L’homme qui a ache­té 8.000 livres

Da­niel Bar­the­lat a rem­por­té l’en­chère du désher­bage de la bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale de Mont­bri­son

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrisonnais - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Da­niel Bar­the­lat s’est fait un ca­deau de Noël plu­tôt ori­gi­nal. Ce pro­fes­seur thier­nois à la re­traite a ache­té les 8.000 ou­vrages mis aux en­chères par la Ville de Mont­bri­son dans le cadre d’un désher­bage, un re­nou­vel­le­ment des col­lec­tions de sa bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale.

Lui, sou­rire aux lèvres, parle d’« un coup de po­ker » ; elle, moue plus du­bi­ta­tive, évoque « un coup de fo­lie » mais Da­niel Bar­the­lat et son épouse, Ni­cole, par­tagent la même pas­sion : la lec­ture. À ce titre, ces Thier­nois, en­sei­gnants au­jourd’hui à la re­traite, sont com­blés : de­puis la fin de l’an­née der­nière, leurs bi­blio­thèques, dé­jà abon­dantes et par­ti­cu­liè­re­ment char­gées, se sont en­ri­chies de… 8.000 livres.

Deux pas­sion­nés de lec­ture

Da­niel Bar­the­lat a en ef­fet rem­por­té les en­chères pro­po­sées par la Ville de Mont­bri­son dans le cadre du « désher­bage » de sa bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale. Ce terme, is­su du vo­ca­bu­laire du jar­di­nage et tra­duit de l’an­glais amé­ri­cain wee­ding, dé­signe l’opé­ra­tion qui consiste à éli­mi­ner et à re­nou­ve­ler des col­lec­tions. Au­tre­ment dit, écar­ter cer­tains do­cu­ments pour pou­voir faire de la place pour de nou­velles ac­qui­si­tions. C’est ain­si que la col­lec­ti­vi­té mont­ bri­son­naise a mis en vente quelque 8.000 ou­vrages re­ti­rés suite au dé­mé­na­ge­ment de sa bi­blio­thèque dans la nou­velle mé­dia­thèque Loire Fo­rez, place Eu­gène­Beaune.

C’est en sur­fant sur In­ter­net que Da­niel Bar­the­lat est « tom­bé » sur la pe­tite an­nonce évo­ quant cette vente as­sez sin­gu­lière : quatre ou cinq pho­tos d’un lo­cal avec des éta­gères rem­plies de livres et de car­tons dé­bor­dants eux aus­si de bou­quins et ce chiffre de 8.000 ou­vrages re­pré­sen­tant un vo­lume d’en­vi­ron 11 à 12 m³. « Je re­garde ré­gu­liè­re­ment un site spé­cia­li­sé dans les ventes aux en­chères des col­lec­ti­vi­tés, mai­ries et or­ga­nismes pu­blics (www.ago­ras­tore.fr, N.D.L.R.), ex­plique cet an­cien pro­fes­seur de fran­çais et d’his­toire­géo­gra­phie qui a en­sei­gné en col­lège ain­si qu’à l’an­cien Ins­ti­tut uni­ver­si­taire de for­ma­tion des maîtres (IUFM), de­ve­nu École su­pé­rieure du pro­fes­so­rat et de l’Édu­ca­tion (ESPE), d’Au­vergne.

Dans ma fa­mille, bien que mo­deste et ou­vrière, les livres n’ont ja­mais été absents. Dans celle de ma femme non plus. Mon grand plai­sir de va­cances, c’était me plon­ger dans ces ou­vrages qui m’ou­vraient des pers­pec­tives to­ta­le­ment in­con­nues. La dé­cou­verte d’Er­nest He­ming­way fut pour moi un éblouis­se­ment, j’ai lu Ma­dame Bo­va­ry à l’âge de 14 ans… En­suite, j’ai lu beau­coup de livres tech­niques, pen­dant mes études, et ce fut pour moi un vrai plai­sir que de lire ou re­lire des ro­mans, des nou­velles ou des bio­gra­phies. »

Tra­jec­toire iden­tique pour Ni­cole Bar­the­lat qui pen­dant deux ans a eu Ma­rie­Ai­mée Mé­ra­ville, ins­ti­tu­trice, ro­man­cière, eth­no­logue des contes au­ver­gnats, cri­tique lit­té­raire, et au­teur de nou­velles comme ins­ti­tu­trice. An­cienne en­sei­gnante elle aus­si, elle est res­tée pas­sion­née de lec­ture en gé­né­ral et de ro­mans his­to­riques sur l’Égypte ou la pé­riode mé­dié­vale en par­ti­cu­lier. Ses an­ciens élèves ont étu­dié Hen­ri Troyat, Ber­nard Cla­vel…

« Une ba­taille ho­mé­rique »

Mis à prix à 290 €, les 8.000 livres sont fi­na­le­ment par­tis pour 1.278,90 €, soit une fac­ture to­tale d’en­vi­ron 1.500 € avec les frais. « Ce fut une ba­taille ho­mé­rique, s’en­thou­siasme Da­niel Bar­the­lat. Le jour de la clô­ture des en­chères, nous par­tions en voyage. Nous étions à Pa­ris. J’ai donc pro­cé­dé au té­lé­phone avec l’un de nos deux fils, Eudes, qui pla­çait les en­chères de­puis son or­di­na­teur, à Vin­cennes. »

Le Thier­nois a fi­ni par l’em­por­ter face à un autre en­ché­ris­seur et ra­vi, a dé­bar­qué à Mont­bri­son, quelques jours plus tard pour prendre pos­ses­sion de ses ou­vrages que per­sonne n’a ja­mais comp­tés. « Il a fal­lu quatre voyages entre Thiers et le Fo­rez pour tout trans­por­ter », s’amuse Da­niel Bar­the­lat qui dans le lot a dé­cou­vert quelques pièces rares comme cet exem­plaire nu­mé­ro­té (90 sur 300) de Le gou­ver­neur de Ker­gue­len de Va­lé­ry Lar­baud ou en­core le 13e vo­lume, le seul qui lui man­quait, des oeuvres ro­ma­nesques croi­sées d’El­sa Trio­let et Louis Ara­gon. D’autres trou­vailles sont peut­être à ve­nir car les Bar­the­lat n’ont pas en­core tout trié. « J’ai ré­cem­ment dé­cou­vert que mon ma­ri avait sto­cké d’autres livres dans la chambre d’un de nos pe­tits­en­fants », peste, faus­se­ment cour­rou­cée, Ni­cole Bar­the­lat qui a pré­pa­ré des pe­tits lots de livres à of­frir aux amis. Il faut dire qu’il y a le choix… ■

« Il a fal­lu quatre voyages entre Thiers et le Fo­rez pour tout trans­por­ter. »

DA­NIEL BAR­THE­LAT. L’an­cien pro­fes­seur est res­té un pas­sion­né de lec­ture.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.