De nou­velles fouilles au cal­vaire

La pros­pec­tion de la Dia­na a dé­bou­ché sur de belles trou­vailles

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrison - Lae­ti­tia Co­hen­det lae­ti­tia.co­hen­det@cen­tre­france.com

Connu pour avoir abri­té le châ­teau des comtes du Fo­rez, le cal­vaire s’est prê­té à de nou­velles fouilles du 25 au 28 avril. Un son­dage de 10 mètres sur 2 a per­mis de mieux connaître l’his­toire du site.

Du trou béant émergent de vieilles pierres. De quoi don­ner le sou­rire à Ch­ris­tophe Ma­the­vot. Après trois jours pas­sés à grat­ter la terre avec son équipe de jeunes en ser­vice ci­vique, l’ar­chéo­logue de la Dia­na, cher­cheur as­so­cié au la­bo­ra­toire CIHAM de l’uni­ver­si­té Lyon 2, a fait une dé­cou­verte.

Les fouilles sou­te­nues par la Ville, le Dé­par­te­ment et l’État, in­ter­viennent dans le cadre d’un pro­gramme de re­cherche sur les es­paces cas­traux fo­ré­ziens ; au­tre­ment dit, les châ­teaux. Une ra­dio­gra­phie du sol ef­fec­tuée l’an der­nier avait per­mis de cer­ner deux sites pro­met­teurs au cal­vaire : le par­king et le clos des quatre vents. Les re­cherches sur l’es­pace de sta­tion­ne­ment n’ont rien don­né, mais le son­dage opé­ré en contre­bas du ro­cher, mar­di 26 avril, a mis au jour 800 ans d’his­toire lo­cale.

« Nous avons re­trou­vé ici le sol d’une mai­son da­tée du XIIIe siècle et amé­na­gée dans la roche, » sou­rit Ch­ris­tophe Ma­the­vot. Une mai­son tro­glo­dyte ? Rien n’est en­core sûr mais la dalle, à deux mètres de pro­fon­deur, semble par­fai­te­ment conser­vée. « La mai­son a vi­si­ble­ment été dé­truite et le ter­rain rem­blayé. On a construit des­sus un mur de rem­part au XVe siècle. L’ac­cès au châ­teau, re­mis en dé­fense pen­dant la guerre de 100 ans, de­vait donc se faire par ici. »

Les Mont­bri­son­nais, en ba­lade sur le site, ima­gi­ne­ront l’ar­tère entre le pe­tit por­tail bleu à leur droi­ te et le ro­cher sup­por­tant les croix mo­nu­men­tales.

L’ar­chéo­logue pro­gresse de quelques pas vers le bord sud­est de la ca­vi­té. « Et là, deux cents ans après, on a re­creu­sé un peu la roche pour amé­na­ger une mai­son avec un es­ca­lier dont il sub­siste deux marches. Nous sa­vons donc que cet es­pace a été oc­cu­pé du XIIIe au XVIIIe siècles. Les son­dages sont im­por­tants pour com­prendre l’évo­lu­tion d’un site. Nous fi­nis­sons les re­le­vés puis tous ces élé­ments se­ront in­ter­pré­tés, re­des­si­nés… Et se po­se­ra, alors, la ques­tion de la conti­nui­té des re­cherches ar­chéo­lo­giques. » Seule une vo­lon­té po­li­tique forte, et d’im­por­tants moyens fi­nan­ciers, pour­raient conduire à des fouilles ap­pro­fon­dies. Sa­chant que la pre­mière cam­pagne sur le site re­monte à 1980, la der­nière en date s’étant dé­rou­lée en 2006. ■

Une mai­son du XIIIe siècle et un bout de rem­part

FOUILLES. Quatre jeunes étu­diants en ser­vice ci­vique ont prê­té main-forte à Ch­ris­tophe Ma­the­vot la se­maine der­nière : Mor­gane (en mas­ter ar­chéo­lo­gie à Lyon), Sa­lim (ve­nu de Per­pi­gnan et spé­cia­li­sé en ar­chéo­lo­gie fu­né­raire), An­to­nin (en mas­ter à Lyon, ex­pert en his­toire mé­dié­vale et en ar­chi­tec­ture mi­li­taire) et Ma­thieu (ins­crit lui aus­si à Lyon et fé­ru de pe­tit mo­bi­lier mé­tal­lique).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.