Sourd à toute pré­ven­tion

Un sep­tua­gé­naire en état d’ivresse au vo­lant de sa voi­tu­rette

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Faits Divers - Justice - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Un sep­tua­gé­naire de Noi­ré­table a été in­ter­dit de toute conduite d’un vé­hi­cule à mo­teur pen­dant six mois. L’homme, han­di­ca­pé par une pro­fonde sur­di­té, avait été in­ter­pel­lé ivre au vo­lant de sa voi­tu­rette en jan­vier der­nier, à Les Salles.

Joyeux an­ni­ver­saire quand même. L’homme qui com­pa­raît à la barre du tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Saint­Étienne ce ven­dre­di 14 avril fête ses 79 ans. En dé­but d’an­née 2017, ce Né­tra­blais a été ar­rê­té alors qu’il cir­cu­lait en état d’ivresse, au vo­lant de sa voi­tu­rette, à Les Salles.

Im­pos­sible de souf­fler dans l’éthy­lo­test

Une pa­trouille de gen­darmes qui as­su­raient une mis­sion de po­lice de route, peu après 22 heures, a été in­tri­guée par son vé­hi­cule qui zig­za­guait sur la chaus­sée. Les mi­li­taires ont alors dé­ci­dé de suivre cette Ca­sa­li­ni Sul­ky dont le conduc­teur a com­mis plu­sieurs in­frac­tions avant de fi­nir par ar­rê­ter le chauf­fard et son en­gin. Si le dé­pis­tage d’al­coo­lé­mie s’est avé­ré po­si­tif, en re­vanche, im­pos­sible pour les gen­darmes de le me­su­rer pré­ci­sé­ment : leur in­ter­lo­cu­teur n’a ja­mais réus­si à souf­fler dans l’éthy­lo­mètre ; non pas qu’il était trop al­coo­li­sé mais ses dif­fi­cul­tés de res­pi­ra­tion ne lui ont pas per­mis de se sou­mettre au test. Il a en­suite re­fu­sé d’être trans­por­té à l’hô­pi­tal pour su­bir une prise de sang de ma­nière à éta­blir son taux d’al­cool dans le sang.

Il est prêt à s’ex­pli­quer avec Ma­rine Men­nes­son mais la pré­si­dente du tri­bu­nal doit au­pa­ra­vant ac­cep­ter une condi­tion sine qua non : qu’il s’ap­proche à un pe­tit mètre d’elle si­non il n’en­ten­dra pas la ma­gis­trate. Le sep­tua­gé­naire est pra­ti­que­ment sourd.

Ar­rê­té à 200 m de chez lui

Il re­con­naît avoir bu « deux ou trois verres de Ri­card » du­rant l’après­mi­di à l’ami­cale bou­liste qu’il fré­quente mais il nie avoir re­fu­sé de se sou­mettre aux vé­ri­fi­ca­tions de son al­coo­lé­mie. « J’ai des pro­blèmes de pou­mons qui m’em­pêchent de souf­ fler suf­fi­sam­ment dans l’ap­pa­reil, as­sure le Né­tra­blais qui a ré­cem­ment pas­sé une se­maine à l’hô­pi­tal pour des exa­mens. Je vais peut­être avoir un ap­pa­reil pour­suit ce­lui qui af­firme qu’il « rou­lait tran­quille­ment » et qui ne com­prend pas pour­quoi il a été ar­rê­té à deux cents mètres de chez lui. « Les gen­darmes ont at­ten­du de trou­ver un en­droit sé­cu­ri­sé et éclai­ré », lui ex­plique pa­tiem­ment Ma­rine Men­nes­son.

La juge l’in­ter­roge en­suite sur son rap­port à l’al­cool. « Je bois ra­re­ment de­puis 2009 », ré­pond un homme qui n’a « plus de per­mis de conduire de­puis 2002 » et qui a dé­jà été condam­né à deux re­prises pour des faits si­mi­laires : une fois en 2007 pour une conduite sous l’em­pire d’un état al­coo­lique (CEA) et une autre fois, en 2010, pour une ré­ci­dive de CEA et pour un dé­lit de fuite après un ac­ci­dent. Le re­trai­té ne semble pas me­su­rer le dan­ger qu’il re­pré­sen­tait ce soir­là. Il a pla­cé son in­ter­pel­la­tion sous le signe de « la mal­chance ».

« Vous mar­che­rez ! »

Ma­rianne Ber­théas, elle, ne croit pas à l’in­gé­nui­té de son in­ter­lo­cu­teur. Pas plus qu’à sa soi­di­sant so­brié­té. La vice­pro­cu­reur de la Ré­pu­blique se de­mande sur­tout si tout ce pe­tit ma­nège n’a pas ser­vi à « ca­cher un taux d’al­coo­lé­mie im­por­tant » ? La re­pré­sen­tante du mi­nis­tère pu­blic re­quiert 60 jour­sa­mendes à 7 €, 100 € d’amende pour le che­vau­che­ment d’une ligne conti­nue et une in­ter­dic­tion de conduire pen­dant un an.

Le pré­ve­nu qui, cette fois­ci, a tout bien en­ten­du, s’of­fusque : « L’amende, je suis d’ac­cord mais pas l’in­ter­dic­tion de conduire. Comment je vais faire pour al­ler voir ma co­pine ? » « Et bien vous mar­che­rez mon­sieur », lui ré­pond la ma­gis­trate.

Le Né­tra­blais a été condam­né à 100 jours­amendes à 7 €, à une amende de 100 € et à six mois d’in­ter­dic­tion de cir­cu­ler. ■

Il a pla­cé son in­ter­pel­la­tion sous le signe de la mal­chance

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.