Sta­tion­ne­ment, manque d’in­for­ma­tions : le ras-le-bol des com­mer­çants

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Montbrisonnais - S. P.

Dif­fi­cul­té de sta­tion­ne­ment, baisse de la fré­quen­ta­tion, clients en re­tard, manque d’in­for­ma­tions… Pe­tit tour d’ho­ri­zon des di­verses do­léances en­ten­dues du cô­té des com­mer­çants du centre-ville.

À peine le chan­tier de la rue Tu­pi­ne­rie ter­mi­né, d’autres tra­vaux ont été en­ga­gés à di­vers en­droits du centre­ville, no­tam­ment le long du quai du Vi­zé­zy, aux abords de la col­lé­giale Notre­Dame et le long du bou­le­vard La­chèze. Les com­mer­çants du centre su­bissent ces désa­gré­ments, même si tous ne semblent pas im­pac­tés de la même ma­nière.

Ils sont quelques­uns à dé­plo­ rer une baisse de fré­quen­ta­tion, ce qui n’est ja­mais sans con­sé­quence sur le chiffre d’af­faires : « Nous ac­cueillons beau­coup moins de clientes, de l’ordre d’une di­zaine par jour, ob­serve une conseillère de la par­fu­me­rie Ma­rion­naud, si­tuée au bout de la rue Notre­Dame, à cô­té du quai de l’As­trée. Nous sommes en­cer­clés par les tra­vaux. Cer­taines clientes nous disent qu’elles n’ont pas réus­si à se ga­rer et sont donc re­par­ties. D’autres ar­rivent en re­tard à leur ren­dez­vous à l’ins­ti­tut car trou­ver une place leur a pris du temps. Du coup, l’em­ploi du temps de la jour­née est per­tur­ bé et c’est la course ! »

Même son de cloche au ma­ga­sin bio Sa­veur Na­tur’, sur le quai de l’As­trée. « Nous avons per­du des clients, constate Ma­ga­lie Pelletier. Il y a des jours où c’était qua­si­ment im­pos­sible d’ac­cé­der à la bou­tique. Au­jourd’hui, le chiffre d’af­faires stagne. Je com­prends que les tra­vaux doivent se faire mais ils ne sont pas réa­li­sés de ma­nière co­hé­rente. Il y a aus­si un manque d’in­for­ma­tions puis­qu’on ne sait pas quand le chan­tier re­pren­dra, ni com­bien de places de sta­tion­ne­ment se­ront sup­pri­mées sur le quai ». Seul point po­si­tif : « Ces tra­vaux m’ont ame­né aus­si de nou­veaux clients qui ont dé­cou­vert le ma­ga­sin en cher­chant une place. »

Des li­vrai­sons ral­lon­gées

Cette fré­quen­ta­tion en berne ne concerne pas tous les com­mer­çants. « Nous n’avons pas consta­té de baisse du chiffre d’af­faires mais les clients se plaignent sou­vent, re­lève la res­pon­sable des Jar­dins de l’As­trée, fleu­riste de la rue Notre­Dame, Anne­Cé­cile Per­son­nier. En re­vanche, les li­vrai­sons durent beau­coup plus long­temps à cause de la dif­fi­cul­té de sta­tion­ne­ment ». À Ci­ga­verte aus­si, sur le quai de l’As­trée, « il n’y a pas eu de baisse : les clients râlent mais conti­nuent de ve­nir. Par contre, s’il y a moins de places de sta­tion­ne­ment, le risque est qu’ils aillent ailleurs ou achètent sur In­ter­net », craignent les res­pon­sables, Na­tha­lie et Ju­lien.

Dans d’autres quar­tiers du centre, pour­tant éloi­gnés des tra­vaux, le sta­tion­ne­ment reste tou­jours pro­blé­ma­tique : « Tra­vaux ou non, les gens n’ar­rivent pas à se ga­rer. Il se­rait temps de trou­ver une so­lu­tion », lance Ch­ris­tiane Sa­mi­na­da, res­pon­sable de Ke­ra­la Bou­tique, à cô­té de la place Saint­An­dré. ■

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.