Comme un saut dans le pas­sé…

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale -

NOU­VEAU MÉ­TIER.

Va­lé­rie Noyer est fac­teur­gui­che­tière à Marcilly­le­Châ­tel. Son rôle est double : le ma­tin, six jours sur sept, elle tient le pe­tit bu­reau du vil­lage. Puis s’at­telle, dès 11 heures, au tri du cour­rier pour dis­tri­buer 300 adresses en mi­lieu de jour­née. Une évo­lu­tion de car­rière pour la­quelle elle a bé­né­fi­cié de 15 jours de for­ma­tion (le temps né­ces­saire à la mé­mo­ri­sa­tion de 150 opé­ra­tions : carte ca­deaux, vente de pro­duits, prise de ren­dez­vous…). « Il faut ai­mer le contact avec la clien­tèle », confie la pro­fes­sion­nelle qui n’hé­site pas à rendre ser­vice aux ha­bi­tués. « On re­vient, d’une cer­taine ma­nière, à La Poste d’an­tan. Cer­tains clients pré­fèrent ve­nir ici, même si le bu­reau n’est ou­vert que deux heures par jour, plu­tôt que d’al­ler à Boën­sur­Lignon ou Mont­bri­son où l’on ne trouve plus que des au­to­mates. C’est le sou­rire qui plaît ». Le maire, Thier­ry Gou­by, est sa­tis­fait. Lui qui a dû fer­railler dur, de son aveu, pour main­te­nir un point d’ac­cueil à Marcilly. « Il a fal­lu se battre. C’était abra­ca­da­bran­tesque. La Poste fai­sait tout pour fer­mer le bu­reau. Dès qu’il y avait un pro­blème d’ef­fec­tif à Boën, c’était Marcilly, der­nière roue du car­rosse, qui ser­vait de va­riable d’ajus­te­ment. Là, nous avons un en­ga­ge­ment sur un vo­lume ho­raire ré­gu­lier et pé­renne et en plus une fac­trice dy­na­mique. C’est une bonne so­lu­tion. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.