Les Monts du Fo­rez, ter­rain de jeu de l’ar­mée de l’air

Les monts du Fo­rez servent de ter­rain d’en­traî­ne­ment à l’ar­mée de l’air fran­çaise

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Jé­rôme Tru­chon et Lae­ti­tia Co­hen­det

C’est ici que se pré­parent les mis­sions en Sy­rie ou en Irak

Pour­quoi notre ter­ri­toire est-il ré­gu­liè­re­ment sur­vo­lé par des avions de chasse à basse al­ti­tude ?

Les pro­me­neurs sont rares sur les hau­teurs de Gar­nier. Dé­vo­rant les re­liefs ar­ron­dis, la lande n’ac­cueille que quelques cen­taines de mou­tons à l’été. Le pay­sage est sau­vage, dé­ser­tique. Tout à fait in­di­qué pour quelques ma­noeuvres mi­li­taires. Chaque se­maine, le vrom­bis­se­ment des Mi­rage 2.000 et autres Ra­fales dé­chire le si­lence ven­té des Hautes Chaumes. De jour. Comme de nuit. Leur pas­sage est fur­tif mais as­sour­dis­sant et les ha­bi­tants du sec­teur, in­va­ria­ble­ment, fouillent le ciel du re­gard en quête d’un fu­se­lage. La rai­son de leur pré­sence ?

Saint­Bon­net­le­Cour­reau, Sau­vain, et les monts du Fo­rez de ma­nière gé­né­rale, font par­tie des zones d’en­traî­ne­ment « LF­R 68 » ser­vant aux exer­cices de l’ar­mée de l’air à haute et basse al­ti­tude. Le pé­ri­mètre d’in­ter­ven­tion est très vaste puis­qu’il s’étend de Mont­lu­çon (au Nord) à Ro­dez (au Sud), de l’Est de Cler­mont­Fer­rand à l’Ouest de Li­moges. « Ces zones, si­tuées dans les ré­gions peu den­sé­ment peu­plées, ne sont pas nom­breuses en France, pré­cise le ser­vice d’in­for­ma­tion et de re­la­tions pu­bliques (Sir­pa) de l’ar­mée de l’air. Il en existe une grande dans le Centre de la France et quelques­unes au­des­sus de la mer, au large de la Corse ou à Bis­car­rosse. Les aé­ro­nefs mi­li­taires peuvent des­cendre jus­qu’à 150 mètres au­des­sus du sol et évo­luer à très grande vi­tesse (jus­qu’à 800 km/h en pointe, N.D.L.R.). Pi­lotes et équi­pages s’en­traînent aux dif­ fé­rentes mis­sions qu’ils seront en­suite ame­nés à réa­li­ser pour la pro­tec­tion du ter­ri­toire : po­lice du ciel en France ou dans le cadre de mis­sions à l’étran­ger, en Irak, en Sy­rie ou en­core au Sa­hel. »

Les Fo­ré­ziens, au­tre­ment dit, contemplent chaque jour la ver­sion fran­çaise d’un Top Gun amé­ri­cain (l’école de pi­lo­tage po­pu­la­ri­sée par le film de To­ny Scott avec Tom Cruise dans les an­nées 1980). C’est d’au­tant plus vrai que les zones LF­R 68 ac­cueillent des avions de tout l’Hexa­gone. En pro­ve­nance des bases d’Orange et de Luxeuil pour les avions de chasse, d’Or­léans pour les avions de trans­port (Tran­sall, Ca­sa, A400M) mais aus­si de Nancy, Saint­Di­zier, Mont­de­Mar­san…

Les ma­noeuvres, ce­pen­dant, n’ont rien d’un jeu. « Dans le cadre ac­tuel de notre en­ga­ge­ment sur les dif­fé­rents théâtres d’opé­ra­tions ex­té­rieures, ces en­traî­ne­ments sont né­ces­saires pour le suc­cès des mis­sions et es­sen­tiels pour la sé­cu­ri­té de nos pi­lotes », as­sure le Sir­pa.

PHO­TO D’ILLUS­TRA­TION.

SUR­VOL. Le Mi­rage 2.000 fait par­tie des avions qui s’en­traînent ré­gu­liè­re­ment dans le ciel fo­ré­zien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.