Les pa­ci­fistes livrent aus­si des ba­tailles

Un ras­sem­ble­ment au­ra lieu sa­me­di de­vant le mo­nu­ment pa­ci­fiste de Saint­Mar­tin­d’Es­treaux

Le Pays Roannais (Roanne) - - Vie Régionale L'actu - Pierre-Olivier Vé­rot pierre-olivier.ve­rot@cen­tre­france.com

Il n’y a pas que des an­ciens com­bat­tants au­tour des mo­nu­ments aux morts lors des com­mé­mo­ra­tions comme celle du 11 no­vembre. Les pa­ci­fistes y ré­pètent leur mes­sage de « guerre à toutes les guerres ».

Ils se croisent plus qu’ils ne se ras­semblent. Mais ils ne s’op­posent pas, puis­qu’ils se re­trouvent au moins au­tour du de­voir de mé­moire con­cer­nant les atro­ci­tés com­mises pen­dant les conflits qui émaillent l’His­toire de l’hu­ma­ni­té. Mais phi­lo­so­phi­que­ment, les an­ciens com­bat­tants et les pa­ci­fistes ne mettent pas en avant les mêmes va­leurs. Aux « morts pour la France » des pa­triotes, les pa­ci­fistes, no­tam­ment re­grou­pés au sein de la Libre Pen­sée, ré­pondent par « la guerre à la guerre » et sa va­riante, « mau­dite soit la guerre et ses au­teurs ! ».

Pour eux éga­le­ment, le 11 no­vembre est donc une date im­por­tante. « La Pre­mière Guerre mon­diale, la Grande Guerre, comme on dit, a été la plus meur­trière de l’His­toire contem­po­raine », ex­plique Yan­nick

Sy­be­lin, du groupe de Roanne de la Libre Pen­sée.

Bou­che­rie

Sa­me­di, comme en 70 coins de France (lire ci­des­sus), les pa­ci­fistes du sec­teur se re­grou­pe­ront à Saint­Mar­tin­d’Es­treaux, car dans ce vil­lage a été éri­gé, dans les an­nées 1920, sous l’im­pul­sion du maire de l’époque, Pierre Mon­not, un mo­nu­ment aux morts pa­ci­fistes (pho­to). Sur trois pan­neaux fi­gurent des ins­crip­tions dé­non­çant les hor­reurs des guerres, la des­truc­tion de fa­milles en­tières, les souf­

frances et les mi­sères qu’elles ont en­gen­drées (lire ci­des­sus).

L’an pro­chain mar­que­ra le cen­te­naire de l’ar­mis­tice du 11 no­vembre 1918. Mais chaque cé­lé­bra­tion est im­por­tante pour l’ALAMPSME (As­so­cia­tion Laïque des Amis des Mo­nu­ments au Morts Pa­ci­fistes de SaintMar­tin­d’Es­treaux et de la Loire) et les autres mou­ve­ments qui s’as­so­cient à cette ren­contre : la Libre Pen­sée, la Ligue des Droits de l’Homme, le Mou­ve­ment de la Paix et l’As­so­cia­tion Ré­pu­bli­caine des An­ciens Com­bat­tants. « Il y a 100 ans, en 1917, les mas­sacres conti­nuaient », re­tient Yan­nick Sy­be­lin.

De­puis des an­nées, les cé­lé­bra­tions pa­ci­fistes au­tour de la Pre­mière Guerre mon­diale servent aus­si de sup­port à une re­ven­di­ca­tion au­tour de la ré­ha­bi­li­ta­tion des fu­sillés pour l’exemple, ces sol­dats exé­cu­tés pour avoir re­fu­sé de mon­ter au front, dé­truits phy­si­que­ment par des mois de ba­tailles san­glantes et psy­cho­lo­gi­que­ment par les hor­reurs cô­toyées au quo­ti­dien.

La ré­ha­bi­li­ta­tion des mar­tyrs tou­jours à l’ordre du jour

Par­mi eux, les mar­tyrs de Vin­gré, fu­sillés pour l’exemple sur la foi du faux té­moi­gnage d’un lieu­te­nant, dont deux sol­dats ori­gi­naires du Roan­nais, Fran­cisque Du­ran­tet et Jean Blan­chard, re­posent au ci­me­tière d’Am­bierle. « 31 conseils dé­par­te­men­taux, six conseils ré­gio­naux et plus de 2.000 conseils mu­ni­ci­paux ont de­man­dé la ré­ha­bi­li­ta­tion of­fi­cielle de ces sol­dats », in­dique Yan­nick Sy­be­lin, qui pré­cise que la Ville de Riorges a pas­sé le cap cette an­née et que le maire de Ma­bly s’est en­ga­gé à faire cette dé­marche. « Sar­ko­zy et Hol­lande ont re­fu­sé sous la pres­sion des gé­né­raux », es­time­t­il, es­pé­rant que la ré­ha­bi­li­ta­tion des 639 fu­sillés pour l’exemple re­cen­sés pour­ra in­ter­ve­nir dans les pro­chaines an­nées « Cette fin de non­re­ce­voir est scan­da­leuse. Les fa­milles en souffrent en­core ».

Lo­ca­le­ment, la Libre Pen­sée s’est en re­vanche ré­jouie de consta­ter que la Ville de Roanne ve­nait de bap­ti­ser une rue du quar­tier de l’Ar­se­nal du nom des Mar­tyrs de Vin­gré. Et ce sa­me­di 11 no­vembre, à SaintMar­tin­d’Es­treaux (*), c’est sur la place des Mar­tyrs de Vin­gré ­ an­cien­ne­ment place de l’église ­ que se dé­rou­le­ra le ras­sem­ble­ment pa­ci­fiste, après la fin de la com­mé­mo­ra­tion of­fi­cielle. ■

(*) Sa­me­di 11 no­vembre, la cé­ré­mo­nie se­ra pré­cé­dée de l’as­sem­blée gé­né­rale de l’ALAMPSME. À 11 heures, les par­ti­ci­pants dé­po­se­ront une gerbe sur la tombe de Pierre Mon­not, maire de SaintMar­tin­d’Es­treaux à l’ori­gine de la créa­tion du mo­nu­ment pa­ci­fiste, avant la cé­lé­bra­tion de­vant le­dit mo­nu­ment.

« Il y a 100 ans, en 1917, les mas­sacres conti­nuaient. » YAN­NICK SY­BE­LIN. Libre Pen­sée, groupe de Roanne.

SAINT-MAR­TIN-D’ES­TREAUX. Les trois pan­neaux du mo­nu­ment aux morts portent des ins­crip­tions pa­ci­fistes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.