Qui est Hu­bert Du­bien, nou­veau pré­sident du syn­di­cat de la fourme ?

Hu­bert Du­bien suc­cède à Paul Du­champt à la tête du syn­di­cat de la fourme de Mont­bri­son

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Lae­ti­tia Co­hen­det lae­ti­tia.co­hen­det@cen­tre­france.com

Le pas­sage de té­moin a eu lieu mer­cre­di 12 avril. Après 29 an­nées de pré­si­dence, Paul Du­champt laisse à Hu­bert Du­bien le soin de conduire l’in­ter­pro­fes­sion.

Il a pour lui l’en­thou­siasme et le dy­na­misme de la jeu­nesse. Élu il y a sept jours pré­sident du syn­di­cat de la fourme de Mont­bri­son, Hu­bert Du­bien a pas­sé la jour­née du 13 avril à ré­or­ga­ni­ser son agen­da, plon­gé dans le concret, et dans le dur, douze pe­tites heures seule­ment après sa no­mi­na­tion. À 46 ans, l’éle­veur de Saint­Georges­en­Cou­zan a du pain sur la planche. Ce na­tif des Monts du Fo­rez, re­pre­neur de la ferme fa­mi­liale, bi­chonne, seul, un trou­peau de 25 Prim’Hol­stein. Et re­vend, chaque an­née, 160.000 litres de lait à l’En­tre­prise lai­tière de Sau­vain (ELS) dont une bonne part est trans­for­mée en fro­mage à pâte per­sillée.

Pom­pier vo­lon­taire et chef de fan­fare

C’est na­tu­rel­le­ment qu’il a sous­crit au ca­hier des charges de l’AOC (ap­pel­la­tion d’ori­gine contrô­lée) en 1995. Ad­mi­nis­tra­teur au syn­di­cat de­puis 1998, sa per­son­na­li­té a fait consen­sus. Il confie, à de­mi­mot, avoir été pous­sé à la re­prise, non sans quelque ré­ti­cence et ap­pré­hen­sion. Lui qui, pom­pier vo­lon­taire, as­sure aus­si la di­rec­tion de la bat­te­rie fan­fare de Saint­Georges­en­Cou­zan et ne sa­cri­fie­ra au­cune res­pon­sa­bi­li­té. Pour avoir long­temps dé­chif­fré des par­ti­tions au clai­ron, à la trom­pette et au cor, il sait que tout est ques­tion d’or­ches­tra­tion. Très at­ta­ché à la qua­li­té du lien so­cial, ce pa­pa de deux en­fants n’en­tend pas se lais­ser dé­bor­der. Pre­mière in­ter­view.

■ Vous avez pris, le 12 avril, de nou­velles res­pon­sa­bi­li­tés à la tête du syn­di­cat. Mais il ne s’agit pas d’un saut dans l’in­con­nu… Non, j’étais jus­qu’ici im­pli­qué au sein de la com­mis­sion pro­duc­tion. Les pour­tours d’une ap­pel­la­tion, les plans de contrôle… Je gère ! J’ai sui­vi les évo­lu­tions de ces der­nières an­nées et dé­jà vé­cu une mo­di­fi­ca­tion du ca­hier des charges in­té­grant les OGM et la li­mi­ta­tion des concen­trés. Un tra­vail très mi­nu­tieux qui nous avait pris trois ou quatre an­nées.

Quel pré­sident se­rez-vous pour

la fourme ? J’ai la chance d’avoir à mes cô­tés un con­seil d’ad­mi­ nis­tra­tion très vo­lon­taire. Les membres ont ac­cep­té de s’im­pli­quer da­van­tage et je pense que je vais ré­par­tir les tâches au sein de l’équipe. Dé­lé­guer est, je crois, un élé­ment de mo­ti­va­tion. ■ La dif­fi­cul­té reste de fé­dé­rer dans votre sillage 130 agri­cul­teurs et cinq en­tre­prises four­mières (deux trans­for­ma­teurs in­dus­triels, deux ar­ti­sans et un fer­mier). Soit quelque 200 pro­fes­sion­nels. Tout le monde a com­pris qu’il fal­lait avan­cer en­semble. Le syn­di­cat a mis des tas de choses en place ces der­nières an­nées et ce­la com­mence à por­ter ses fruits. Les quan­ti­tés de fourme pro­duites aug­mentent de­puis quatre ans. Nous sommes pas­sés de 450 à 561 tonnes en 2016. Il faut faire connaître notre fro­mage qui est de qua­li­té. L’ac­crois­se­ment des vo­lumes es­telle une fin en soi ? Non, je vou­drais qu’on prenne du re­cul. Au­jourd’hui, la ges­tion s’ef­fec­tue d’une an­née sur l’autre alors qu’il nous faut des am­bi­tions sur le long terme. Ce­la ne pour­ra se faire sans don­ner la pa­role à chaque membre de l’in­ter­pro­fes­sion. La fourme est un pro­duit haut de gamme. Elle se vend 32 eu­ros du ki­lo à Lyon. Ses pro­duc­teurs doivent être jus­te­ment ré­mu­né­rés. Or les éle­veurs conti­nuent à su­bir la pro­blé­ma­tique du prix du lait.

Vous suc­cé­dez à Paul Du­champt qui a mar­qué le syn­di­cat de sa patte du­rant 29 ans. C’est un dé­fi ?

Une in­quié­tude ? La barre est très haute et la tâche ne se­ra pas fa­cile. Nous avons don­né à Paul une place de pré­sident d’hon­neur et nous fe­rons quelque chose pour lui rendre hom­mage en temps et en heure. D’ici là, je sais pou­voir comp­ter sur son aide si né­ces­saire. ■

« Il nous faut des am­bi­tions sur le long terme »

PRÉ­SIDENT. Hu­bert Du­bien a pris ses fonc­tions jeu­di 13 avril.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.