Pour­quoi le bé­né­vo­lat rend heu­reux

Do­mi­nique Thier­ry était l’in­vi­té du centre so­cial

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrison Vivre Sa Ville -

Ré­pon­dant à l’in­vi­ta­tion de l’an­tenne France bé­né­vo­lat Mont­bri­son et de l’Uni­ver­si­té de la vie as­so­cia­tive, Do­mi­nique Thier­ry, doc­teur en so­cio­lo­gie, co-créa­teur et pré­sident d’hon­neur de France bé­né­vo­lat, a cap­ti­vé son au­di­toire jeu­di 6 avril au centre so­cial. Son propos ? Le bé­né­vo­lat rend heu­reux.

In­vi­té du centre so­cial, dé­but avril, Do­mi­nique Thier­ry n’a pas fait dans la langue de bois : « Il y a, se­lon moi, quatre France, a com­men­cé le confé­ren­cier. Celle de l’ar­gent, du fric et du bling­bling. Celle des zones de non droit. Celle du re­pli sur soi, de l’égoïsme. Et la qua­trième, qu’on ou­blie tout le temps : celle de la so­li­da­ri­té. On y re­trouve 20 mil­lions de Fran­çais qui donnent de leur temps. Treize mil­lions d'entre eux sont membres d’as­so­cia­tions, ce qui me per­met de dire que le bé­né­vo­lat va bien et qu’il per­met de faire de grandes choses avec de pe­tits moyens. »

Do­mi­nique Thier­ry a rap­pe­lé la pro­gres­sion du­rable de l’en­ga­ge­ment bé­né­vole : + 4 % ces der­niè­ res an­nées dont 37 % de jeunes. « On ne peut donc pas dire qu’il y a une crise dans le bé­né­vo­lat, et dans une France écla­tée, c’est une bonne nou­velle que de voir la jeu­nesse croire en­core en la fa­mille et la so­li­da­ri­té. » Les re­trai­tés, à l’in­verse, se­raient moins en­clins à s’en­ga­ger.

Une porte ou­verte...

L’ac­tion mi­li­tante a chan­gé. On est pas­sé, dans les an­nées 2000, d’un bé­né­vo­lat de pro­jet à un bé­né­vo­lat d’ac­tion qui se veut de proxi­mi­té, de court terme alors qu’il se­rait pré­fé­rable de le voir s’ins­crire dans le moyen terme. L’en­ga­ge­ment, a rap­pe­lé Do­mi­nique Thier­ry, est « une porte ou­verte sur les autres, une porte ou­verte sur soi et re­pré­sente un im­pact im­por­tant pour le ter­ri­toire. »

Les échanges avec la salle ont por­té sur le pas­sé et l’ave­nir : ne pas res­ter sur l’idée que c’était mieux avant mais être plein d’es­pé­rances au­jourd’hui, faire vivre les va­leurs de so­li­da­ri­té et faire un pas de plus à chaque gé­né­ra­tion en n’ou­bliant ja­mais que le re­tour sur l’in­ves­tis­se­ment as­so­cia­tif est sans com­mune me­sure avec l’in­ves­tis­se­ment de l’en­tre­prise et qu'il le laisse très loin der­rière. ■ OR­GA­NI­SA­TION

An­tennes. Il existe trois an­tennes de France bé­né­vo­lat dans la Loire : à Mont­bri­son, Saint-Étienne et Roanne. Leur ob­jec­tif : ac­cueillir et orien­ter les can­di­dats au bé­né­vo­lat et les as­su­rer que dans ces pé­riodes dif­fi­ciles le bé­né­vo­lat peut rendre heu­reux. L’an­tenne de Mont­bri­son or­ga­ni­se­ra le 1 dé­cembre à Guy-Poi­rieux une grande soi­rée fes­tive pour lan­cer, dès le 5 dé­cembre (jour­née mon­diale du bé­né­vo­lat créée par l’ONU il y a qua­rante ans) une se­maine d’ac­tions sur le thème « portes ou­vertes des as­so­cia­tions lo­cales » .

CONQUIS. L’au­di­toire n'a pas été avare d'ap­plau­dis­se­ments jeu­di 6 avril au centre so­cial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.