« Une can­di­da­ture de syn­thèse »

Ni­co­las Poi­rieux se pré­sente sans ap­pa­reil po­li­tique

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

L’avo­cat mont­bri­son­nais de 49 ans, Ni­co­las Poi­rieux, a lan­cé sa cam­pagne de­puis de longs mois dé­jà. Fils de l’an­cien sé­na­teur-maire de Mont­bri­son, Guy Poi­rieux, il en­tend res­pec­ter sa ligne « di­vers droite », tout en sor­tant des cli­vages des par­tis po­li­tiques.

e de­mande aux gens de s’in­té­res­ser à la per­son­na­li­té des can­di­dats et non pas au par­ti qu’ils re­pré­sentent. » Ni­co­las Poi­rieux a dé­ci­dé d’être can­di­dat dans la sixième cir­cons­crip­tion et de por­ter ses idées qu’il qua­li­fie de « di­vers droite », sans ap­pa­reil po­li­tique der­rière lui.

Il s’agit pour ce Mont­bri­son­nais de nais­sance de la se­conde can­di­da­ture aux élec­tions législatives, dix ans après avoir été in­ves­ti par l’UDF­MoDem et ob­te­nu un score de 9,72 %.

Ni­co­las Poi­rieux, qui se pré­sente comme un can­di­dat hors par­ti, is­su de la so­cié­té ci­vile et plai­dant en fa­veur d’un re­nou­vel­le­ment po­li­tique et des idées, a pour slo­gan : « Et si on pen­sait la po­li­tique au­tre­ment pour un quin­quen­nat utile. » D’au­cun au­rait pu alors pen­ser que l’avo­cat et an­cien bâ­ton­nier au tri­bu­nal de Mont­bri­son en 2006, 2007 puis 2010, au­rait été ten­té par l’in­ves­ti­ture du par­ti d’Em­ma­nuel Ma­cron. « Je suis sé­duit par la dé­marche du nou­veau pré­sident, mais moi je suis en marche de­puis six mois, sans Ma­cron. Je roule pour moi. Je constate d’ailleurs que d’un cô­té, il y a son can­di­dat, qui va me­ner une cam­pagne de trois se­maines et de l’autre, les can­di­dats des an­ciens par­tis, qui sont sur la scène po­li­tique de­puis 30 ans. Je re­pré­sente donc une can­di­da­ture de syn­thèse, ana­lyse­t­il en pré­ci­sant : « Je vo­te­rai les lois Ma­cron au ni­veau éco­no­mique car je suis d’ac­cord avec lui sur le fait que ce n’est pas l’État qui crée les em­plois. Il fau­dra donc al­lé­ger les charges, bais­ser le ni­veau des im­pôts sur les so­cié­tés et ré­gle­men­ter le droit du tra­vail. »

Le fils de l’an­cien sé­na­teur­maire de Mont­bri­son, Guy Poi­rieux, s’en­ga­ge­ra, en cas d’élec­tion, à re­ver­ser 15 % de l’in­dem­ni­té par­le­men­taire sous forme de don à une as­so­cia­tion en­ga­gée contre la ma­la­die d’Alz­hei­mer, « le fléau de la dé­cen­nie à ve­nir. En 2020, 25 % des Fran­çais de plus de 65 ans se­ront at­teints de cette ma­la­die. On s’aper­çoit que les ai­dants souffrent éga­le­ment de cette si­tua­tion. Il faut créer un sta­tut spé­cial pour ceux qui doivent ai­der les ma­lades au quo­ti­dien. »

La pri­son par­mi les dos­siers prio­ri­taires

Par­mi les dos­siers prio­ri­taires, Ni­co­las Poi­rieux veut re­ve­nir sur la dé­ci­sion d’im­plan­ter une nou­velle pri­son à Saint­Bon­net­lesOules. C’est ce qu’il a an­non­cé mar­di soir à L’Es­cale, à Veauche, lors de sa pre­mière réunion pu­blique. « Je suis pour l’im­plan­ta­tion d’une pri­son, mais pas sur un em­pla­ce­ment im­po­sé, comme ce­la a été fait, sans concer­ta­tion avec les élus de ter­rain. Le dé­pu­té au­rait dû se battre et organiser la ré­sis­tance des élus. Per­son­nel­le­ment, j’au­rais réuni en ur­gence les 137 édiles de l’as­so­cia­tion des maires de l’ar­ron­dis­se­ment et fait si­gner une lettre en­voyée au pré­fet. Je se­rai un dé­pu­té ac­tif, dy­na­mique, com­ba­tif », pro­met­il.

Les 11 et 18 juin, il se pré­sen­te­ra ac­com­pa­gné de Ma­rianne Gia­nel­la, sa sup­pléante de 43 ans, se­cré­taire comp­table à Saint­Gal­mier. ■

CAN­DI­DATS. Ma­rianne Gia­nel­la, se­cré­taire comp­table à Saint-Gal­mier se­ra la sup­pléante de Ni­co­las Poi­rieux, avo­cat à Mont­bri­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.