Es­croc, dé­ser­teur, maître-chan­teur et… fils à ma­man

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrisonnais -

À 23 ans, Bo­bi­lier a dé­jà vé­cu mille vies. « Dé­ser­teur, es­croc, maître-chan­teur » mais aus­si « agent de pu­bli­ci­té, ven­deur de jour­naux, re­pré­sen­tant de com­merce, ca­me­lot, ar­tiste de ca­fé­con­cert ». Un éclec­tique dans l’in­sta­bi­li­té…

Quand le se­cré­taire du ser­vice an­thro­po­mé­trique de Cler­mont lui a ti­ré le por­trait (ci­contre), Bo­bi­lier s’est re­bif­fé : « Je ne sais pas pour­quoi on veut avoir mon por­trait ; c’est bon pour les cri­mi­nels mais moi je suis fou ».

À une époque où la mé­de­cine en­ri­chit, tel le doc­teur Knock de Jules Ro­mains, ses diag­nos­tics de doctes con­si­dé­ra­tions mo­rales, il souf­fri­rait de « tares hé­ré­di­taires, phy­siques et men­tales » comme tra­duit l’en­voyé spé­cial et cé­lé­bri­té lo­cale du Mo­ni­teur, Fran­cis Ron­se­rail.

À un mé­de­cin, il a cer­ti­fié res­sen­tir « des tour­ne­ments de tête, de fortes contrac­tions à la gorge comme si on l’étran­glait et un bruis­se­ment conti­nuel dans les oreilles ». On pense ir­ré­sis­ti­ble­ment à Jo­seph Va­cher, le tueur de ber­gers guillo­ti­né en 1898, qui se plai­gnait des mêmes symp­tômes…

Son père a quit­té ce bas monde à l’âge de 45 ans « des suites d’af­fec­tions dues à ses nom­breux ex­cès ». Tra­duc­tion moins pré­cau­tion­neuse : le père Bo­bi­lier était un al­coo­lique ap­pli­qué à son au­to­des­truc­tion… Et, ac­ca­blante hé­ré­di­té et bi­zarre pa­tho­lo­gie, un oncle se­rait dé­cé­dé « at­teint de la fo­lie des gran­deurs à la suite de re­vers de for­tune »…

Dans le box des ac­cu­sés, Bo­bi­lier plas­tronne vê­tu comme un gent­le­man, « cos­tume flam­bant neuf et cra­vate fan­tai­sie ». Fran­cis Ron­se­rail trempe sa plume dans le vi­naigre : « il a l’air de se rendre en­di­man­ché à une noce de cam­pagne ».

Les mêmes symp­tômes que Jo­seph Va­cher, le tueur de ber­gers

« Je ne per­met­trai pas qu’on in­sulte ma mère ! »

Une al­lu­sion du pré­sident à sa mère ac­cu­sée d’être son mau­vais gé­nie lui vaut une ruade de fils bles­sé : « Qu’on me re­proche ce que l’on vou­dra mais je ne per­met­trai pas qu’on in­sulte ma mère ! ». ■

AR­CHIVES DÉ­PAR­TE­MEN­TALES DU PUY-DE-DÔME

L’AS­SAS­SIN. Fran­cis Bo­bi­lier, 23 ans, ré­si­dant à Montbrison, au­rait tué pour 20 francs et cinq cen­times.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.