Le pre­mier bar des sports connec­té

Le groupe Joa a inau­gu­ré un con­cept unique en France dans son ca­si­no fo­ré­zien

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Portes Du Forez - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Le groupe Joa conti­nue d’in­no­ver. Per­sua­dé que c’est en étof­fant son offre de jeux non tra­di­tion­nels qu’il sé­dui­ra une nou­velle clien­tèle, le troi­sième opé­ra­teur de ca­si­nos et de loi­sirs en France vient d’inau­gu­rer un bar des sports connec­té à Montrond-les-Bains.

Di­manche, l’AS SaintÉ­tienne ac­cueille le FC Nantes At­lan­tique au stade Geof­froy­Gui­chard pour la re­prise du cham­pion­nat de France de foot­ball (lire aus­si p. 32). Il de­vrait y avoir foule dans un « Chau­dron » se­vré de bal­lon rond de­puis la ve­nue du FC Metz, il y a trois se­maines. Cette af­fiche, un clas­sique de la Ligue 1, pour­rait aus­si at­ti­rer du monde… au ca­si­no Joa de Montrond­les­Bains. Au­cun joueur sté­pha­nois ni nan­tais ne se­ra pré­sent mais l’éta­blis­se­ment fo­ré­zien pro­pose un nou­veau loi­sir qui pro­met de sus­ci­ter la cu­rio­si­té des ama­teurs de sports en tout genre (foot­ball, bas­ket­ball, golf, ten­nis, sport au­to­mo­bile, hip­pisme…) : un bar des sports connec­té.

Une ving­taine de dis­ci­plines ac­ces­sibles

Si le con­cept existe ailleurs dans le monde, no­tam­ment aux États­Unis, et dans quelques rares pays en Eu­rope, il est unique en France. Le prin­cipe ? Re­gar­der et suivre un évé­ne­ment spor­tif, seul ou entre amis, et pa­rier en ligne. Sur tout ou presque : le pre­mier bu­teur de l’op­po­si­tion entre les Verts et les « Ca­na­ris », le vain­queur d’un match de foot en France, en Ita­lie, en Croa­tie, en An­gle­terre…, le ga­gnant du pro­chain set d’un match de ten­nis n’im­porte où dans le monde, les points d’écarts entre deux équipes de bas­ket à la mi­temps ou à la fin du temps ré­gle­men­taire en Slo­vé­nie, en Tur­quie ou en­core en Ligue fé­mi­nine fran­çaise, le score exact d’une ren­contre de ba­ se­ball aux États­Unis… Au to­tal, une ving­taine de dis­ci­plines sont ou­vertes aux pa­ris sur le site In­ter­net joa.fr, ac­ces­sible via un smart­phone ou des ta­blettes tac­tiles mises à dis­po­si­tion, et plu­sieurs cen­taines de com­bi­nai­sons pos­sibles, le tout de­vant la dif­fu­sion de « quelque 250 re­pré­sen­ta­tions spor­tives par se­maine », pro­met Laurent Las­siaz.

Le pré­sident du groupe Joa est ve­nu inau­gu­rer ce bar des sports connec­té jeu­di 30 mars, au ca­si­no de Montrond­lesBains. Une fois en­core, après avoir été le pre­mier ca­si­no nou­velle gé­né­ra­tion du groupe lyon­nais, l’éta­blis­se­ment fo­ré­zien sert de ter­rain d’ex­pé­ri­men­ta­tion.

Laurent Las­siaz n’a « au­cune cer­ti­tude » sur le suc­cès de cette nou­velle offre mais il est per­sua­dé que cette idée est por­teuse d’ave­nir et source de dé­ve­lop­pe­ment. « Chaque an­née, nous or­ga­ni­sons ce que nous ap­pe­lons un ma­ra­thon de l’in­no­va­tion, ex­plique le pré­sident du groupe Joa. Nos 1.500 col­la­bo­ra­teurs sont in­ter­ro­gés et in­vi­tés à s’ex­pri­mer sur ce qu’ils sou­hai­te­raient ou pensent qu’il fau­drait trou­ver dans nos éta­blis­se­ments pour pour­suivre notre évo­lu­tion. En 2016, l’idée de ce bar connec­té a été plé­bis­ci­tée. »

Les pa­ris spor­tifs en pleine ex­pan­sion

Quelques mois de ré­flexion plus tard, le temps de dé­cro­cher la li­cence obli­ga­toire pour pro­po­ser ces pa­ris et ef­fec­tuer les tra­vaux né­ces­saires dans le ca­si­no mon­tron­dais di­ri­gé par Maxime Luc­ciar­di, na­vire ami­ral du groupe Joa, le bar est de­ve­nu réa­li­té. 300.000 € ont été in­ves­tis (créa­tion du bar, ins­tal­la­tion de vingt écrans dont seize forment un double mur d’images de douze mètres de long…) parce que les ten­dances sont as­sez claires. Le der­nier rap­port tri­mes­triel sur le mar­ché des jeux en ligne en France, pu­blié en fé­vrier der­nier, a fait état de 8,4 mil­liards d’eu­ros de mises et de droits d’en­trée, soit une aug­men­ta­tion de 6 % qui s’ex­plique en par­tie par l’aug­men­ta­tion de 11 % du nombre de comptes joueurs ac­tifs par se­maine et 813 M€ de pro­duit brut des jeux (PBJ qui cor­res­pond à la dé­pense réelle des joueurs et aux chiffres d’af­faires des opé­ra­teurs, N.D.L.R.), soit une aug­men­ta­tion de 8 %. Et plus en­core que les autres an­nées, le mar­ché a été et est en­core por­té par le dy­na­misme des pa­ris spor­tifs : 45 % d’aug­men­ta­tion des mises par rap­port à 2015 avec une con­jonc­tion de grands évé­ne­ments, Eu­ro 2016 de foot­ball et Jeux olym­piques de Rio.

Suf­fi­sant pour que le groupe Joa juge que ce bar di­gi­tal en­trait par­fai­te­ment dans sa stra­té­gie qui consiste à « chan­ger le re­gard des gens sur le ca­si­no de de­main » pour ré­gé­né­rer, ra­jeu­nir et aug­men­ter sa clien­tèle. Seule pe­tite contrainte, créer un compte en ligne pour pou­voir mi­ser et per­ce­voir ses gains. Tout l’en­jeu pour les nou­veaux et fu­turs adeptes se­ra de par­ve­nir à res­ter dans un jeu ré­créa­tif, sans ris­quer de perdre de trop grosses sommes, alors que le groupe es­père non seule­ment re­cru­ter de nou­veaux joueurs mais les fi­dé­li­ser et les conver­tir aux autres jeux.

Laurent Las­siaz pro­met de dres­ser un bi­lan fin 2017 avant d’étendre ce nou­veau con­cept à d’autres ca­si­nos. D’ores et dé­jà convain­cus du suc­cès, six éta­blis­se­ments se­raient can­di­dats. ■

Six autres ca­si­nos du groupe sont can­di­dats à re­ce­voir un bar di­gi­tal

BAR DI­GI­TAL. Maxime Luc­ciar­di et Laurent Las­siaz (de gauche à droite) dres­se­ront un bi­lan en fin d‘an­née avant d’étendre le con­cept.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.