À Pra­dines, les can­di­dats à la re­prise du mul­ti­ser­vices se bous­culent

Le Pays Roannais (Roanne) - - Vie Régionale L'actu - Lau­rie Lyo­thier

Dix-huit offres de re­prise ont été étu­diées par la mu­ni­ci­pa­li­té de Pra­dines pour le mul­ti­ser­vices du cen­tre­bourg, fer­mé de­puis le 8 sep­tembre der­nier. « La quan­ti­té ne fait pas la qua­li­té », tem­père pour­tant le maire, Ga­briel Des­brosse.

Lui au­rait presque pré­fé­ré « quatre ou cinq offres, mais des bonnes ! ». De ré­gion pa­ri­sienne ou de Rhône­Alpes, plus de 18 offres sont par­ve­nues sur le bu­reau du maire de Pra­dines. De quoi lais­ser la pos­si­bi­li­té de « pro­cé­der par éli­mi­na­tion », comme l’ont fait les conseillers mu­ni­ci­paux, rap­porte Ga­briel Des­brosse.

Le pre­mier ma­gis­trat « avait fait ap­pel, avec le pre­mier ad­joint, à TF1 et SOS Vil­lages ». Cet ou­til de pu­bli­ca­tion d’an­nonces a per­mis à huit can­di­dats à la re­prise de pos­tu­ler. « Presque la moi­tié des can­di­da­tures », in­siste le maire. Autre moyen, le Site de proxi­mi­té a of­fert ses conseils tech­niques à l’équipe mu­ni­ci­pale.

Dans la sé­lec­tion qui a dû être réa­li­sée, cer­tains dos­siers n’ont pas re­te­nu l’at­ten­tion dès le dé­but. Beau­coup pro­ve­naient de per­sonnes dé­si­reuses de chan­ger de mé­tier. Mais « on ne s’im­pro­vise pas com­mer­çant, ser­monne Ga­briel Des­brosse. Cer­ tains ne s’ima­ginent pas le tra­vail qu’il faut four­nir. Ce n’est pas du 35 heures par se­maine, mais plu­tôt du 70 heures. »

Cri­tères d’exigence

« La quan­ti­té ne fait pas tou­jours la qua­li­té », se­lon lui. D’au­tant que la mu­ni­ci­pa­li­té, qui a vu dé­fi­ler deux gé­rants en à peine plus d’un an dans le bar­res­tau­rant­épi­ce­rie res­té fer­mé du­rant six mois, a res­pec­té des cri­tères qui lui étaient chers. « Nous avions créé une par­tie res­tau­ra­tion (d’une ca­pa­ci­té maxi­male de 40 à 50 cou­verts, N.D.L.R.), dont les tra­vaux se sont ache­vés en 2015 et que les gé­rants suc­ces­sifs n’ont pas su mettre en avant. On vou­lait donc trou­ver quel­qu’un qui puisse dé­ve­lop­ per cette ac­ti­vi­té­là, qui soit is­su du mé­tier et, si pos­sible, qui connaisse le vil­lage. »

De l’exigence, donc. Mais l’élu es­père que, cette fois, « le com­merce tien­dra ». La com­mune ayant beau­coup in­ves­ti dans les ré­cents tra­vaux et étant pro­prié­taire des murs, du ma­té­riel de cui­sine, du fonds de com­merce et de la li­cence IV. Un chal­lenge que s’ap­prêtent à re­le­ver les deux as­so­ciés, un homme et une femme, choi­sis pour re­prendre le mul­ti­ser­vices, dont la ré­ou­ver­ture de­vrait in­ter­ve­nir en dé­but d’an­née pro­chaine. Leur pro­fil se­ra dé­voi­lé à l’is­sue du pro­chain conseil mu­ni­ci­pal, le 14 no­vembre, où se­ra va­li­dée leur dé­si­gna­tion. ■

« On ne s’im­pro­vise pas com­mer­çant »

PHO­TO D’ILLUSTRATION F. R.

ATOUT. À Pra­dines, où le bourg ac­cueille aus­si une bou­lan­ge­rie-pâ­tis­se­rie, le mul­ti­ser­vices a l’avan­tage de pro­po­ser éga­le­ment de la res­tau­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.