Aé­ro­port : le syn­di­cat na­vigue à vue

Le plan de la CCI qui de­vait être pré­sen­té fin mai ne ver­ra pas le jour avant dix mois

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale L'actu - Lae­ti­tia Co­hen­det lae­ti­tia.co­hen­det@cen­tre­france.com

Deux ans que dure l’er­rance. Les col­lec­ti­vi­tés, ré­so­lues au main­tien de l’aé­ro­port mais pas à son dé­fi­cit chro­nique, ont re­non­cé en fé­vrier à le confier à une en­tre­prise. Son ad­mi­nis­tra­tion res­te­ra à la chambre de com­merce qui cherche en­core le meilleur moyen de l’ex­ploi­ter.

Les réunions du syn­di­cat mixte se suivent et se res­semblent. Me­nées à vi­tesse grand V et sans plan de vol clai­re­ment éta­bli. Réunis jeu­di 13 avril à Saint­Étienne, les ad­mi­nis­tra­teurs de l’aé­ro­port Saint­Étienne Loire ont ap­po­sé leur nom en bas du chèque moins de vingt mi­nutes après le dé­but de la séance. Et contri­bué une nou­velle fois à ren­flouer le “trou” bud­gé­taire à hau­teur de 2,4 mil­lions d’eu­ros (le Dé­par­te­ment verse chaque an­née 1,1 mil­lion d’eu­ros, Saint­Étienne Mé­tro­pole 789.950 €, la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie 388.500 €, Loire Fo­rez 181.300 € et Fo­rez Est 116.550 €). Leur der­nière sai­gnée faut­il croire, du moins dans de telles pro­por­tions, puisque les com­pa­gnies low­cost, gras­se­ment dé­dom­ma­gées, ont fi­na­le­ment été re­mer­ciées (lire à ce su­jet notre édi­tion du 16 fé­vrier). Pe­ga­sus a plié ba­ga­ ges en mars avec un an d’avance sur son contrat. Rya­nair s’en­vo­le­ra dé­fi­ni­ti­ve­ment en oc­tobre. De quoi dé­les­ter les pou­voirs pu­blics d’une sub­ven­tion dé­gui­sée d’1 mil­lion d’eu­ros. Mais pour le res­ te, le flou de­meure to­tal. En re­je­tant mi­fé­vrier l’offre de SNC La­va­lin, unique en­tre­prise can­di­date à la dé­lé­ga­tion de ser­vice pu­blic (DSP), les membres du syn­di­cat ont mis au pa­nier deux ans de ré­flexions et de pro­cé­dure.

Mis­sion­née pour éla­bo­rer un plan B dans un dé­lai de trois mois, la Chambre de com­merce et d’in­dus­trie (qui se charge, de­puis 2013, d’as­su­rer l’en­tre­tien cou­rant de l’aé­ro­port, les tra­vaux de gros en­tre­tien et la ges­tion du per­son­nel), a dé­cla­ré ne pas pou­voir te­nir les dé­lais. « Nous avions ré­pon­du, le 10 fé­vrier, sous la pres­sion du pré­sident Ber­nard Bonne, s’est jus­ti­fié Fran­çois Méon, re­pré­sen­tant de la CCI. Mais nous ne pour­rons rien vous pro­po­ser avant la fin d’an­née. »

De quoi pi­quer l’in­té­rêt, et l’in­quié­tude, des deux élus d’op­po­si­tion sié­geant au syn­di­cat : Jo­seph Fer­ra­ra et Pier­rick Cour­bon. « Le dé­lai de trois mois était sans doute contraint, mais on passe sou­dai­ne­ment de trois mois à un an. Il faut com­prendre notre mé­fiance… Les choses, grâce à la DSP, de­vaient être ré­glées ra­pi­de­ment or au bout de deux ans, on re­part à zé­ro et peut­être pour long­temps. » Ar­gu­ment ba­layé d’un re­vers de main par Ber­nard Bonne : « Nous avons tous la même en­vie de trou­ver une so­lu­tion. »

L’is­sue de­vrait pas­ser par l’aban­don des vols tou­ris­tiques (à l’ex­cep­tion des char­ters) au pro­fit des seuls vols d’af­faires et/ou liés aux évé­ne­ments foot­bal­lis­tiques. Quitte à sa­cri­fier le nombre de pas­sa­gers sur l’au­tel de la ren­ta­bi­li­té (la fré­quen­ta­tion, sans les vols low­cost, de­vrait chu­ter de 165.000 à 10.000 usa­gers). ■

Re­tour à la case dé­part, dans un flou to­tal

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION.

LOW COST. Pe­ga­sus a rom­pu son contrat avec l’aé­ro­port Saint-Étienne Loire en mars der­nier. Ce­lui conclu avec Rya­nair n’ira pas au-de­là de son terme, en oc­tobre 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.