En lutte contre la « pré­ca­ri­té gé­né­ra­li­sée »

Plus d’un mil­lier de per­sonnes ont dé­fi­lé dans les rues de Roanne, mar­di 12 sep­tembre

Le Pays Roannais (Roanne) - - Société - Ch­ris­tian Ver­det

1.300 per­sonnes, se­lon les syn­di­cats, ont bat­tu le pa­vé, mar­di, pour ex­pri­mer leur re­fus des « or­don­nances Ma­cron ». Le conflit de­vrait avoir des suites.

«Gens de rien… Il­let­trés… Fai­néants… Je vous sa­lue ! » L’en­trée en ma­tière du dis­cours de Serge Le­noir, se­cré­taire de l’union lo­cale CGT, mar­di 12 sep­tembre, dé­si­gnait clai­re­ment la cible : le Pré­sident de la Ré­pu­blique, Em­ma­nuel Ma­cron, « qui s’y connaît en mé­pris et n’aime dé­ci­dé­ment pas les Fran­çais qui le lui rendent bien. »

Plu­sieurs syn­di­cats par­mi les­quels la CGT, FO, SUD ou en­core la FSU avaient dé­ci­dé de des­cendre dans la rue pour « dé­non­cer la casse de leurs droits au tra­vail, de leurs ser­vices pu­blics, de l’aug­men­ta­tion de la CSG » ou en­core « la baisse des APL » et des moyens at­tri­bués à tous les ser­vices pu­blics. Par­mi les ma­ni­fes­tants, on pou­vait aus­si aper­ce­voir des re­pré­sen­tants de groupes po­li­tiques comme le PCF, le PS, la France In­sou­mise, ain­si que les Verts.

Une ma­ni­fes­ta­tion par se­maine en sep­tembre

Les dif­fé­rents syn­di­cats se réuni­ront éga­le­ment jeudi 14 sep­tembre pour dis­cu­ter d’une ma­ni­fes­ta­tion qui au­ra lieu le 21 sep­tembre et par­ti­ra de­puis la sous­pré­fec­ture jus­qu’à la per­ma­nence de Na­tha­lie Sarles, « dé­pu­tée d’En marche ar­rière », comme l’a sur­nom­mée le pa­tron de la CGT lo­cale. Serge Le­noir a aus­si pro­mis que tous les tra­vailleurs se­raient mo­bi­li­sés le

28 sep­tembre, « jour où les re­trai­tés pro­tes­te­ront contre les gels de leurs pen­sions et l’aug­men­ta­tion de la CSG ».

C’est pour « trans­for­mer cet élan de contes­ta­tion en dé­fer­lante so­ciale » que la CGT a dé­ci­dé de te­nir des réunions d’in­for­ma­tion pour les ci­toyens, les mer­cre­dis 13 et 20 sep­tembre, à

17 h 30, à l’au­di­to­rium de la bourse du tra­vail, afin « d’ex­pli­quer tous les mé­faits des or­don­nances Ma­cron »

La ren­trée so­ciale pro­met­tait d’être chaude. Le mou­ve­ment de grogne risque éga­le­ment de s’ins­tal­ler sur la du­rée. ■

PHO­TO C. VER­DET

COLÈRE. « 120.000 postes de fonc­tion­naires et 166.000 contrats ai­dés sup­pri­més ». Des chiffres in­ac­cep­tables pour les syn­di­cats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.