Un an avec sur­sis re­quis pour une in­at­ten­tion mor­telle

En avril der­nier, un choc avait fait un mort à Lentigny

Le Pays Roannais (Roanne) - - La Une - Pas­cal Jac­quet pas­cal.jac­quet@cen­tre­france.com

Au cours d’une au­dience où tris­tesse et di­gni­té ont encadré les dé­bats, le jeune conduc­teur est re­ve­nu sur les cir­cons­tances qui ont en­traî­né le dé­cès d’un père de fa­mille de 59 ans.

«Les faits sont aus­si simples que graves », a ré­su­mé le pré­sident de l’au­dience, Fa­bien Sartre, pour lan­cer les dé­bats. Tel­le­ment simples que les dis­cus­sions au­raient pu sans doute se ré­duire à quelques mi­nutes seule­ment.

Le 20 avril der­nier, un jeune homme de 21 ans, qui rou­lait en di­rec­tion de Saint­Ger­main­La­val au vo­lant d’un 4x4 Jeep, n’a pas mar­qué le Stop au car­re­four des dé­par­te­men­tales 18 et 203 dans la com­mune de Lentigny. Sans rai­son ap­pa­rente. Ni l’al­cool ou les stu­pé­fiants, ni les condi­tions cli­ma­tiques, ne peuvent ex­pli­quer que le jeune conduc­teur n’a pas vu le Stop.

À la barre, il n’apporte que peu de pré­ci­sions. « Je ra­me­nais un vé­hi­cule à Saint­Étienne. J’ai vou­lu pas­ser voir mes grand­spa­rents à Saint­Ger­main­

« Quand j’ai vu le Stop, il était trop tard »

La­val et, comme je ne connais­sais pas la route, j’avais mis le GPS. Quand j’ai vu le stop, il était trop tard », se re­mé­more­t­il face aux juges. Un homme de 59 ans, père de fa­mille de deux en­fants âgés de moins de 20 ans, a été tué sur le coup dans le choc au car­re­four.

Si des té­moins di­ront que la Jeep rou­lait à vive al­lure, au­cun élé­ment de l’en­quête n’at­tes­te­ra que le jeune homme était en excès de vi­tesse. Pas plus qu’il n’était au té­lé­phone au mo­ment du choc. Alors pour­quoi n’a­t­il pas vu le Stop, an­non­cé à deux re­prises avant le car­re­four ? « J’ai eu une mau­vaise in­ter­pré­ta­tion de la route. Je suis le seul res­pon­sable, ce que j’ai fait est im­par­don­nable », di­ra le jeune homme à la barre.

Des tra­vaux ja­mais réa­li­sés

Pour Éric Jal­let, le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, « il n’y a pas d’autres ex­pli­ca­tions que le dé­faut de vi­gi­lance. » Il ré­clame un an de pri­son avec sur­sis, une sus­pen­sion du per­mis de conduire pen­dant un an et 150 € d’amende, à l’en­contre du jeune conduc­teur, au terme de ses ré­qui­si­tions. « Une peine d’aver­tis­se­ment », com­mente­t­il.

L’avo­cat du jeune homme, Me Ve­ril­hac, sou­haite dire à la fa­mille de la vic­time que son client est « pro­fon­dé­ment et sin­cè­re­ment tou­ché, qu’il ne dis­cute pas sa res­pon­sa­bi­li­té. » Il as­sure en­core que « le drame a fait bas­cu­ler la vie d’une fa­mille dans l’hor­reur et celle d’un jeune gar­çon dans la culpa­bi­li­té. »

Mais il rap­pelle tou­te­fois qu’un ac­ci­dent mor­tel avait dé­jà eu lieu en 2014, à ce même croi­se­ment. Les maires de Ville­rest et Lentigny avaient alors de­man­dé qu’un gi­ra­toire soit mis en place pour sé­cu­ri­ser le car­re­four. Si la cons­truc­tion avait été ac­tée po­li­ti­que­ment, les tra­vaux n’ont ja­mais eu lieu… par manque de moyens.

Le tri­bu­nal a ré­ser­vé son dé­li­bé­ré au 16 oc­tobre pro­chain. ■

PHOTO D’AR­CHIVES PIERRE-OLI­VIER VÉ­ROT

CHOC. Au vo­lant de sa Jeep, le jeune conduc­teur n’avait pas mar­qué le Stop, per­cu­tant de plein fouet la Re­nault Scé­nic de la vic­time. En 2014, un ac­ci­dent dé­jà mor­tel avait fait en­ga­ger une ré­flexion sur l’éta­blis­se­ment d’un rond-point sur ce car­re­four. Mal­heu­reu­se­ment sans suite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.