­ser pour sa belle saison mais aus­si de le pré­pa­rer à son ave­nir en le fai­sant pro­fi­ter d’une su­perbe op­por­tu­ni­té : échauf­fer les stars de la pe­tite balle jaune, vivre leur quo­ti­dien de l’in­té­rieur et dé­cou­vrir les cou­lisses d’un tour­noi in­ter­na­tio­nal.

Pen­dant quelques jours, il co­toie le Ja­po­nais Kei Ni­shi­ko­ri, l’Au­tri­chien Do­mi­nic Thiem, l’Ecos­sais An­dy Mur­ray, le Ca­na­dien Mi­los Rao­nic et sur­tout Novak Djo­ko­vic, avec le­quel « j’ai bien ac­cro­ché ». L’en­traî­neur du cham­pion serbe, Boris Be­cker en per­sonne, lui fixe très vite un en­traî­ne­ment quo­ti­dien, l’oc­ca­sion de nouer des liens avec ce­lui qui était en­core n°1 mon­dial.

De­puis cette belle aven­ture du Mas­ters lon­do­nien, Hu­go Gre­nier, 21 ans en mars, a re­pris sa pré­pa­ra­tion à l’aca­dé­mie Pa­trick Mou­ra­to­glou (coach de Se­re­na Williams), à Cannes, une struc­ture pri­vée qu’il a in­té­grée il y a trois mois. Ce qui ne l’em­pêche pas de conti­nuer à jouer au spar­ring­part­ner de Novak Djo­ko­vic. « Comme il ha­bite à Mo­na­co, il sait que je ne suis pas loin », ex­plique sim­ple­ment le jeune Mont­bri­son­nais, que le ten­nis­man serbe ap­pelle ré­gu­liè­re­ment. Ces séances d’en­traî­ne­ment se ter­minent tou­jours par un set au tie­break. « J’ai failli le battre il y a quelques jours ; je me­nais 6 à 3. Mais Novak s’est éner­vé, a cas­sé sa ra­quette et m’a fi­na­le­ment bat­tu. C’est clair qu’il n’aime vrai­ment pas perdre ! »

Le top 300 dans le vi­seur

Au­jourd’hui 491e joueur au clas­se­ment ATP, Hu­go Gre­nier en­chaîne les tour­nois et les se­maines d’en­traî­ne­ment avec un ob­jec­tif cette an­née : « ren­trer dans le top 300 pour me rap­pro­cher des qua­li­fi­ca­tions des grands che­lems, sa­chant qu’il faut être dans les 250 pre­miers ». Cet in­ves­tis­se­ment passe par des « sa­cri­fices », lui qui re­vient ra­re­ment à Mont­bri­son voir sa fa­mille, les jours de re­pos et les va­cances étant peu nom­breux. À Cannes, ses jour­nées sont bien rem­plies avec 4 à 5 heures de tennis et 2 à 3 heures de phy­sique quo­ti­diennes. Les tour­nois, eux, l’amènent à beau­coup voya­ger à l’étran­ger comme en Tur­quie ou en Nor­vège der­niè­re­ment. Pas le temps tou­te­fois pour le tou­risme, le spor­tif res­tant bien sa­ge­ment dans sa chambre d’hô­tel pour main­te­nir sa concen­tra­tion.

Li­cen­cié au club de St-Just-St-Ram­bert

« J’ai failli battre Novak Djo­ko­vic il y a quelques jours »

Que de che­min par­cou­ru de­puis ses pre­miers pas sur les courts mont­bri­son­nais avec son père, à l’âge de six ans. « J’ai eu de bons coaches au Tennis club de Mont­bri­son, no­tam­ment Da­vid Pi­cot et Pas­cal Ruf­fin qui m’ont tou­jours en­cou­ra­gé et fait pro­gres­ser », sou­ligne le jeune homme qui est tou­jours en re­la­tion avec ses an­ciens en­traî­neurs, bien qu’il soit li­cen­cié au club de La Qué­rillère, à SaintJust­Saint­Ram­bert, avec le­quel il joue les matches en équipe en Na­tio­nale 3.

En ce dé­but de nou­velle an­née, Hu­go Gre­nier, émet un seul sou­hait : « ne sur­tout pas être bles­sé », lui qui a vu sa pro­gres­sion de l’an dernier stop­pée suite à une dé­chi­rure du droit an­té­rieur. ■

Hu­go Gre­nier s’en­traîne ré­gu­liè­re­ment avec le Serbe Novak Djo­ko­vic, n°2 du tennis mon­dial.

PHO­TO DR

REN­CONTRE. Hu­go Gre­nier est loin de jouer les grou­pies avec le n°2 mon­dial : « C’est de­ve­nu un par­te­naire d’en­traî­ne­ment ha­bi­tuel ; j’ai dû jouer une ving­taine de fois avec lui de­puis les Mas­ters. Je ne suis pas du genre à cher­cher à ré­cu­pé­rer ses tee-shirts ou ses ra­quettes ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.