Seule­ment 70 jours d’ou­ver­ture mais 41.000 for­faits ven­dus

Mal­gré une sai­son en dents de scie, la sta­tion a bien tour­né

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Lae­ti­tia Co­hen­det lae­ti­tia.co­hen­det@cen­tre­france.com

La pe­tite sta­tion des monts du Fo­rez a fer­mé ses portes ven­dre­di 17 mars, deux jours avant la date an­non­cée, faute de neige. Pre­mier bi­lan, mi-figue, mi-rai­sin.

Du 7 jan­vier au 17 mars, les re­mon­tées mé­ca­niques ont fonc­tion­né 70 jours à Chalmazel. « Une sai­son courte, ana­lyse Jean­Yves Bon­ne­foy, vice­pré­sident au Dé­par­te­ment, char­gé de l’équi­pe­ment. Plus courte que l’an der­nier (la sta­tion avait ou­vert 81 jours, N.D.L.R.). Mais les équipes ont ven­du da­van­tage de for­faits ». 41.000 en 2017 contre 32.000 en 2016 (68.000 en 2015). De quoi gé­né­rer 540.000 € de chiffre d’af­faires, in­suf­fi­sant pour équi­li­brer les comptes, les dé­penses de fonc­tion­ne­ment (payées par le Dé­par­te­ment) s’éle­vant à 700.000 € an­nuels.

41.000 for­faits ven­dus

Pas fo­li­chon mais pas ca­tas­tro­phique non plus. « On a sau­vé les meubles, re­con­naît Jean­Yves Bon­ne­foy. En grande par­tie grâce à la neige de culture. Sans ça, im­pos­sible d’ou­vrir. »

Six per­ma­nents et 30 sai­son­niers ont tra­vaillé, dès les pre­miers grands froids, à blan­chir les pentes res­tées brunes tout le mois de dé­cembre. « La dif­fi­cul­té, quand on fa­brique, c’est de sa­voir si ça vaut le coup par rap­port à la météo an­non­cée, ex­plique Jean­Yves Bon­ne­foy. Parce que ça coûte de l’ar­gent. Nous avons don­né la prio­ri­té à l’es­pace dé­bu­tant qui ac­cueille 500 en­fants chaque an­née. »

Éton­nam­ment, la sta­tion a réa­li­sé les 21 et 22 jan­vier le meilleur week­end de son his­toire de­puis l’ar­ri­vée du Conseil dé­par­te­men­tal à sa tête. 87.000 € de chiffre d’af­faires en deux jours, 5.687 for­faits écou­lés. « À Chalmazel c’est comme ça. Quand ça tourne, ça tourne à fond. »

L’ins­ti­tu­tion, néan­moins, n’a pas d’oeillères. L’ave­nir des sta­tions de moyenne mon­tagne, clai­re­ment hy­po­thé­qué par le ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique, est dans tous les es­prits. « La grande ins­pec­tion du té­lé­siège, dé­bu­tée en 2016, se pour­ sui­vra ce prin­temps au ni­veau des gares de dé­part et d’ar­ri­vée (fac­ture glo­bale : 700.000 €). Nous de­vrons re­con­duire l’opé­ra­tion dans dix ans. On se de­man­de­ra, alors, s’il est rai­son­nable de conti­nuer. Mais dans l’im­mé­diat, il ne faut pas je­ter le mo­dèle aux or­ties. »

Le Dé­par­te­ment, qui de­vrait in­ves­tir dans une ar­ri­vée en pente douce au pied des pistes et l’achat de nou­veaux ca­nons à neige fin 2017, met d’ores et dé­jà le pa­quet sur son offre d’été : cir­cuits de ran­don­née, de VTT, de trail et par­cours d’orien­ta­tion. Et pour­quoi pas une ac­ti­vi­té en lien avec les té­lé­skis puisque le té­lé­siège, en ré­vi­sion, ne pour­ra fonc­tion­ner avant la mi­juillet ? Toutes les pistes sont à l’étude. ■

700.000 € pour ins­pec­ter le té­lé­siège

PHO­TO DÉ­PAR­TE­MENT LOIRE.

NEIGE DE CULTURE. Six per­ma­nents et 30 sai­son­niers ont as­su­ré l’en­nei­ge­ment ar­ti­fi­ciel.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.