La date li­mite ne chan­ge­ra pas

Le Pays Roannais (Roanne) - - Zapping - Pierre-Fran­çois Che­tail

28 ans de du­rée de vie moyenne. Au mi­lieu du XVIIIe siècle, il y a moins de 300 ans (c’est-à-dire qua­si­ment rien à l’échelle de l’hu­ma­ni­té, les pre­miers pas sur Terre de l’ho­mo sa­piens re­mon­tant à il y a

200.000 ans en­vi­ron), l’es­pé­rance de vie à la nais­sance n’ex­cé­dait pas 28 an­nées en

France. De­puis, grâce no­tam­ment aux pro­grès de la mé­de­cine et à la mise en place d’un État-pro­vi­dence, elle n’a ces­sé d’évo­luer dans le pays pour at­teindre au­jourd’hui près de 80 ans pour les hommes et plus de 85 ans pour les femmes. Et rien que de­puis 1995, le nombre de cen­te­naires a été mul­ti­plié par deux dans le monde, qui en compte au­jourd’hui plus de

300.000 (il y en au­ra 3,5 mil­lions en 2050). Pour au­tant, ce­la ne si­gni­fie pas que l’être hu­main peut vivre plus long­temps qu’au siècle der­nier. L’âge maxi­mal at­teint par les plus âgés ne pro­gresse pas de­puis trente ans, se­lon une toute nou­velle étude néer­lan­daise. Hor­mis de très rares ex­cep­tions, à l’ins­tar de Jeanne Calment, morte en 1997 à l’âge de

122 ans, les plus ré­sis­tants d’entre nous, cu­mu­lant hy­giène de vie exem­plaire et chance d’échap­per aux ma­la­dies mor­telles, sont pro­gram­més pour s’éteindre à 115 ans maxi­mum. Au bout d’un mo­ment, quelles que soient les avan­cées mé­di­cales, la ma­chine fi­nit par s’ar­rê­ter. Heu­reu­se­ment d’ailleurs, sans doute, car nul n’a in­té­rêt de vivre sur une pla­nète peu­plée prin­ci­pa­le­ment de vieillards. En cette nou­velle an­née (sco­laire) qui dé­marre, cette réa­li­té nous rap­pelle tou­te­fois que chaque jour qui passe nous rap­proche de la fin. Alors tâ­chons de ne pas trop gâ­cher ce pe­tit es­pace tem­po­rel qui nous est ac­cor­dé sur Terre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.