Es­so­rage à sec

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Zapping -

Triste vé­ri­té. Fran­çois Ro­che­bloine ne connaît pas les joies du pres­sing. En trente an­nées de car­rière po­li­tique, il n’a ja­mais fait une les­sive. Nor­mal. Il avait une femme pour le sou­la­ger de cette tâche (l’his­toire ne dit pas si elle s’oc­cu­pait éga­le­ment de la pous­sière… Ga­geons que oui). Ain­si li­bé­ré de ce far­deau, le dé­pu­té de la troi­sième cir­cons­crip­tion était tout dis­po­nible pour vo­ter les lois de la Ré­pu­blique, sa­luer les as­so­cia­tions, ré­pondre aux sol­li­ci­ta­tions, y com­pris jus­qu’à une heure in­due de la nuit. Aus­si craint-il pour celle qui le rem­pla­ce­ra dès mar­di sur les bancs de l’As­sem­blée na­tio­nale (la can­di­date En marche, Va­lé­ria Faure-Mun­tian). Après avoir stig­ma­ti­sé di­manche soir son « in­com­pé­tence », le dé­pu­té s’est of­fert une pe­tite sor­tie na­tio­nale en dé­cla­rant au mi­cro de France Bleu : « Avec ses en­fants, il faut m’ex­pli­quer com­ment elle fe­ra pour être pré­sente à Pa­ris ». Et de lui sug­gé­rer d’en­ga­ger une nounou. Re­marque aus­si per­ti­nente que sub­tile. Ima­gi­nez que la nou­velle élue, contrainte par une grève de can­tine, per­mette à sa pro­gé­ni­ture d’ar­pen­ter les cou­loirs de l’as­sem­blée… Du ja­mais vu. L’in­té­res­sé re­jette tout sexisme. Il dé­cla­rait mar­di au Lab d’Eu­rope 1, dans une cu­rieuse et déses­pé­rée ten­ta­tive de jus­ti­fi­ca­tion : « La femme a toute sa place dans la vie po­li­tique. On ne peut plus rien dire dans ce pays. Moi, je suis spé­cia­liste de l’Azer­baïd­jan, on m’in­ter­roge pas sur l’Azer­baïd­jan. » Mais à re­marque dé­pla­cée ques­tion ab­surde. On n’y ré­siste pas : bien que par­fai­te­ment étran­ger aux pro­grammes courts, Fran­çois Ro­che­bloine a dé­sor­mais cinq ans pour la­ver son linge sale. Re­pas­se­ra-t-il ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.