Le bief de Ma­ze­nod, pri­vé d’eau, va-t-il mou­rir de soif ?

Le pe­tit ca­nal aux al­lures de ruis­seau est condam­né à l’as­sè­che­ment

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ca­ro­line Bou­quet

La ri­vière de la Mare ne res­pec­tant pas la di­rec­tive eu­ro­péenne sur l’eau, les au­to­ri­tés en­vi­sagent la des­truc­tion du seuil de Ma­ze­nod et condamnent le bief à l’as­sè­che­ment. Une autre so­lu­tion existe... mais elle est plus coû­teuse.

Le bief de Saint­Mar­cel­li­nen­Fo­rez est­il voué à disparaître ? Le sort de ce pe­tit ca­nal d’ir­ri­ga­tion et d’ali­men­ta­tion en eau construit par le Comte du Fo­rez au XIIe siècle est me­na­cé. À l’ori­gine du pro­blème se trouve la di­rec­tive eu­ro­péenne sur l’eau da­tée de 2000. Le bar­rage sur la Mare (seuil de Ma­ze­nod) ali­men­tant le bief doit être mis en confor­mi­té pour as­su­rer la conti­nui­té éco­lo­gique pis­ci­cole (pas­sage de toutes les es­pèces de poissons de l’amont à l’aval et ré­ci­pro­que­ment) et sé­di­men­taire (trans­port des sé­di­ments de l’amont vers l’aval).

Le pro­jet le plus com­plet pré­voit la réa­li­sa­tion d’une échelle à poissons et la mise en place d’un sys­tème de van­nage pour la maî­trise des dé­bits pré­le­vés. Mais il est aus­si le plus coû­teux : 205.000 € TTC à la charge du pro­prié­taire avec pos­si­bi­li­té de bé­né­fi­cier de sub­ven­tions de dif­fé­rentes ins­ti­tu­tions.

Le pro­jet le plus simple, en ap­pa­rence, consiste à dé­truire le seuil. Mais ce se­rait faire une croix, alors, sur l’ali­men­ta­tion du bief qui ap­porte de l’eau au la­voir ré­cem­ment res­tau­ré, au mou­lin, au châ­teau, aux jar­dins po­ta­gers d’Outre l’eau, et à la sta­tion de po­ta­bi­li­sa­tion. Il s’agit pour­tant de l’orien­ta­tion re­te­nue par l’ar­rê­té pré­fec­to­ral du 21 jan­vier 2015.

L’as­so­cia­tion Saint­Marcellin pa­tri­moine vi­vant et l’As­sen (as­so­cia­tion de sau­ve­garde de l’en­vi­ron­ne­ment et la na­ture) dé­plorent cette dé­ci­sion qui as­sè­che­ra le bief, la prise d’eau de l’usine de po­ta­bi­li­sa­tion de­vant être re­por­tée di­rec­te­ment dans le lit de la Mare. Le coût de ce dé­pla­ce­ment, né­ces­si­tant des tra­vaux et une lourde pro­cé­dure de mo­di­fi­ca­tion des pé­ri­mètres de pro­tec­tion, est es­ti­mé à 170.000 HT.

Une pétition et 350 si­gna­tures

Guy Ja­nin, pré­sident de l’As­sen tient à pré­ci­ser : « De nom­breux Mar­cel­li­nois sont at­ta­chés à l’ou­vrage et prêts à se mo­bi­li­ser pour qu’une so­lu­tion in­tel­li­gente soit trou­vée pour l’ap­pli­ca­ tion de la loi, qui per­met­trait de réa­li­ser la conti­nui­té éco­lo­gique dans la Mare et de conser­ver la fonc­tion du bief. » Les deux as­so­cia­tions ont in­ter­pel­lé le pré­fet de la Loire dans deux cour­riers en dé­cembre 2016 et mars 2017, res­tés à ce jour sans ré­ponse. Elles ont éga­le­ment aler­té l’opi­nion pu­blique en lan­çant une pétition qui a re­cueilli plus de 350 si­gna­tures le jour de la fête pa­tro­nale, en dé­cembre 2016, et conti­nue à cir­cu­ler grâce au site In­ter­net de l’As­sen.

Une motion vo­tée à l’una­ni­mi­té par le conseil mu­ni­ci­pal lors de sa der­nière séance le 9 fé­vrier va dans le même sens. Les Mar­cel­li­nois es­pèrent être en­ten­dus au plus tôt par les au­to­ri­tés pu­bliques et ob­te­nir un dia­logue avec le pré­fet. ■

Plus d’eau pour le châ­teau, les jar­dins po­ta­gers et la sta­tion de po­ta­bi­li­sa­tion

MOU­LIN. Au­tre­fois le mou­lin pro­fi­tait de l’eau du bief. Main­te­nant ce ca­nal ar­ti­fi­ciel s’ap­pa­rente à un ruis­seau na­tu­rel avec tout son éco­sys­tème (poissons, ale­vins, etc.).

LA­VOIR. À l’es­pace du mou­lin, le la­voir est en­core ali­men­té par l’eau du bief De Ma­ze­nod.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.