Voyage bout du feutre jus­qu’en Mon­go­lie

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Est -

Voyages au bout du feutre est la nou­velle exposition mise en place par l’ate­lier­mu­sée du cha­peau, vi­sible du 13 mai au 1er oc­tobre. De la Mon­go­lie à l’Eu­rope, l’ate­lier­mu­sée pro­pose un grand voyage à la dé­cou­verte du feutre.

Il y a près de 7.000 ans, na­quirent les tech­niques du feutre, de­puis trans­mises et au­jourd’hui re­vi­si­tées par les de­si­gners. L’exposition pré­sen­te­ra une cen­taine de créa­tions contem­po­raines dans l’an­cienne chauf­fe­rie et dans l’exposition per­ma­nente, met­tant en lu­mière les ar­ti­sans feu­triers, sty­listes, et ar­tistes qui, par leur créa­tion, té­moignent des mul­tiples pos­si­bi­li­tés of­fertes par ce ma­té­riau.

Im­plan­tée dans la cour de la Cha­pel­le­rie, une yourte ac­cueille le vi­si­teur et rap­pelle l’ori­gine du feutre, en Asie cen­trale. Cet ha­bi­tat tra­di­tion­nel des no­mades mon­goles est re­cou­vert de pièces de feutre pla­quées contre un treillis cir­cu­laire et sur des lattes. Une bâche dé­co­rée pro­tège l’en­semble des in­tem­pé­ries. À l’in­té­rieur, une exposition de pho­to­gra­phies évoque les steppes où sub­siste en­core ce mode de vie tra­di­tion­nel des éle­veurs de yacks, de che­vaux, de mou­tons…

Les fouilles ar­chéo­lo­giques per­mettent d’af­fir­mer les ori­gines néo­li­thiques avec la dé­cou­verte d’une ten­ture mu­rale en Ana­to­lie, da­tant de 6400 avant Jé­sus­Ch­rist. Dès la Pré­his­toire, les no­mades fa­bri­quaient leurs vê­te­ments, bottes, cha­peaux, ta­pis, tentes en feutre, ma­té­riau iso­lant du froid et de l’hu­mi­di­té.

Au dé­clin de l’Em­pire ro­main, cette tech­nique se perd en Eu­rope oc­ci­den­tale. Ce sont les Croisés qui rap­por­te­ront de Cons­tan­ti­nople cette tech­nique uti­li­sée à Cha­zelles­surLyon pour la fa­bri­ca­tion des cha­peaux.

Ma­tière ré­ap­pro­priée au XXe siècle

À par­tir des an­nées 1960, cette ma­tière re­naît en Eu­rope du Nord et aux ÉtatsU­nis. Mais, en France, il faut at­tendre les an­nées 1990 pour que les créa­teurs se l’ap­pro­prient, elle qui offre tant de pos­si­bi­li­tés, en vo­lume pour les construc­tions, sans cou­ture pour les vê­te­ments. La re­cherche porte sur l’in­crus­ta­tion de tex­tiles di­vers, sur la struc­ture avec le feutre lé­ger et trans­pa­rent, sur la cou­leur pour de nou­velles orien­ta­tions gra­phiques et des mo­tifs réa­li­sés en pièces pré­feu­trées, dé­cou­pées, in­crus­tées.

23 feu­triers ont été in­vi­tés à par­ti­ci­per à cettte exposition. Une cen­taine de pièces se­ront ex­po­sées (ten­tures, ob­jets du quo­ti­dien, ani­maux, vê­te­ments, sculp­tures…) pour un voyage feu­tré qui condui­ra le vi­si­teur de sur­prises en dé­cou­vertes... ■

Une yourte pour pré­sen­ter le mode de vie des Mon­goles

IN­SO­LITE. Le voyage pro­po­sé par cette nou­velle exposition dé­bute dès l’ex­té­rieur du mu­sée, dans la cour de la Cha­pel­le­rie où est ins­tal­lée la yourte tra­di­tion­nelle mon­gole.

PIÈCES. Vê­te­ments, ten­tures et ob­jets du quo­ti­dien à dé­cou­vrir dès le 13 mai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.