Ch­ris­tophe Gal­tier, la côte d’usure ?

L’en­traî­neur de l’ASSE au­rait choi­si de quit­ter le Fo­rez

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - R. M.

Nom­mé en dé­cembre 2009 à la suc­ces­sion d’Alain Perrin dont il était l’ad­joint, Ch­ris­tophe Gal­tier au­rait pris la dé­ci­sion de mettre un terme à sa pre­mière ex­pé­rience en tant qu’en­traî­neur. Le club forézien a dé­men­ti mais l’is­sue semble iné­luc­table même si le tech­ni­cien est sous contrat avec les Verts jus­qu’en 2018.

Les sup­por­ters de l’ASSE vont faire des ja­loux chez leurs ho­mo­logues d’Ar­se­nal, outre­Manche. Voi­là des mois que les troupes de fans des Gun­ners qui ré­clament le dé­part de l’en­traî­neur fran­çais du club lon­do­nien, Ar­sène Wen­ger, enflent et gros­sissent. En vain jus­qu’à pré­sent. À Saint­Étienne, il au­ra suf­fi de quelques cri­tiques, ré­gu­lières il est vrai, pour que Ch­ris­tophe Gal­tier pré­fère re­non­cer à son bail avec les Verts avant terme.

Molle dé­né­ga­tion de l’ASSE

Sous contrat jus­qu’en 2018, l’en­traî­neur nom­mé en dé­cembre 2009, quelques heures après le li­mo­geage d’Alain Perrin dont il était l’ad­joint de­puis un an dans le Fo­rez, au­rait dé­ci­dé de quit­ter l’ASSE. C’est L’Équipe qui l’a af­fir­mé dans son édi­tion de mar­di 2 mai. Le club a trop mol­le­ment nié la ru­meur pour qu’elle ne prenne pas plus de corps. « L’AS Saint­Étienne s’étonne que plu­sieurs mé­dias an­noncent ce jour le dé­part de Ch­ris­tophe Gal­tier. L’ASSE et son en­traî­neur, sous contrat jus­qu’en 2018, sont au contraire concen­trés sur la pré­pa­ra­tion des quatre der­niers matches de cham­pion­nat et de la sai­son 2017­2018 », se­lon le com­mu­ni­qué of­fi­ciel qui évoque éga­le­ment des réunions heb­do­ma­daires entre les di­ri­geants et leur en­traî­neur pour pré­pa­rer l’ave­nir.

Ch­ris­tophe Gal­tier a tou­jours ex­pli­qué qu’il ne quit­te­rait les Verts que pour un pro­jet plus am­bi­tieux. Après avoir sau­vé le club de la re­lé­ga­tion en Ligue 2, l’avoir du­ra­ble­ment ins­tal­lé dans la pre­mière par­tie de ta­bleau de l’élite, lui avoir per­mis de dé­cro­cher une Coupe de la Ligue en 2013 ­ le pre­mier tro­phée de­puis le der­nier titre en 1981 ­ et l’avoir qua­li­fié pour la Ligue Europa ces quatre der­nières sai­sons ­ un cas unique en France ­ il sem­ble­rait qu’il ait fi­na­le­ment vou­lu évi­ter de faire la sai­son de trop. Tout sim­ple­ment. Et sans au­cune cer­ti­tude sur son ave­nir per­son­nel.

Une sai­son vrai­ment usante

Alors que l’ASSE n’a pas dit son der­nier mot dans la course pour une nou­velle qua­li­fi­ca­tion eu­ro­péenne (lire p. 29) , le coach forézien a vé­cu un exer­cice par­ti­cu­liè­re­ment long et éprou­vant. Sur le plan spor­tif d’abord avec la faillite du re­cru­te­ment (Cheikh M’Ben­gué, Hen­ri Sai­vet, Jor­gin­ho, l’ar­ri­vée fi­na­le­ment an­nu­lée sous la pres­sion po­pu­laire d’An­tho­ny Mou­nier…) et sur le plan per­son­nel en­suite. Pour l’homme, cette sai­son 2016/2017 res­te­ra mar­quée par la dis­pa­ri­tion de son père. Tout pour ac­cré­di­ter la thèse d’une sé­pa­ra­tion en juin pro­chain, après 287 matches en sept ans et de­mi à la tête des Verts. Ça mé­rite un bel au re­voir et un grand mer­ci. ■

ASSE. Ch­ris­tophe Gal­tier a été nom­mé en dé­cembre 2009.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.