« Triste et en colère du sa­cri­fice des CHSCT »

Le Pays Roannais (Roanne) - - Société - P.-O.V. (*) Dis­po­nible en pod­cast sur le site de la ra­dio.

Dans l’émis­sion La Marche de l’His­toire, dif­fu­sée lun­di après-mi­di sur France In­ter (*), Jean Au­roux est re­ve­nu sur la ge­nèse des quatre lois qui portent son nom et grâce aux­quelles, a-t-il af­fir­mé, il a vou­lu « ré­for­mer le Code du tra­vail en code de dé­mo­cra­tie éco­no­mique, fon­dé sur deux pi­liers : l’ex­pres­sion di­recte et la dé­mo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive ». L’an­cien mi­nistre du Tra­vail a re­con­nu que « tous les ob­jec­tifs n’avaient pas été at­teints en ma­tière d’ex­pres­sion dans l’en­tre­prise », mais que ces textes étaient par­ve­nus à « don­ner des droits in­di­vi­duels et col­lec­tifs aux sa­la­riés ».

Il a éga­le­ment été rap­pe­lé que la qua­trième des « lois Au­roux » avait trans­for­mé les an­ciens CHS (Co­mi­tés d’Hy­giène et de Sé­cu­ri­té) en CHSCT (ajou­tant la no­tion de « condi­tions de tra­vail »). « Il s’agis­sait de s’adap­ter aux évo­lu­tions tech­no­lo­giques et d’in­tro­duire la no­tion de qua­li­té de vie au tra­vail. » Les fu­turs textes pré­voient la fu­sion des ins­tances re­pré­sen­ta­tives. Jean Au­roux y voit le risque de les af­fai­blir, CHSCT comme co­mi­té d’en­tre­prise : « Dans la même réunion, on va par­ler de tous les su­jets et les condi­tions de tra­vail pas­se­ront au se­cond plan. Je ne dé­co­lère pas de voir que le gou­ver­ne­ment sa­cri­fie le CHSCT, c’est même une grande tris­tesse, car il n’y a pas que les chiffres dans la vie, il y aus­si les hommes », s’est ému Jean Au­roux à la ra­dio.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.