Le res­tau­rant d’Yves Thol­lot va fer­mer

Le res­tau­ra­teur fo­ré­zien a si­gné un com­pro­mis de vente. Son éta­blis­se­ment de­vrait fer­mer fin juin

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

BONNE TABLE. Faute d’avoir réus­si à trou­ver un re­pre­neur, le res­tau­ra­teur de Sa­vi­gneux s’est ré­so­lu à fer­mer, fin juin pro­chain, un éta­blis­se­ment inau­gu­ré en 1988.

COM­PRO­MIS DE VENTE. Un ac­cord a été trou­vé avec des in­ves­tis­seurs qui vont ra­ser l’adresse gas­tro­no­mique fo­ré­zienne ré­pu­tée pour éri­ger un im­meuble de bu­reaux.

Faute d’avoir trou­vé un re­pre­neur, Yves Thol­lot s’est ré­so­lu à voir son res­tau­rant ou­vert en 1988, dis­pa­raître du pay­sage gas­tro­no­mique lo­cal. Un com­pro­mis de vente a été si­gné pour la construc­tion d’un im­meuble de bu­reaux. Il reste trois mois pour pro­fi­ter de la cui­sine tra­di­tion­nelle de l’an­cien col­la­bo­ra­teur de Jean Pe­ron­net au « Cha­peau rouge » à Feurs et de Pierre Ga­gnaire, à Saint-Priest-en-Ja­rez.

Il en a « gros sur la pa­tate » mais il a dû se ré­soudre à se sé­pa­rer de son « bé­bé » : un an après avoir mis en vente son res­tau­rant de Sa­vi­gneux, ce­lui­là même qu’il avait fait construire en 1986 par l’ar­chi­tecte sa­vi­gno­lais Claude Ber­thier et qui est de­ve­nu une ré­fé­rence pour les ama­teurs de cui­sine tra­di­tion­nelle, bien au­de­là des li­mites du Fo­rez et de la Loire, Yves Thol­lot a si­gné un com­pro­mis de vente, en juin der­nier.

Un per­mis de construire bien­tôt dé­li­vré

Les ache­teurs ne sont pas des cui­si­niers, pas même des pro­fes­sion­nels de la res­tau­ra­tion. Et ces der­niers pré­voient de ra­ser le res­tau­rant qui, l’été der­nier, avait dé­cro­ché l’as­siette Mi­che­lin, l’an­ti­chambre de l’étoile du pres­ti­gieux guide qui in­dique « les res­tau­rants pro­po­sant eux aus­si une bonne cui­sine, un bon re­pas, tout sim­ple­ment » (voir notre édi­tion du 28 juillet 2016). Leur per­mis de construire est « à l’ins­truc­tion », nous a in­di­qué la mu­ni­ci­pa­li­té sa­vi­gno­laise. Il manque quelques do­cu­ments ad­mi­nis­tra­tifs mais tout de­vrait ren­trer dans l’ordre dans les se­maines qui viennent.

Yves Thol­lot, lui, a pré­vu de rac­cro­cher sa veste fin juin. D’ici là, il es­père pou­voir conten­ter tous les clients qui, ayant eu vent de la nou­velle, ont pous­sé la porte du 93 de la rue de Lyon pour ré­ser­ver une der­nière fois. Comme ces sa­la­riés d’une PME du Roan­nais qui ont tou­jours conser­vé un ex­cellent sou­ve­nir de la cui­sine pro­po­sée à « L’Au­berge des voya­geurs », le pre­mier éta­blis­se­ment ou­vert par Yves Thol­lot à Saint­Ger­main­La­val, et qui sont ré­cem­ment ve­nus dé­jeu­ner tous en­semble à Sa­vi­gneux ; un hom­mage et un adieu.

Un res­tau­rant ou­vert en 1988

Ori­gi­naire de Mont­ver­dun, le chef sa­vi­gno­lais a ef­fec­tué son ap­pren­tis­sage avec Jean Pe­ron­net au « Cha­peau rouge », à Feurs avant de tra­vailler dans plu­sieurs autres res­tau­rants dont « Châ­teau­Ar­noux » dans les Alpes­de­Haute­Pro­vence, et chez les Ga­gnaire, père et fils, au « Clos fleu­ri », à Saint­Priest­ en­Ja­rez, un res­tau­rant dé­jà sa­cri­fié sur l’au­tel de la pro­mo­tion im­mo­bi­lière. « Après Saint­Ger­main­La­val, j’ai vou­lu créer mon propre éta­blis­se­ment, se sou­vient Yves Thol­lot. J’ai ache­té un champ de maïs à un pay­san à Sa­vi­gneux. »

L’ap­pren­ti de Jean Pe­ron­net au « Cha­peau rouge » a tra­vaillé chez les Ga­gnaire, père et fils. YVES THOL­LOT Res­tau­ra­teur

Le res­tau­ra­teur au­rait tel­le­ment ai­mé trou­ver un suc­ces­seur

Quatre dé­cen­nies plus tard, le res­tau­rant s’est agran­di au fil des an­nées et du suc­cès ren­con­tré par cette table fo­ré­zienne ou­verte en 1988. Jus­qu’à comp­ter trois salles de 100, 30 et 20 places et une ter­rasse dé­li­cieuse de fraî­cheur en été. Yves et son épouse, Michèle, qui as­sure l’ac­cueil, ont ven­du un mor­ceau de ter­rain où a été éri­gé un hô­tel et ont fait fruc­ti­fier leur belle pe­tite af­faire.

L’éta­blis­se­ment a en­core dé­pas­sé les 400.000 € de chiffre d’af­faires aux comptes ar­rê­tés en mars 2016. Cinq­six per­sonnes tra­vaillent à leurs cô­tés dont Joël, le chef de rang, qui les ac­com­pagne de­puis trente ans. Tous ont été pré­ve­nus et savent qu’ils de­vront don­ner une nou­velle orien­ta­tion à leur car­rière pro­fes­sion­nelle en juin pro­chain avec la fier­té d’avoir par­ti­ci­pé à un pan de l’his­toire gas­tro­no­mique lo­cale et ré­gio­nale. Yves Thol­lot, lui, pré­fère ne pas pen­ser à cette échéance es­ti­vale. Il au­rait tel­le­ment ai­mé trou­ver un suc­ces­seur… ■

RUE DE LYON. Quand les Thol­lot ont ache­té le ter­rain, au mi­lieu des an­nées 80, c’était un champ de maïs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.