La sé­cu­ri­té a dû être ren­for­cée à l’en­trée de la mé­dia­thèque

Plu­sieurs scènes d’in­ci­vi­li­tés ont contraint Loire Fo­rez à ren­for­cer la sé­cu­ri­té à l’en­trée

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Jean-Fran­çois Ver­net jean-fran­cois.ver­net@cen­tre­france.com

Avec plus de

10.000 vi­si­teurs en moyenne par mois, la mé­dia­thèque tête de ré­seau de Loire Fo­rez ac­cueille des pu­blics di­vers et va­riés, oc­ca­sion­nant par­fois des ten­sions pal­pables pour le pu­blic, mais aus­si pour le per­son­nel. Un cli­mat qui ex­plique la pré­sence de deux agents de sé­cu­ri­té à l’en­trée de­puis le dé­but de l’été...

Vous vou­lez louer un livre ou un DVD à la mé­dia­thèque tête de ré­seau Loire Fo­rez ? N’ou­bliez sur­tout pas votre carte de lec­teur ou, le cas échéant, votre carte d’iden­ti­té, au­quel cas vous se­rez confron­té à un re­fus ca­té­go­rique de pé­né­trer dans ce lieu de culture.

« Une ré­flexion est en­ga­gée avec les ac­teurs so­ciaux cultu­rels lo­caux »

« Eh oui, mal­heu­reu­se­ment, même à la mé­dia­thèque de Montbrison, les in­ci­vi­li­tés font rage », dé­plore l’un des deux agents de sé­cu­ri­té, char­gé de vé­ri­fier les en­trées dans le site, un bras­sard orange au­tour d’un bi­ceps que nous pour­rions qua­li­fier de dis­sua­sif.

En cause, plu­sieurs plaintes d’usa­gers, dé­ran­gés par le bruit oc­ca­sion­né par des groupes de jeunes, sou­vent at­trou­pés au­tour des consoles de jeu, au ni­veau ré­ser­vé aux ado­les­cents.

Il est vrai que l’ar­chi­tec­ture de la mé­dia­thèque mont­bri­son­nai­ se n’étouffe pas le bruit, sus­cep­tible de mon­ter d’un étage à l’autre…

In­sultes et pro­vo­ca­tions…

Le per­son­nel n’est pas en reste. Cer­tains em­ployés ont es­suyé des in­sultes et des pro­vo­ca­tions phy­siques, com­por­te­ments ab­so­lu­ment in­ac­cep­tables. « Nous sommes dé­so­lés, ce n’est que ponc­tuel, nous ré­pond­on gen­ti­ment, en ins­cri­vant sur un ca­hier de re­gistre notre nom et pré­nom. C’est pour faire re­tom­ber la pres­sion. En fin d’an­née sco­laire, cer­tains sont ve­nus se­mer la pa­gaille. C’était dif­fi­cile de conti­nuer ain­si… »

L’un des agents de sé­cu­ri­té a sou­li­gné, sur les ré­seaux so­ciaux qu’ils ef­fec­tuent ces contrôles car il était jus­qu’ici « im­pos­sible de don­ner des élé­ments aux forces de l’ordre qui leur per­met­traient d’ef­fec­tuer cor­rec­te­ment leur tra­vail. […] Nous de­vons im­po­ser ces contrôles à l’en­semble des per­sonnes pour évi­ter tout pro­blème de dis­cri­mi­na­tion mais en tant qu’agent, nous vi­sons prin­ci­pa­le­ment les jeunes », concède­t­il. Ajou­tez à cette am­biance du ma­té­riel cas­sé fré­quem­ment consta­té, au cours de ces pre­miers mois d’ou­ver­ture.

Au­tant de rai­sons qui ont pous­sé les élus de Loire Fo­rez à ré­agir. « Deux agents de sé­cu­ri­té sont dé­sor­mais pré­sents sur toutes les pé­riodes d’ou­ver­ture », ex­plique­t­on du cô­té in­vi­ter les usa­gers à dé­cli­ner son iden­ti­té lors de chaque en­trée au sein de la mé­dia­thèque « a per­mis de re­trou­ver un cli­mat se­rein et ac­cueillant pour tous les pu­blics. »

Un dis­po­si­tif « tran­si­toire » en at­ten­dant mieux…

Ce dis­po­si­tif de sé­cu­ri­té ren­for­cée est « tran­si­toire », as­su­ret­on du cô­té de Loire Fo­rez. « Une ré­flexion est en­ga­gée avec l’en­semble des ac­teurs so­ciaux­cul­tu­rels lo­caux pour pro­po­ser des pistes d’ac­tions fa­vo­ri­sant le vivre en­semble au sein de la mé­dia­thèque, mais aus­si à l’ex­té­rieur. »

De­puis que les deux agents de sé­cu­ri­té ré­gulent les en­trées, le calme qui doit ré­gner dans un tel lieu semble être re­ve­nu. La mé­dia­thèque tête de ré­seau de Loire Fo­rez va pou­voir souf­fler sa pre­mière an­née d’exis­tence dans un cli­mat apai­sé.

SÉ­CU­RI­TÉ. Il faut mon­trer patte blanche pour pé­né­trer dans la mé­dia­thèque Loire Fo­rez de la place Eu­gène-Beaune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.