Une « ca­bane vé­gé­ta­li­sée » à Beau­re­gard en 2018

Les écoles ma­ter­nelles de Beau­re­gard et de Jeanne­d’Arc vont être re­grou­pées sur un seul site

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

La ville de Mont­bri­son va consa­crer un mil­lion et de­mi d’eu­ros à la construc­tion d’une nou­velle école ma­ter­nelle dans le quar­tier de Beau­re­gard. Le pro­jet de l’ar­chi­tecte mont­bri­son­nais Phi­lippe Blanc a sé­duit par sa sim­pli­ci­té et sa pra­ti­ci­té.

Deux ans après l’inau­gu­ra­tion du groupe sco­laire Brillié en sep­tembre 2016, la Ville de Mont­bri­son a dé­jà don­né ren­dez­vous à d’autres pa­rents d’élèves. À la ren­trée 2018, les en­fants sco­la­ri­sés jus­qu’à pré­sent dans les écoles ma­ter­nelles de Beau­re­gard, rue Fer­nand­Lé­ger, et de Jeanne­d’Arc dans la rue épo­nyme, près du stade de la Ma­de­leine, pren­dront pos­ses­sion de leur nou­velle école au 27 rue des Prés­La­croix.

« Une rue cen­trale qui se di­late et se ré­tracte »

La pose de la pre­mière pierre de ce fu­tur bâ­ti­ment a été mise en scène mer­cre­di 3 mai, en fin de ma­ti­née. Ch­ris­tophe Ba­zile a pro­fi­té de ce mo­ment sym­bo­lique pour se fé­li­ci­ter du « re­tour d’une belle dy­na­mique à Beau­re­gard au­tour de cette… ca­bane (sic). » Si le maire de Mont­bri­son s’est au­to­ri­sé et amu­sé à uti­li­ser ce terme a prio­ri peu flat­teur, c’est parce que c’est ain­si que Phi­lippe Blanc qua­li­fie lui­même sa pro­po­si­tion re­te­nue pour ce pro­jet. L’ar­chi­tecte mont­bri­son­nais a des­si­né « une école qui puisse être comme une ca­bane, un lieu in­time, lu­dique, que les en­fants peuvent s’ap­pro­prier fa­ci­le­ment. »

Plu­sieurs « ar­gu­ments es­thé­tiques » sou­lignent cette idée de « ca­bane vé­gé­ta­li­sée », à com­men­cer par « le bar­dage de bois gri­sé à lames ir­ré­gu­lières et ver­ti­cales avec des in­serts en stra­ti­ fiés com­pact co­lo­ré pour rompre le li­néaire des fa­çades et iden­ti­fier de plus pe­tits vo­lumes ». Les me­nui­se­ries et les châs­sis fixes se­ront en bois avec des mon­tants obliques. Un li­néaire de po­teaux en bois obliques et une clô­ture d’as­pect vé­gé­tal » ren­for­ce­ront éga­le­ment cette im­pres­sion toute re­la­tive de bi­coque conçue en « simple rez­de­chaus­sée », éta­bli de part et d’autre d’« une rue cen­trale qui se di­late et se ré­tracte en fonc­tion des lo­caux qu’elle des­sert », a ex­pli­qué Phi­lippe Blanc. L’ar­chi­tecte dresse le pa­ral­lèle avec une épine dor­sale. Cet en­semble bé­né­fi­cie­ra de toi­tures dif­fé­ren­ciées : trois clas­siques, en tuiles, et une, celle de l’épine dor­sale, qui se­ra « une nappe vé­gé­ta­li­sée », sorte de ca­no­pée, per­cée de puits de lu­mière.

Quatre salles de classe de 67 m² (une cin­quième pour­ra être ma­té­ria­li­sée si be­soin), une salle de re­pos, une bi­blio­thèque, une salle pé­ri­sco­laire et d’évo­lu­tion de 150 m², une cui­sine de 35 m², une salle à man­ger de 80 m² ain­si que des es­paces ré­ser­vés aux en­sei­gnants et aux agents ter­ri­to­riaux spé­cia­li­sés des écoles ma­ter­nelles (At­sem) et des sa­ni­taires ont été pré­vus dans ce bâ­ti­ment qui of­fri­ra aus­si une cour de 800 m² (équi­pée d’un préau de 150 m²), un es­pace pré­ser­vé sur l’ar­rière de l’école, cô­té ouest, qui joux­te­ra les lo­caux de la com­pa­gnie de gen­dar­me­rie de Mont­bri­son, rue Paul­Cé­zanne.

« Tout ça en lieu et place d’une mé­ga chauf­fe­rie »

« L’am­bi­tion est de créer un mi­cro­cosme na­tu­rel, une res­pi­ra­tion dans le quar­tier de Beau­re­gard, a pré­ci­sé Ch­ris­tophe Ba­ zile. Tout ça en lieu et place d’une mé­ga chauf­fe­rie qui a failli voir le jour avec des che­mi­nées de 19 m de haut et des ro­ta­tions de 350 ca­mions par an », a iro­ni­sé le pre­mier ma­gis­trat mont­bri­son­nais en ré­fé­rence au pro­jet dé­crié de chauf­fe­rie bois que por­tait son pré­dé­ces­seur, Li­liane Faure, sur cet an­cien ter­rain de foot­ball en gore.

Si au­cun in­ci­dent ne vient per­tur­ber ce chan­tier, la fu­ture école ma­ter­nelle de Beau­re­gard se­ra hors d’eau et hors d’air en no­vembre pro­chain. La fin des tra­vaux est pro­gram­mée pour l’été 2018 avec un dé­mé­na­ge­ment des deux fu­tures ex­écoles dans leurs nou­veaux lo­caux du­rant les grandes va­cances d’été et une ou­ver­ture à la ren­trée 2018. La ving­taine d’en­tre­prises re­te­nues pour ce chan­tier est ma­jo­ri­tai­re­ment fo­ré­zienne, si­non li­gé­rienne, à l’ex­cep­tion de deux dont une est sise à Mo­nis­trol­sur­Loire, à la li­mite entre Haute­Loire et Loire.

Le mon­tant de la fac­ture s’élè­ve­ra à 1.540.000 € hors taxes, somme sur la­quelle la Ville de Mont­bri­son a ob­te­nu une sub­ven­tion d’État en 2016 de 544.000 € au titre de la do­ta­tion d’équi­pe­ment des ter­ri­toires ru­raux (DETR) et à la­quelle il fau­dra ajou­ter les in­ves­tis­se­ments né­ces­saires à la créa­tion d’un par­king d’une cin­quan­taine de places le long de la rue des Près­La­croix, d’un jar­din d’en­fants avec des jeux, d’un sen­tier pié­tons pour re­joindre la rue Jean­Bap­tiste­Co­rot, d’un éven­tuel ci­ty stade et l’ins­tal­la­tion du mo­bi­lier ur­bain. ■

L’épine dor­sale de ce pro­jet se­ra re­cou­verte d’une nappe vé­gé­tale

VI­SUEL : PHI­LIPPE BLANC AR­CHI­TECTE

AC­CES­SI­BI­LI­TÉ. La Ville de Mont­bri­son crée­ra un par­king d’une cin­quan­taine de places de­vant la nou­velle école ain­si qu’un sen­tier pié­ton.

CÉ­RÉ­MO­NIE. Quelques fu­turs éco­liers sont ve­nus par­ti­ci­per à la pose de la pre­mière pierre en com­pa­gnie du dé­pu­té Paul Sa­len (2e en par­tant de la gauche) et du maire de Mont­bri­son, Ch­ris­tophe Ba­zile (qui lui suc­cède).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.