En­tre­tien ex­clu­sif avec Joël Chaux, le pré­sident du Basket­Club de Mont­bri­son

Joël Chaux, pré­sident du Basket­Club de Mont­bri­son

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Er­reurs dans la po­li­tique de re­cru­te­ment me­née l’été der­nier, mau­vais ré­sul­tats spor­tifs, re­la­tions avec l’en­traî­neur, Guillaume Pons, écar­té en cours d’exer­cice, dé­parts et ar­ri­vées po­ten­tiels dans l’ef­fec­tif confié à Jé­ré­my Beau­fort la sai­son pro­chaine, consé­quences de la re­lé­ga­tion en Na­tio­nale 3 et es­poirs nour­ris de re­pê­chage ad­mi­nis­tra­tif... Joël Chaux, pré­sident du Basket club de Mont­bri­son (BCM), se confie sur l’ave­nir d’un club dont il sou­haite qu’il de­meure fa­mi­lial.

Quinze jours après la dé­faite à do­mi­cile face aux En­fants du Fo­rez de Feurs (EFF) sy­no­nyme de re­lé­ga­tion du Basket club de Mont­bri­son (BCM) en Na­tio­nale 3, Joël Chaux a ac­cep­té de faire le point avec Le Pays Fo­rez­Coeur de Loire . Le pré­sident mont­bri­son­nais as­sume sa part de res­pon­sa­bi­li­tés, pro­met de ti­rer et de re­te­nir les le­çons de cet exer­cice ra­té et as­sure qu’il ne lâ­che­ra pas la barre. Il veut aus­si et sur­tout croire que le BCM se­ra re­pê­ché mais il fau­dra at­tendre la mi­juillet pour connaître le ver­dict de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de basket­ball (FFBB). En at­ten­dant, lui et Jé­ré­my Beau­fort, le nou­vel en­traî­neur, se sont mis au tra­vail.

■ Comment avez-vous vé­cu cette sai­son 2016/2017 plu­tôt éprou­vante ? Je crois qu’on peut dire que ce fut une sai­son… com­pli­quée. Il y a eu plein de pa­ra­mètres qui ont fait que ça n’a pas fonc­tion­né et il y a ce pre­mier match de la sai­son à Pris­sé­Mâ­con qui pour­rait presque tout ré­su­mer : nous me­nons de plus de dix points et sans pou­voir ex­pli­quer pour­quoi, ni comment, nous fi­nis­sons par nous in­cli­ner (de deux points, N.D.L.R.) Mon ho­mo­logue de l’Étoile spor­tive Pris­sé­Mâ­con (ESPM) n’en re­ve­nait pas. Et toute la sai­son, les di­ri­geants des autres équipes nous ont dit ne pas com­prendre

comment avec cet ef­fec­ti­flà, nous avons pu ef­fec­tuer un exer­cice aus­si dif­fi­cile… Nous al­lons néan­moins tout ana­ly­ser et pro­fi­ter des er­reurs que nous avons com­mises pour ti­rer des le­çons pour la suite.

■ Vous dîtes « Nous », est-ce une fa­çon de pré­ci­ser que l’en­traî­neur et les joueurs ne sont pas les seuls res­pon­sables ? S’il y a une chose que je re­tien­drai de cette sai­son, c’est que le couple pré­sident­en­traî­neur doit être très, très proche. Coach, ce n’est pas un mé­tier fa­cile. Sur­tout quand il s’agit de re­cru­ter avec les agents de joueurs qui prennent une place de plus en plus grande. Moi, je n’ai pas joué au basket et je n’ai pas la lé­gi­ti­mi­té pour in­ter­ve­nir dans ce do­maine mais nous avons fait une pre­mière er­reur en lais­sant par­tir trop de joueurs à la fin de la sai­son pas­sée, no­tam­ment nos deux jeunes, Léo et Quen­tin (Gi­me­nez et Laurent, N.D.L.R.). Ce n’est pas un bon si­gnal que nous avons adres­sé aux jeunes que nous for­mons au sein du Centre Loire Fo­rez basket (CLFB) dans notre par­te­na­riat avec Saint­Ro­main­le­Puy. Jouer en équipe fa­nion doit être un ob­jec­tif pour eux. Ce n’est pas nor­mal de quit­ter le club pour al­ler jouer un étage au­des­sous. Après, à notre ni­veau, l’en­traî­neur n’a pas beau­coup de le­vier. Prendre des joueurs non mu­tés, c’est un peu comme lan­cer une pièce en l’air… ■ Vous évo­quez ici le cas d’Es­ben Rein­holt… Nous avons pen­sé qu’un in­ter­na­tio­nal avait dé­jà un cer­tain ba­gage et une ex­pé­rience mais ce Da­nois ne s’est pas ré­vé­lé à la hau­teur de nos at­tentes (la 5e et der­nière recrue es­ti­vale du BCM, ar­ri­vée après le dé­but du cham­pion­nat, était à court de forme, N.D.L.R.). Nous avons choi­si de nous en sé­pa­rer car nous avions pris la pré­cau­tion de lui mettre une pé­riode d’es­sai. Et puis Guillaume (Pons, l’en­traî­neur, N.D.L.R.) avait une pré­fé­rence pour Mi­lu­tin Alek­sic mais ses es­poirs ont été dé­çus… (lire ci­des­sous).

■ Quand avez-vous pris la dé­ci­sion de vous sé­pa­rer de

lui ? J’étais en dé­pla­ce­ment à l’étran­ger au dé­but de cette an­née et j’avais pré­vu de haus­ser le ton à mon re­tour mais il y a eu cette dé­faite après deux pro­lon­ga­tions à Pont­deC­hé­ruy (alors lea­der, N.D.L.R). J’ai cru que la mayon­naise avait pris… J’ai ac­com­pa­gné l’équipe à Besançon et là, j’ai vu un coach anéan­ti après une nou­velle dé­faite. Il n’y avait plus d’équipe, plus d’âme, plus rien. Guillaume m’a dit « Je n’ai plus de so­lu­tion ». Je lui ai pro­po­sé de lais­ser pas­ser le week­end. Entre­temps, j’ai consul­té des membres du bu­reau du club mais je me re­fu­sais à en­vi­sa­ger de me sé­pa­rer de quel­qu’un que j’ai toujours ap­pré­cié, no­tam­ment en tant qu’homme. Moi, je marche d’abord à l’af­fect et lui an­non­cer ça, ça a été très dif­fi­cile. Vrai­ment.

■ Pa­ri per­du… J’ai dit aux joueurs de gom­mer tout ce qui s’était pas­sé avant, de dé­bu­ter un nou­veau cham­pion­nat, une sorte de play­offs in­ver­sés, pour es­sayer de s’en sor­tir et ils ont presque réus­si ce chal­lenge. Je n’ar­rive d’ailleurs toujours pas à me dire que le BCM va jouer en N 3 la sai­son pro­chaine… ■ Un re­pê­chage ad­mi­nis­tra­tif est toujours pos­sible…

Oui, oui mais il y a beau­coup de ru­meurs. Tel club s’ap­prê­te­rait à dé­po­ser le bi­lan, tel autre ne se ré­en­ga­ge­rait pas… Quoi qu’il ar­rive, il va fal­loir at­tendre le 15 juillet et es­pé­rer une dé­ci­sion heu­reuse de la fé­dé­ra­tion.

■ Dans ces condi­tions, des mou­ve­ments ont-ils dé­jà été ac­tés au sein de l’ef­fec­tif du

BCM ? Seul Maxime Ne­la­ton nous a fait part de son sou­hait de re­joindre Beau­jo­lais basket. Pour le reste, tout est en dis­cus­sion et il y a beau­coup d’élé­ments que je sou­hai­te­rais gar­der mais c’est Jé­ré­my Beau­fort qui va bâ­tir, avec Tho­mas An­dré qui se­ra son as­sis­tant la sai­son pro­chaine. ■

« Je n’ar­rive toujours pas à me dire que le BCM va jouer en N 3… »

JOËL CHAUX. Le pré­sident du BCM ne lâ­che­ra pas la barre dans ce mo­ment dif­fi­cile mais en­tend pré­pa­rer sa suc­ces­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.