« L’équi­libre bud­gé­taire d’ici 2019 »

La di­rec­trice du CH Fo­rez a pro­fi­té des voeux pour pré­sen­ter le pro­jet mé­di­cal vo­té en dé­cembre

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

La di­rec­trice du centre hos­pi­ta­lier du Fo­rez Ma­rie-An­drée Por­tier a pré­sen­té ses voeux au per­son­nel et aux élus du ter­ri­toire, lun­di 23 jan­vier. Elle a évo­qué les grandes lignes du pro­jet mé­di­co éco­no­mique vo­té en dé­cembre.

La salle Noël­Col­lard af­fi­chait pra­ti­que­ment com­plet, lun­di 23 jan­vier en mi­lieu d’après­mi­di, à l’oc­ca­sion des voeux de Ma­rie­An­drée Por­tier au per­son­nel du centre hos­pi­ta­lier du Fo­rez (CHF).

La di­rec­trice a qua­li­fié 2016 d’« an­née par­ti­cu­liè­re­ment in­tense. Nous avons en­ga­gé nos grands chan­tiers. » En ces termes, la res­pon­sable du CHF évo­quait le plan de retour à l’équi­libre de­man­dé par l’Agence ré­gio­nale de san­té (ARS) au re­gard du dé­fi­ cit pré­sen­té en 2015 qui s’éle­vait à 5 M€. L’exer­cice 2016 s’est ter­mi­né avec un dé­fi­cit de 4,1 M€. « Une si­tua­tion qui n’est pas te­nable. Nous de­vons main­te­nant réus­sir les mu­ta­tions de notre struc­ture qui nous per­met­tront d’at­teindre l’équi­libre bud­gé­taire d’ici 2019 », a dé­cla­ré Ma­rie­An­drée Por­tier. Pour ce­la, le doc­teur JeanPaul Chaus­si­nand a pré­sen­té un pro­jet mé­di­cal vo­té par la com­mis­sion mé­di­cale d’éta­blis­se­ment le 12 dé­cembre (avec 14 voix pour, 8 contre et 6 abs­ten­tions) et par le conseil de sur­veillance deux jours plus tard. « La fi­na­li­sa­tion de ce pro­jet a été conduite avec une double ap­proche : mé­di­co­éco­no­mique d’une part et ter­ri­to­riale de l’autre. Les axes de tra­vail prin­ci­paux sont la re­struc­tu­ra­tion de l’hos­pi­ta­li­sa­tion, le ren­for­ce­ment des prises en charge am­bu­la­toire, la ré­duc­tion des coûts, l’aug­men­ta­tion de l’ac­ti­vi­té et le ren­for­ce­ment du ma­na­ge­ment », ré­sume la di­rec­trice, qui a mis en évi­dence un in­dice de per­for­mance de du­rée moyenne de sé­jour trop éle­vé. « Il faut conti­nuer à le ré­duire afin de re­trou­ver des marges fi­nan­cières. » Ain­si, lorsque la pa­tho­lo­gie le per­met, l’am­bu­la­toire se­ra pri­vi­lé­gié.

« L’idée est de s’adap­ter aux nou­velles don­nées des mé­de­cines mo­dernes, ré­sume Jean­Paul Chaus­si­nand. Il fal­lait avoir en tête cette obli­ga­tion de retour à l’équi­libre fi­nan­cier. Ce­la passe par une ré­duc­tion du nombre de lits. »

L’ac­cueil des ur­gences fer­mé la nuit à Feurs

Au to­tal, 64 lits sont concer­nés par ce plan de retour à l’équi­libre. 24 vont être sup­pri­més au pôle mère­en­fant, 28 en mé­de­cine sur les deux sites, 14 en chi­rur­gie, « pour en ou­vrir une di­zaine en am­bu­la­toire », pré­cise le doc­teur Chaus­si­nand. Deux lits vont être ajou­tés au ser­vice gé­ria­trie. « C’est un gros sa­cri­fice pour l’éta­blis­se­ment, re­con­naît le doc­teur Chaus­si­nand. Mais il faut se re­struc­tu­rer. Nous de­vons es­sayer de ne plus avoir de spé­cia­li­tés re­don­dantes d’un site à l’autre. »

Par­mi les évo­lu­tions, l’ac­cueil des ur­gences de Feurs va connaître quelques mo­di­fi­ca­tions avec une fer­me­ture lors de la « nuit pro­fonde », de mi­nuit à 8 heures du ma­tin. L’ac­ti­vi­té chi­rur­gi­cale se­ra re­grou­pée sur un seul et même pla­teau, à Mont­bri­son, la car­dio­lo­gie et la gé­ria­trie se­ront dé­ve­lop­pées à Feurs. Quant au pôle mère­en­fant, il res­te­ra évi­dem­ment à Mont­bri­son.

En tant que co­pré­sident du conseil de sur­veillance avec Jean­Pierre Taite, Ch­ris­tophe Ba­zile a sa­lué ce pro­jet mé­di­cal « que nous at­ten­dions. C’est un tra­vail com­pli­qué et in­dis­pen­sable, car le Fo­rez connaît une dé­mo­gra­phie qui aug­mente ré­gu­liè­re­ment. Avoir deux sites, comme c’est le cas pour le centre hos­pi­ta­lier du Fo­rez, ce­la de­mande une or­ga­ni­sa­tion. Nous ne pou­vons pas avoir tout, par­tout », a­t­il sou­li­gné.

« Un hô­pi­tal ma­na­gé par des tech­no­crates »

Pour Her­vé Per­ret, re­pré­sen­tant CGT du per­son­nel au CHF, les me­sures an­non­cées ne prennent en compte que l’as­pect fi­nan­cier. « C’est un pro­jet mé­di­co­éco­no­mique qui n’est pas por­té par des mé­de­cins. Il n’ap­porte pas de ré­ponse aux be­soins du ter­ri­toire mais cor­res­pond d’abord à un retour à l’équi­libre fi­nan­cier. Nous sommes de­ve­nus un hô­pi­tal ma­na­gé par des tech­no­crates. Com­ment peu­ton at­ti­rer des mé­de­cins quand on ne parle que de dé­fi­cit et de la si­tua­tion de l’hô­pi­tal ? », s’in­ter­roge­til. ■

Pri­vi­lé­gier l’am­bu­la­toire si la pa­tho­lo­gie le per­met

DIS­TINC­TIONS. Après les dis­cours, une soixan­taine d’em­ployés du CH Fo­rez ont re­çu la mé­daille d’hon­neur ré­gio­nale pour leur an­cien­ne­té au sein de l’éta­blis­se­ment. Par­mi eux, dix se sont vus re­mettre la mé­daille d’or, sy­no­nyme de 35 an­nées de ser­vice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.