« Un der­by comme un autre, même si… »

Les Fo­ré­ziens se pré­sentent sans res­sen­ti­ment

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Sports - R. M.

Les En­fants du Forez de Feurs (EFF) savent qu’une vic­toire pour­rait condam­ner le BCM, le club ri­val, à la re­lé­ga­tion mais ils en­tendent dis­pu­ter cette der­nière ren­contre avec ni plus, ni moins d’am­bi­tion que lors des pré­cé­dentes sor­ties.

Voi­là bien­tôt un mois que le ta­bleau de marche sou­hai­té par Ju­lien Cor­tey est af­fi­ché dans le bu­reau de l’en­traî­neur des En­fants du Forez de Feurs (EFF).

Après la dé­faite à Au­be­nas, mi­avril, il avait fixé la 4e place comme ob­jec­tif à at­teindre à ses troupes. Grâce à des suc­cès face à Beau­jo­lais basket et au Puy­en­Ve­lay, Za­ka Alao et ses co­équi­piers sont as­su­rés de ter­mi­ner au pied du po­dium de cette poule D avant même le der­by re­tour de ce sa­me­di. Donc de faire mieux que la sai­son pas­sée (5e). Mais, pas ques­tion de « lâ­cher » ou de se re­lâ­cher. Parce que c’est le der­by d’abord mais aus­si parce que les Fo­ré­ziens veulent être ir­ré­pro­chables vis­à­vis du FC Mul­house qui est à la lutte avec le BCM pour évi­ter la re­lé­ga­tion.

La fin du match du BCM sur un por­table

« Bien sûr que nous pen­sons aux consé­quences du ré­sul­tat mais c’est un match que nous de­vons ga­gner, ex­plique le coach des EFF. Pour les sup­por­ters, pour les di­ri­geants, pour les par­te­naires, pour nous… et sur­tout pour l’équi­té spor­tive. C’est un der­by comme un autre, même si… Mais je suis per­sua­dé que Montbrison se­ra dur à battre dans sa salle. Le BCM reste sur deux gros matches et leur ré­ac­tion dé­note un men­tal fort. Et puis, il ne faut pas ou­blier que ce n’est pas Feurs qui a le des­tin de Montbrison entre ses mains mais bien le contraire. »

Sa­me­di der­nier, les Fo­ré­ziens ont pro­fi­té d’une de­mi­heure de dé­ca­lage pour suivre en di­rect sur un té­lé­phone por­table, dans les ves­tiaires po­nots, les trente der­nières mi­nutes des Bé­cé­mistes à Beau­jo­lais basket. Tous connais­saient l’en­jeu et la « dra­ma­tur­gie » qui se pro­fi­lait. Tous me­surent l’im­por­tance des qua­rante mi­nutes qui ar­rivent.

« Ce que vit Montbrison ne doit pas nous ré­jouir mais nous in­ci­ter à sa­vou­rer les bons mo­ments qui passent », dixit Ju­lien Cor­tey. ■

DUEL. Joël Awich (BCM) et Théo Vial (EFF) à l’al­ler.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.