Ju­lien Bo­rowc­zyk pres­crit l’ar­rêt de tra­vail

Le can­di­dat de La Ré­pu­blique en marche (REM) a lar­ge­ment de­van­cé Paul Sa­len (LR)

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Élections législatives - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Por­té par la vague « ma­cro­niste », Ju­lien Bo­rowc­zyk, jeune doc­teur à Sa­vi­gneux et can­di­dat de La Ré­pu­blique en marche (REM) dans la 6e cir­cons­crip­tion, a lar­ge­ment dis­tan­cé le dé­pu­té sor­tant, Paul Sa­len, au pre­mier tour des élec­tions lé­gis­la­tives. Le duel du se­cond round ne laisse guère de sus­pense.

«Pour di­manche pro­chain 18 juin le choix est donc clair : il s’agit de don­ner au Fo­rez un re­pré­sen­tant d’ex­pé­rience, dis­po­nible, connais­sant par­fai­te­ment sa cir­cons­crip­tion, ayant ins­truit de nom­breux dossiers, ai­dé avec dé­ter­mi­na­tion beau­coup d’or­ga­ni­sa­tions et de gens sur notre ter­ri­toire. »

So­phie Ro­bert (FN) y a long­temps cru

Dès di­manche der­nier, Paul Sa­len a don­né le ton de sa cam­pagne pour le se­cond tour des élec­tions lé­gis­la­tives. Lar­ge­ment de­van­cé par Ju­lien Bo­rowc­zyk, can­di­dat in­ves­ti par La Ré­pu­blique en marche (REM), le dé­pu­té sor­tant Les Ré­pu­bli­cains (LR), a dé­ci­dé de haus­ser le ton. Le Veau­chois ré­si­dant à Mon­trond­les­Bains est pas­sé à l’of­fen­sive, ciblant clai­re­ment l’in­ex­pé­rience de son seul ad­ver­saire du se­cond tour.

Car il n’y au­ra pas de tri­an­gu­laire comme l’es­pé­rait pour­tant le Front na­tio­nal (FN). Et comme l’a cru du­rant de longues mi­nutes, di­manche 11 juin, celle qui est aus­si conseillère ré­gio­nale et conseillère mu­ni­ci­pale à Feurs (lire ci­des­sous)… Mal­gré 17,20 % des suf­frages ex­pri­més (en re­trait de trois points par rap­port au scru­tin de 2012), So­phie Ro­bert n’a pas été en me­sure de se main­te­nir ; la faute à une abs­ten­tion re­cord (49,97 % contre 39,77 % en 2012). La se­cré­taire dé­par­te­men­tale du par­ti fron­tiste n’a pas at­teint la barre de 12,5 % des ins­crits. Son échec laisse Ju­lien Bo­rowc­zyk (37,44 % des vo­tants) et Paul Sa­len (22,61 %) dans un face à face dont l’is­sue ne fait guère de doute. Sauf in­croyable mo­bi­li­sa­tion des abs­ten­sion­nistes. Paul Sa­len ne dis­pose de pra­ti­que­ment au­cune ré­ serve de voix. Ain­si, Ni­co­las Poi­rieux dont le dé­pu­té sor­tant crai­gnait qu’il ne lui gri­gnote son élec­to­rat, n’a pas dé­pas­sé les 4 % des vo­tants (3,47 %). D’ailleurs, si l’avo­cat mont­bri­son­nais avait en­core quelques vel­léi­tés au plan lo­cal, les moins de 300 voix qu’il a en­re­gis­trées dans la sous­pré­fec­ture de la Loire de­vraient suf­fire à le convaincre d’y re­non­cer.

L’aven­ture s’est éga­le­ment ar­rê­tée là pour Sa­dia­Na­dia Se­ghir. La quin­qua­gé­naire de Ner­vieux a su­bi de plein fouet le désa­mour des élec­teurs de Jean­Luc Mé­len­chon. Ses 8,8 % font d’elle la can­di­date de La France in­sou­mise la moins bien lo­tie dans la Loire au terme de ce pre­mier tour mais sur une terre tra­di­tion­nelle­ ment de droite, faut­il le rap­pe­ler et le sou­li­gner. L’éco­lo­giste Jean Du­ver­ger n’échappe pas au raz­de­ma­rée avec 5,71 % qui ne peuvent pas sa­tis­faire le sexa­gé­naire de Cot­tance, sou­te­nu par le par­ti com­ mu­niste (PC) et le par­ti so­cia­liste (PS).

Paul Sa­len a dé­jà lais­sé sa trace

Avec quinze points d’écart sur son dé­sor­mais seul ad­ver­saire, Ju­lien Bo­rowc­zyk aborde le scru­tin de di­manche en bal­lot­tage très fa­vo­rable face à Paul Sa­len qui, quoi qu’il ar­rive, de­meu­re­ra ce­lui qui a fait pas­ser la pro­po­si­tion de loi per­met­tant de faire don de ses heures et jours de ré­duc­tion du temps de tra­vail (RTT) à des pa­rents, au sein d’une même en­tre­prise, ayant un en­fant at­teint d’une pa­tho­lo­gie en­ga­geant le diag­nos­tic vi­tal.

En tant que simple ci­toyen qui cô­toie chaque jour la dou­leur, la souf­france et la ma­la­die, le mé­de­cin os­téo­pathe de Sa­vi­gneux avait d’ailleurs ap­pré­cié ce texte. Mais c’est du pas­sé… « Il nous faut concré­ti­ser dé­fi­ni­ti­ve­ment cet élan en vo­tant mas­si­ve­ment di­manche 18 juin pour ma can­di­da­ture aux cô­tés d’Em­ma­nuel Ma­cron », a écrit Ju­lien Bo­rowc­zyk, per­sua­dé, comme presque tout le monde, que « la vic­toire est proche ». ■

Pra­ti­que­ment au­cune ré­serve de voix pour Paul Sa­len

EN COURSE. Paul Sa­len.

EN TÊTE. Ju­lien Bo­rowc­zyk.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.