Les ado­les­cents face aux ad­dic­tions

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Portes Du Forez -

Jean­Paul Bian­co de la bri­gade de gen­dar­me­rie d’An­dré­zieux­Bou­théon, a fait un bel ex­po­sé sur les ad­dic­tions au ta­bac, à l’al­cool et aux drogues, au col­lège An­toine­Gui­chard, ven­dre­di 24 mars.

« Notre ob­jec­tif est de pré­ve­nir la dé­pen­dance qui coûte cher et nuit à la san­té, a ex­pli­qué le mi­li­taire qui a lon­gue­ment ques­tion­né ses jeunes in­ter­lo­cu­teurs. Une fois l’er­reur com­mise parce qu’on veut faire comme les co­pains ou amu­ser la ga­le­rie, l’ad­dic­tion vient très vite et c’est trop tard. L’al­cool, c’est 45.000 morts par an et le ta­bac, 77.000. On croit qu’avec les taxes sur les ci­ga­rettes l’État s’en­ri­chit mais c’est le contraire : ça coûte 200 mil­liards d’eu­ros avec le trai­te­ment des ma­la­dies.

Pour­quoi prend­on des drogues ? En gé­né­ral quand on n’est pas bien, pour sur­mon­ter une an­xié­té, un iso­le­ment, une baisse de mo­ti­va­tion… Il vaut mieux consul­ter un psy­cho­logue, c’est moins long et moins coû­teux qu’une ad­dic­tion qui peut par­fois re­pré­sen­ter une charge de 200 men­suels par per­sonne pour le ta­bac. C’est aus­si moins no­ cif pour la san­té. La drogue, tels le can­na­bis, l’hé­roïne et autres, ne consti­tuent qu’une mé­thode de sub­sti­tu­tion éphé­mère. Toutes ces dé­rives peuvent conduire au vol, à la dé­lin­quance, à la pros­ti­tu­tion pour ob­te­nir son pro­duit illi­cite. »

Sans ou­blier que toutes ces ad­dic­tions sont pas­sibles de peine de pri­son ou d’amendes puisque les contre­ve­nants en­freignent la loi. ■

BPDL. Les classes de troi­sième étaient concer­nées par l’in­for­ma­tion dé­li­vrée par Jean-Paul Bian­co. La gen­dar­me­rie in­forme 10.000 élèves li­gé­riens chaque an­née.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.