Cinq conseillers quittent la ma­jo­ri­té de Jo­seph De­ville

Cinq conseillers mu­ni­ci­paux ont créé un groupe d’op­po­si­tion au maire, Jo­seph De­ville

Le Pays Roannais (Montbrison) - - La Une - Ro­dolphe Mon­ta­gnier ro­dolphe.mon­ta­gnier@cen­tre­france.com

Cinq membres de l’équipe de Jo­seph De­ville ont de­man­dé la créa­tion d’un groupe d’op­po­si­tion au con­seil mu­ni­ci­pal de Bonson. Ils af­firment que « les pro­jets ne sont plus par­ta­gés que par une équipe res­treinte ».

Dé­ci­dé­ment, les édiles fo­ré­ziens ont l’hu­meur re­belle… Après Api­nac, L’Hô­pi­tal­sous­Ro­che­fort et Veauche, c’est au tour du con­seil mu­ni­ci­pal de Bonson de connaître quelques sou­bre­sauts. Il n’est pas (en­core) ques­tion de dé­mis­sion dans l’équipe élue en 2014 au­tour de Jo­seph De­ville mais le na­vire tangue.

« Ils nous ont dé­so­li­da­ri­sés de la ma­jo­ri­té »

Cinq conseillers mu­ni­ci­paux ont an­non­cé qu’ils en­ten­daient dé­sor­mais sié­ger dans l’op­po­si­tion ; op­po­si­tion in­exis­tante jus­qu’ici puisque les quatre membres de la liste bat­tue et conduite par Mau­ri­cette Moine avaient dé­mis­sion­né au len­de­main du scru­tin de 2014. Bri­gitte Cen­za­to, Do­mi­nique Faure, Mar­cel Le­roux, Mi­chel Bas­tide et Her­vé Bru ont in­for­mé Jo­seph De­ville de leur dé­marche lors d’une en­tre­vue, ven­dre­di 13 oc­tobre, en mai­rie.

Ces fron­deurs ont an­non­cé qu’ils sou­hai­taient la créa­tion d’un groupe dé­nom­mé « Réus­sir Bonson au­tre­ment » et ont fait part de leurs griefs. Rien qui n’a dû beau­coup sur­prendre leur in­ter­lo­cu­teur puis­qu’ils af­firment qu’ils ont été lit­té­ra­le­ment « pous­sés dans l’op­po­si­tion » par le sep­tua­gé­naire « et son équipe rap­pro­chée. De­puis plus d’une an­née, ils nous ont dé­so­li­da­ri­sés de la ma­jo­ri­té à la suite de notre vote contre leur pro­jet de rat­ta­che­ment de Bonson à Saint­Étienne Mé­tro­pole », ex­pliquent ceux qui s’in­ter­rogent en­core sur la sou­daine volte­face du pre­mier ma­gis­trat.

« Bonson a « vi­ré sa cu­ti » en l’es­pace de deux se­maines, pour­suit Mar­cel Le­roux. Après avoir si­gné un texte pour un Fo­rez uni avec les 45 com­munes de l’ex­com­mu­nau­té d’ag­glo­mé­ra­tion, Jo­seph De­ville a ren­con­tré le maire de Saint­Étienne et pré­sident de Saint­Étienne Mé­tro­pole, Gaël Per­driau, et Bonson a su­bi­te­ment sou­hai­té in­té­grer la mé­tro­pole sté­pha­noise alors que la com­mune a tou­jours été orien­tée vers le Fo­rez comme Saint­Mar­cel­lin­en­Fo­rez ou Saint­Cy­prien. Nous n’avons ja­mais été in­for­més, sim­ple­ment mis de­vant le fait ac­com­pli. Que s’est­il dit lors de cette en­tre­vue ? Qu’est­ce qui a été pro­mis à Jo­seph De­ville ? »

Pas d’op­po­si­tion pour Jo­seph De­ville

Les mé­con­tents es­timent que « ce dé­sir re­pose sur des faits éco­no­miques contes­tables. Les éco­no­mies sup­po­sées sont ra­di­ca­le­ment dif­fé­rentes quand nous évo­quons le su­jet avec Loire Fo­rez ag­glo­mé­ra­tion (LFA), ajoute Her­vé Bru. La seu­ le vé­ri­table éco­no­mie se fe­ra sur les or­dures mé­na­gères. »

À la suite du vote contre ce pro­jet de rap­pro­che­ment avec Saint­Étienne Mé­tro­pole, Bri­gitte Cen­za­to, Mi­chel Bas­tide, Her­vé Bru, Do­mi­nique Faure et Mar­cel Le­roux as­surent avoir « été peu à peu écar­tés du mi­ni­mum d’in­for­ma­tions qu’un conseiller mu­ni­ci­pal est en droit d’at­tendre. Les pro­jets ne sont plus par­ta­gés et dé­ci­dés que par une équipe res­treinte », pour­suivent ces édiles qui dé­plorent, en outre, qu’« au­cune sor­tie de crise ne soit en­vi­sa­gée concer­nant le conflit struc­tu­rel avec LFA (lire notre édi­tion du 23 fé

vrier der­nier). » Les dé­lé­ga­tions de deux d’entre eux (au centre com­mu­nal d’ac­tion so­ciale et aux dé­pla­ce­ments et à la sé­cu­ri­ té) leur ont aus­si été re­ti­rées.

Les contes­ta­taires ont in­for­mé le sous­pré­fet de Montbrison de leur prise de po­si­tion et at­tendent main­te­nant que Jo­seph De­ville leur per­mette d’exer­cer leur man­dat « comme toute op­po­si­tion qui se res­pecte dans une dé­mo­cra­tie ». Ils en­tendent no­tam­ment pou­voir s’ex­pri­mer dans une tri­bune libre dans Au

fil du Bonson, la re­vue mu­ni­ci­pale. Mais rien n’est sûr.

Le maire bon­son­nais, contac­té par Le Pays Fo­rez­Coeur de Loire, a une ap­proche sen­si­ble­ment dif­fé­rente de cet épi­sode. « Je ne par­tage pas le terme d’op­po­si­tion, ex­plique Jo­seph De­ville. Il est vrai que cinq conseillers mu­ni­ci­paux de la ma­jo­ri­té m’ont fait part de leur sou­hait de se dé­so­li­da­ri­ser. Ils ne sont pas d’ac­cord avec un rat­ta­che­ment à Saint­Étienne Mé­tro­pole alors que la com­mis­sion dé­par­te­men­tale de co­opé­ra­tion in­ter­com­mu­nale a sta­tué sur ce su­jet voi­là plus de dix­huit mois, con­fir­mant Bonson dans le pé­ri­mètre de Loire Fo­rez ag­glo­mé­ra­tion. »

Le pro­chain con­seil mu­ni­ci­pal du 16 no­vembre pour­rait être un peu plus ani­mé que les pré­cé­dents. ■

« Il faut tout vo­ter comme le maire si­non... »

Contact. Le nou­veau groupe peut être contac­té par cour­rier élec­tro­nique : non.au.rat­ta­che­ment@gmail.com

CONTES­TA­TAIRES. Do­mi­nique Faure, Mi­chel Bas­tide, Her­vé Bru et Mar­cel Le­roux (et Bri­gitte Cen­za­to, ab­sente ici) veulent sié­ger au sein d’un nou­veau groupe dé­nom­mé « Réus­sir Bonson au­tre­ment » au sein du con­seil mu­ni­ci­pal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.