Ro­ger Man­ceau, une mé­moire de ré­sis­tant

Le Pays Roannais (Montbrison) - - Forez Est -

An­cien ré­sis­tant ré­frac­taire au STO (Ser­vice de tra­vail obli­ga­toire), Ro­ger Man­ceau est ve­nu de Tours, lun­di 19 juin, pour ho­no­rer ses an­ciens ca­ma­rades dis­pa­rus en dé­por­ta­tion. Il a été re­çu en mai­rie par Jean­Pierre Taite et la pre­mière ad­jointe Ma­rianne Dar­feuille. « La paix est à pré­ser­ver car elle est fra­gile. Il faut faire preuve de beau­coup de vi­gi­lance, même chez nous en Eu­rope », a dé­cla­ré l’édile fo­ré­zien.

Ro­ger Man­ceau en a pro­fi­té pour re­la­ter ses sou­ve­nirs de la Se­conde guerre mon­diale.

Dans la nuit du 10 au 11 juin 1944, un groupe de cinq ré­sis­tants de l’ar­mée secrète de la Loire, doit ac­com­plir une mission dé­li­cate : convoyer du car­bu­rant et des armes à Éper­cieux­Saint­Paul puis à Feurs, pour des opé­ra­tions sub­ver­sives. Si la pre­mière par­tie se dé­roule bien, la se­conde est fa­tale au groupe. Une pa­trouille im­por­tante de gen­darmes al­le­mands les in­ter­cepte à Feurs, place de la Boa­te­rie.

« Nous n’avons pas ti­ré sur les Al­le­mands par crainte des re­pré­sailles sur la po­pu­la­tion fo­ré­zienne, comme ce­la s’est fait ailleurs. D’abord à ge­noux face au mur les mains sur la tête, puis at­ta­chés aux porte­man­teaux de la salle de l’Eden, nous avons en­suite été trans­fé­rés à Cler­mont­Fer­rand, au siège de la Ges­ta­po. » In­ter­ro­ga­toires avec plaies et bosses, mises au ca­chot, les sol­dats fran­çais sont en­voyés au camp de concen­tra­tion de Neuen­gamme, près de Ham­bourg, le 19 juillet. « C’était le cal­vaire, se re­mé­more Ro­ger Man­ceau. Nous nous sommes pro­mis d’aver­tir nos fa­milles res­pec­tives si un ou plu­sieurs d’entre nous ren­traient en France. Mal­heu­reu­se­ment, je suis le seul à être re­ve­nu de dé­por­ta­tion… J’ac­com­plis mon de­voir de mé­moire et ma pro­messe toutes les an­nées à Feurs », a pré­ci­sé le Fo­ré­zien, qui conserve une mé­moire in­tacte des faits mal­gré ses 94 ans.

De­vant une qua­ran­taine de per­sonnes dans la salle de la mai­rie, il s’est dit « très tou­ché et ému ». C’était la pre­mière fois que les quatre fa­milles de ses ca­ma­rades (Ro­ger Mi­chel, Jean Pe­ron­net, Georges Blon­dy et Jean Beau) étaient pré­sentes à la ré­cep­tion. Une cé­ré­mo­nie émou­vante avec dé­pôt de gerbes a été ob­ser­vée au carrefour de la Li­bé­ra­tion, tout près du lieu d’ar­res­ta­tion du groupe, il y a 73 ans. « Je livre la vé­ri­té de­puis 30 ans dans les écoles, pour que les jeunes sachent ce qui s’est pas­sé lors de ces an­nées sombres… » ■

« Je suis le seul à être re­ve­nu de dé­por­ta­tion… »

RESCAPÉ. Ro­ger Man­ceau a te­nu à té­moi­gner en mai­rie, en­tou­ré de Ma­rianne Dar­feuille et Jean-Pierre Taite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.