Un livre sur la prin­ci­pale res­source en eau de la plaine

Il re­trace grande et pe­tites his­toires de la prin­ci­pale res­source en eau de la plaine du Fo­rez

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Un livre de ré­fé­rence qui doit fi­gu­rer dans la bi­blio­thèque de tout Fo­ré­zien

An­cien pro­fes­seur des uni­ver­si­tés, ex-ins­ti­tu­teur de Cha­lain d’Uzore, Claude Cre­tin vient de com­mettre un livre sur l’his­toire du ca­nal du Fo­rez, ou­vrage au­jourd’hui en­core mé­con­nu.

In­utile de nous re­mer­cier, ça nous fait plai­sir… Grâce au Pays Fo­rez­Coeur de Loire

vous ve­nez de trou­ver une belle idée de ca­deau pour Noël. Le mois der­nier, les édi­tions Actes­Gra­phiques de Saint­Bar­thé­lé­my­Les­tra ont pu­blié Le ca­nal du Fo­rez, une double vie, livre d’ores et dé­jà de ré­fé­rence et qui doit, à ce titre, fi­gu­rer dans la bi­blio­thèque de tout Fo­ré­zien qui se res­pecte.

Une ar­tère prin­ci­pale de 44 km

Cette pu­bli­ca­tion de quelque 130 pages, écrite par Claude Cre­tin, pro­fes­seur des uni­ver­si­tés à la re­traite qui a long­temps « sé­vi » à l’Uni­ver­si­té Jean­Mon­net de Saint­Étienne, re­trace l’his­toire de ce ca­nal dont la construc­tion a dé­bu­té en 1865, sous Na­po­léon III, et qui était des­ti­né, à l’ori­gine, à ar­ro­ser la par­tie de la plaine du Fo­rez si­tuée sur la rive gauche du fleuve grâce aux eaux de la Loire. De son ali­men­ta­tion au bar­rage de Grangent jus­qu’au ruisseau des Combe qui se dé­verse dans le Li­gnon, à Mont­ver­dun, Claude Cre­tin par­court les 44 km du boyau prin­ci­pal qui tra­verse l’ouest de la plaine et toutes ses ar­tères dont les deux prin­ci­pales, celle de L’Hô­pi­tal­le­Grand (8 km) et celle de Pon­cins (13 km), dis­tri­buent l’eau dans la par­tie cen­trale de la plaine fo­ré­zienne. L’au­teur ne se contente pas de dates et de ré­fé­rences his­to­riques mais ra­conte une vé­ri­table his­toire, re­monte aux ori­gines de l’ou­vrage, plonge le lec­teur dans l’his­toire po­li­tique, éco­no­mique, so­ciale et cultu­relle du dé­par­te­ment et dé­montre, si be­soin, com­bien ce ca­nal, prin­ci­pale res­source en eau de la plaine, a fa­çon­né un pay­sage qu’il connaît par­fai­te­ment bien.

Quand la plaine était ma­ré­ca­geuse et in­sa­lubre

Ju­ras­sien d’ori­gine, ins­tal­lé dans la Loire de­puis le mi­lieu des an­nées 40, Claude Cre­tin a no­tam­ment été ins­ti­tu­teur à Mon­ta­gny, dans le Roan­nais, puis à Cha­lain d’Uzore, dans le Mont­bri­son­nais, en 1952. « À l’époque, mon épouse et moi ha­bi­tions à quelques cen­taines de mètres de ce ca­nal mais je n’en connais­sais ni l’his­toire, ni l’im­por­tance, se sou­vient l’oc­to­gé­naire. C’est une suite de ha­sards et de ren­contres qui m’a ame­né à l’écri­ture de ce livre. »

Claude Cre­tin, nom­mé à SaintÉ­tienne à la fin des an­nées 60 dans une uni­ver­si­té toute juste nais­sante, a noué une ami­tié avec Phi­lippe Au­clerc, ré­dac­teur en chef de la re­vue La Loire et

ses ter­roirs, ba­sée en Centre­Val de Loire. L’uni­ver­si­taire sté­pha­nois a écrit plu­sieurs ar­ticles pour ce bi­mes­triel né en 1992, consa­cré à la Loire, au cours d’eau lui­même mais éga­le­ment à tous les as­pects de la vie dans et au­tour du plus grand fleuve de France.

C’est au cours d’une ba­lade près du bar­rage de Grangent que Phi­lippe Au­clerc s’étonne de l’exis­tence de ce ca­nal dont il n’a ja­mais en­ten­du par­ler. Il convainc Claude Cre­tin de se pen­cher sur ce su­jet. Deux ar­ticles sont pu­bliés sous la plume de l’au­teur qui dé­cide de pour­suivre ses re­cherches sur l’his­toire de cet ou­vrage créé pour sau­ve­gar­der une plaine qui était alors pauvre, in­sa­lubre et ma­ré­ca­geuse, consti­tuée de sols peu pro­fonds et dé­pour­vus de pente. Avec le cli­mat chaud et sec en été, l’état sa­ni­taire des lieux était dé­sas­treux. La loi de dé­cembre 1793 or­don­nant le des­sè­che­ment im­mé­diat de tous les étangs (lire aus­si p. 5), fi­na­le­ment su­bor­don­née à la créa­tion de ca­naux d’ir­ri­ga­tion, va tout chan­ger.

Claude Cre­tin va pas­ser plu­sieurs an­nées à amas­ser des do­cu­ments et des in­for­ma­tions aux Archives dé­par­te­men­tales, au Syn­di­cat mixte d’ir­ri­ga­tion et de mise en va­leur du Fo­rez (Smif, qui de­puis 1966 gère le ca­nal), dans les so­cié­tés lo­cales d’his­toire… Jus­qu’à être en me­sure d’en ti­rer plu­sieurs ma­nus­crits illus­trés de pho­tos prises au dé­tour de ba­lades avec son épouse et de des­sins qu’il a lui­même réa­li­sés. Le ca­nal du Fo­rez, une double

vie est le ré­su­mé de ces an­nées de tra­vail aux­quelles il faut ajou­ter des an­nées de re­cherches et de dé­boires pour trou­ver un édi­teur convain­cu de l’in­té­rêt du su­jet. C’est le mi­ni­mum pour un ou­vrage né de l’as­sai­nis­se­ment et de l’ir­ri­ga­tion qui ont trans­for­mé non seule­ment la vie des agri­cul­teurs, mais de tous les ha­bi­tants de la plaine du Fo­rez », dixit Léon Pa­liard, di­rec­teur des ser­vices de la Chambre d’agri­cul­ture de la Loire en 1957. Un exemple par­mi d’autres : les ha­bi­tants de Montbrison et de Feurs boivent l’eau du ca­nal du Fo­rez de­puis 1988. Il est ques­tion que les Mon­tron­dais fassent de même…

CEN­TE­NAIRE. Le ca­nal du Fo­rez est in­dis­pen­sable à plus de 600 ex­ploi­ta­tions agri­coles, par­ti­cipe à la conser­va­tion de 500 hec­tares d’étangs, ali­mente plu­sieurs com­munes en eau po­table…

PA­TRI­MOINE. De nom­breux ou­vrages d’art en pierre de taille sont pré­sents sur le tra­cé dont une dou­zaine de ponts ca­naux, plus d’une ving­taine de si­phons, près de cents ponts rou­tiers et une cen­taine d‘aque­ducs.

AU­TEUR. Claude Cre­tin s’est dé­jà fait une ré­pu­ta­tion avec des ou­vrages et des ar­ticles sur le cours Fau­riel à Saint-Étienne, l’Hô­tel de ville sté­pha­nois, les eaux mi­né­rales li­gé­riennes, la ver­re­rie pon­tram­ber­toise...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.