« Il y en a pour tout le monde »

Une cin­quan­taine de concerts pour Pa­roles et mu­siques

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Vie Départementale - Par Pierre-Fran­çois Che­tail pierre-fran­cois.che­tail@cen­tre­france.com

Si­mon Ja­velle, pré­sident du fes­ti­val sté­pha­nois à la pro­gram­ma­tion ex­cep­tion­nelle, qui com­mence ven­dre­di, est fier de faire ve­nir des ar­tistes sus­cep­tibles de dé­pla­cer des per­sonnes d’ho­ri­zons très dif­fé­rents.

■ Le dé­but de l’édi­tion 2017 ap­proche à grands pas, avec en­core une fois une très belle pro­gram­ma­tion. C’est une spé­ci­fi­ci­té de Pa­roles et mu­siques ? Oui, la pro­gram­ma­tion est la vi­trine d’un fes­ti­val. Il faut qu’elle parle aux gens. C’est pour­quoi nous ai­mons mê­ler têtes d’af­fiche et ar­tistes émer­gents.

À qui s’adresse ce fes­ti­val ?

Nous n’ex­cluons per­sonne, c’est jus­te­ment ce qui fait sa force. On fait ve­nir des per­sonnes d’âge et d’ori­gine so­ciale très dif­fé­rents. C’est aus­si pour ce­la que le prix des places est le plus ac­ces­sible pos­sible, avec des ta­rifs so­li­daires mis en place.

Cette an­née, de la soi­rée elec­tro avec Etienne de Cré­cy, plus pour les 1825 ans, à Vincent De­lerm, qui concer­ne­ra peut­être un pu­blic plus âgé, en pas­sant par Tryo ou Ju­lien Do­ré, il y en a pour tout le monde. On or­ga­nise aus­si des concerts gra­tuits dans les bars pour élar­gir en­core notre pu­blic.

La pro­gram­ma­tion est qua­si ex­clu­si­ve­ment rem­plie d’ar­tistes chan­tant en fran­çais. Ce n’est pas un ha­sard…

Bien sûr, notre marque de fa­brique est d’être un fes­ti­val fran­co­phone. On n’ex­clut pas d’avoir quelques ar­tistes étran­gers mais c’est vrai que cette an­née, il n’y en a pas à part Fla­via Coel­ho.

En tout cas c’est bien que des gens se battent dans le mi­lieu ar­tis­tique pour la fran­co­pho­nie. Il est très im­por­tant de la mettre en avant.

Et vous, quels sont vos coups de coeur per­son­nels ?

Je pense à Al­bin de la Si­mone qui se­ra en concert à l’église Notre­Dame di­manche 4 juin et dont j’ai ado­ré le der­nier al­bum. La soi­rée avec Fla­via Coel­ho, Gaël Faye et Hip­po­campe fou va être vrai­ment su­perbe aus­si. J’ai hâte de voir éga­le­ment Ed­dy de Pret­to, qui a été la dé­cou­verte du Prin­temps de Bourges 2017 (au Pax à 12 h 30 sa­me­di 3 juin).

Il y a plein de pe­tites pé­pites. Sur une cin­quan­tai­ ne d’ar­tistes pré­sents, le choix est vaste !

Il est tel­le­ment vaste que ce ne doit pas être fa­cile de rem­plir les salles à chaque fois du­rant les neuf jours du fes­ti­val…

Si on fai­sait tout le temps com­plet ce se­rait ex­tra­or­di­naire, mais ce n’est pas notre ob­jec­tif. Notre but est d’avoir des belles salles cha­leu­reuses.

Mais pas d’in­quié­tude, si quelques concerts sont com­plets, comme Vian­ney, Leï­la Huis­soud et Gau­vain Sers, les jauges des salles sont suf­fi­sam­ment grandes pour at­ti­rer « Têtes d’af­fiche et ar­tistes émer­gents se­ront là. »

SI­MON JA­VELLE.

du monde.

Fi­nan­ciè­re­ment, on ima­gine que vous pre­nez des risques im­por­tants…

Oui, d’au­tant que 2/3 de nos re­cettes pro­viennent de la billet­te­rie. On n’a pas le droit à l’er­reur. C’est un mé­tier d’en­tre­pre­neur, avec un bud­get à bou­cler à la fin de l’an­née.

Le fonc­tion­ne­ment as­so­cia­tif pour un évé­ne­ment d’une si grande am­pleur ne doit pas être fa­cile à gé­rer…

C’est comme ce­la qu’on fonc­tionne de­puis 26 ans. Ce­la a ses contraintes et ses avan­tages, mais c’est pas­sion­nant. L’es­prit as­so­cia­tif est très pré­sent, même si on a bien sûr des sa­la­riés. C’est une grosse or­ga­ni­sa­tion.

Il pa­rait que l’édi­tion 2017 est la der­nière sous cette for­mule, et que de nom­breux chan­ge­ments sont à pré­voir pour 2018 ?

On au­ra le temps de vous en par­ler le mo­ment ve­nu. Pour le mo­ment, on est en train de peau­fi­ner les choses. Mais sur­tout, on se concentre sur le fes­ti­val 2017. La ten­sion monte, ce se­ra une belle édi­tion ! ■

Pré­sident

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.