Pé­tards mouillés

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Sports - Pierre-Oli­vier Vé­rot

La fête fut belle… pour les Green An­gels, qui ont cé­lé­bré de jo­lie ma­nière les 25 ans de la nais­sance de leur groupe… au­to-dis­sous il y a quelques an­nées. De ma­gni­fiques ti­fos ont émaillé la ren­contre, mais aus­si des di­zaines et des di­zaines de fu­mi­gènes qui, outre l’as­pect co­lo­ré et fes­tif, posent tout de même ques­tion quant à la sé­cu­ri­té dans le stade, alors que les spec­ta­teurs lamb­das, en­fants com­pris, sont - lé­gi­ti­me­ment - fouillés de la tête aux pieds avant chaque ren­contre. Mais comme on a vu lors du match à huis clos contre Rennes que les sup­por­ters avaient les clés du stade, plus rien ne peut sur­prendre…

En guise de fête pour sa der­nière à Geof­froy-Gui­chard, Ch­ris­tophe Gal­tier a eu droit, lui, à une danse. Une cor­rec­tion in­fli­gée par un PSG qu’on sa­vait in­fi­ni­ment su­pé­rieur, mais que le manque de com­ba­ti­vi­té - en plus de leurs la­cunes bien connues - de ses hommes a alour­die. Et le coach sté­pha­nois, cé­lé­bré pour le tra­vail ac­com­pli, s’est peut-être sen­ti confor­té dans son sen­ti­ment qu’un cycle s’ache­vait en as­sis­tant, im­puis­sant, à la dé­route de ses hommes, même si ses choix, de­puis de nom­breux mois, sont contes­tables. Il se­ra temps, dans les se­maines à ve­nir, de ti­rer un bi­lan de cette sai­son dé­ce­vante, mais on ose es­pé­rer que les di­ri­geants fe­ront preuve de plus de pro­fes­sion­na­lisme et d’in­tui­tion au mo­ment de choi­sir le suc­ces­seur du coach sté­pha­nois qu’ils n’en ont eu dans la po­li­tique spor­tive de ces der­nières an­nées. On peut au moins es­ti­mer que l’ar­gent des Au­ba­meyang, Zou­ma, Gui­la­vo­gui, Gra­del et autres Ghou­lam a été fort mal in­ves­ti. L’ef­fec­tif est en friche. Il ne fau­dra pas perdre de temps pour lui re­don­ner fraî­cheur et consis­tance.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.