La Ville re­cherche un ges­tion­naire pour son cam­ping mu­ni­ci­pal

La Ville re­cherche un ges­tion­naire pour son cam­ping mu­ni­ci­pal qui a rou­vert sa­me­di 1er avril

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

La sai­son es­ti­vale à peine lan­cée, les ha­bi­tués ont re­trou­vé avec plai­sir leur ca­ra­vane ou mo­bile-home au cam­ping du Do­maine du pa­lais. En cou­lisses, la mai­rie cherche une so­lu­tion pour confier la ges­tion à un pro­fes­sion­nel du tou­risme.

«On vient ici de­puis 1982 et de­puis qu’on est à la re­traite, on reste pen­dant six mois, de l’ou­ver­ture jus­qu’à la fer­me­ture de la sai­son. » Fi­dèles par­mi les fi­dèles, Pau­lette et Sal­va­tore Rig­gi ont re­trou­vé avec plai­sir leur ca­ra­vane et leur pe­tit car­ré de ver­dure.

À quelques mètres, Ch­ris­tiane et Ro­bert Fromme s’at­tellent à net­toyer leur em­pla­ce­ment et à re­mettre en état les VTT pour pro­fi­ter plei­ne­ment des routes de la plaine. « Quand on ha­bite dans les HLM en ville, on n’a qu’une hâte, c’est de re­trou­ver le cam­ping et les co­pains. On vient ici de­puis vingt ans, on a eu le temps de lier des connais­sances. Et puis on dé­couvre chaque an­née de nou­veaux pe­tits vil­lages, à proxi­mi­té de Feurs. C’est un plai­sir. »

Comme eux, ils sont une pe­tite cen­taine d’ha­bi­tués, vi­vant le reste du temps dans un ap­par­te­ment à Saint­Étienne ou à Lyon, à ve­nir res­pi­rer chaque an­née l’air de la plaine du Fo­rez au cam­ping du Do­maine du pa­lais de Feurs, qua­li­fié de lieu « de sé­ré­ni­té et de zé­ni­tude », par la res­pon­sable du site, Alexandra Du­ret. Ma­jo­ri­tai­re­ment re­trai­tés, les ré­si­dents ont pu voir l’évo­lu­tion de cet es­pace tou­ris­tique gé­ré par la mu­ni­ci­pa­li­té. Le cam­ping est pas­sé de 9 à 4 hec­tares et de 385 à 208 em­pla­ce­ments, voi­ci deux ans.

Si l’en­tre­tien du site est tou­jours as­su­ré avec pro­fes­sion­na­lisme par les ser­vices tech­niques, les in­ves­tis­se­ments ont été, eux, ré­duits à peau de cha­ grin. Les sa­ni­taires, par exemple, sont les mêmes de­puis 1982. « Rien que pour les ré­no­ver, il y en au­rait pour 500.000 €, an­nonce Syl­vie Ma­thieu, ad­jointe au maire, en charge du cam­ping. Le maire veut d’abord réa­li­ser les pro­jets ins­crits dans son pro­gramme. Et le cam­ping n’en fait pas par­tie. » Il faut dire que la struc­ture mu­ni­ci­pale est en dé­fi­cit de­puis plu­sieurs an­nées. En 2016, la mai­rie a dû ren­flouer les caisses à hau­teur de 35.000 €.

Une perte chro­nique qui a in­ci­té les élus à se pen­cher sur un autre mode de ges­tion. « Notre cam­ping est im­por­tant pour le tou­risme vert, mais nous ne sommes pas des pro­fes­sion­nels en la ma­tière, dé­ve­loppe Syl­vie Ma­thieu. Nous nous sommes rap­pro­chés de Loire tou­risme pour mettre en place une gé­rance ou une dé­lé­ga­tion de ser­vice pu­blic (DSP). Une dé­marche à ce jour in­fruc­tueuse.

« Ce qu’il nous manque pour être plus at­trac­tif, c’est du lo­ca­tif », re­con­naît l’élue fo­ré­zienne. Les cam­peurs ins­tallent en ef­fet leur propre ca­ra­vane ou mo­bi­le­home, moyen­nant une lo­ca­tion d’em­pla­ce­ment (880 € pour une ca­ra­vane et 1.345 € pour le mo­bile­home), à l’image des Rig­gi et des Fromme, en va­cances, bien loin des ques­tions de ges­tion de leur cam­ping pré­fé­ré…

Le cam­ping est pas­sé de 9 à 4 hec­tares et de 385 à

208 em­pla­ce­ments

FI­DÈLES. Pau­lette et Sal­va­tore Rig­gi viennent au cam­ping de Feurs de­puis son ou­ver­ture, en 1982.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.