Ces deux arbres qui cachent la fo­rêt

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Sports - Pierre-Oli­vier Vé­rot

Sans ses deux « ano­ma­lies », la po­li­tique spor­tive de l’AS Saint-Étienne de­puis quelques sai­sons se­rait peut-être ju­gée à sa juste et mo­deste va­leur. Où en se­rait l’équipe, en ef­fet, sans l’ap­port de Sté­phane Ruf­fier et de Loïc Per­rin ? Pour le pre­mier, me­su­rons la chance qui est la nôtre d’avoir comme der­nier rem­part un gar­çon dont le ta­lent pour­rait lui per­mettre de jouer dans presque tous les grands clubs eu­ro­péens. « Heu­reu­se­ment » pour nous, il n’y a pas vrai­ment de mar­ché pour les gar­diens de but où les trans­ferts sont moins fré­quents et la sta­bi­li­té da­van­tage de mise. Ar­ri­vé à la fa­veur de la ré­tro­gra­da­tion sur­prise de Mo­na­co en Ligue 2 en 2011, « Ruff’ » est un atout énorme dans la manche de Ch­ris­tophe Gal­tier.

L’autre ex­tra­ter­restre, Loïc Per­rin, fait fi­gure d’ex­cep­tion dans le monde pro­fes­sion­nel. Lui aus­si au­rait pu rê­ver des grands clubs et d’une car­rière in­ter­na­tio­nale. Ses nom­breuses bles­sures et sa fi­dé­li­té à sa ré­gion d’ori­gine et son club for­ma­teur l’ont main­te­nu de­puis le dé­but de son par­cours à Geof­froy-Gui­chard. Di­manche, il a sau­vé à lui tout seul du ri­di­cule ses par­te­naires contre la ter­ri­fiante équipe de Metz…

Les per­for­mances ré­pé­tées de ces deux monstres posent cruel­le­ment la ques­tion : dans quelles eaux troubles évo­lue­rait leur équipe en leur ab­sence si leurs deux postes étaient oc­cu­pés par des joueurs du même ni­veau que leurs co­équi­piers ? En fin de ta­bleau, tout sim­ple­ment, comme l’ont confir­mé les quatre der­niers ré­sul­tats contre Mont­pel­lier, Caen, Bas­tia et Metz… Si les spea­kers du stade font ac­cla­mer à chaque dé­but de match « Mon­sieur Ch­ris­tophe Gal­tier », il ne fau­drait pas ou­blier dans l’ordre des mé­rites les deux in­con­tes­tables Mes­sieurs plus de l’ef­fec­tif.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.