Le dif­fi­cile re­tour du bran­car­dier

Après l’ar­mis­tice, Clau­dius Goutorbe, in­fir­mier, re­vient au Mé­nard, à Saint­Jean­Saint­Mau­rice

Le Pays Roannais (Roanne) - - Il y a 100 ans... l' Armistice - Ca­mille Za­kar ca­mille.za­kar@cen­tre­france.com C. Z

Clau­dius Goutorbe était bran­car­dier du­rant la Pre­mière Guerre mon­diale. Après être tom­bé dans le co­ma suite à un tir d’obus, il se ré­veille et dé­couvre que la guerre est ter­mi­née. Ray­mond, son fils, livre un té­moi­gnage poi­gnant.

La Grande Guerre a mar­qué à ja­mais la fa­mille Goutorbe, au ha­meau du Mé­nard à SaintJean­Saint­Mau­rice. C’est donc avec une grande émo­tion que Ray­mond Goutorbe évoque son his­toire fa­mi­liale.

Son père, Clau­dius, a 20 ans lors­qu’il ef­fec­tue son ser­vice mi­li­taire dans un ré­gi­ment en tant que bran­car­dier, en 1912. Deux ans plus tard, il est mo­bi­li­sé et part au front jus­qu’en 1918.

« Vous sa­vez, je n’ai plus

Cette pho­to­gra­phie a ser­vi de carte pos­tale. Clau­dius, deuxième à gauche et as­sis, écri­vait à sa soeur, Fran­cine, en fé­vrier 1914. Il ne sait pas en­core que la guerre se­ra bien­tôt dé­cla­rée. Il est alors en ser­vice mi­li­taire et an­nonce qu’il se­ra de per­mis­sion pour Pâques.

beau­coup de sou­ve­nirs, mais je sais com­ment mon père a été bles­sé », confie Ray­mond.

« Avec un ca­ma­rade, ils ont es­sayé de sor­tir un RAY­MOND GOUTORBE. Fils de Clau­dius Goutorbe.

mu­let qui était en peine dans une ri­vière. Ils ont été tou­chés par un tir d’obus et puis, plus rien », ex­plique le Jean­mau­ri­çois, mi­mant le choc as­sour­dis­sant qui a plon­gé son père dans le co­ma du­rant trois mois.

Lorsque Clau­dius se ré­veille dans une école trans­for­mée en dis­pen­saire à Ne­vers, il dé­couvre que la guerre est ter­mi­née. Sou­la­gé, il rentre au Mé­

nard, à Saint­Jean­SaintMau­rice, mais dé­couvre que beau­coup de ses ca­ma­rades n’ont pas sur­vé­cu aux com­bats.

Des dom­mages col­la­té­raux

Le père de Ray­mond s’in­ves­tit alors dans la ferme de ses pa­rents, puis se ma­rie avec Ma­rie Col­let, ori­gi­naire de Cre­meaux. En­semble, ils ont Marcelle, en 1926, et Ray­mond, né en 1928.

Ce der­nier évoque, bou­le­ver­sé, les trau­ma­tismes psy­cho­lo­giques de son père : « Il y a des jours où il n’était pas bien, il avait des ab­sences… »

Chez les Goutorbe, la guerre a éga­le­ment tou­ché Fran­cine, l’une des soeurs de Clau­dius : « Ma tante a per­du son fian­cé, mort au front. Tous les 11 no­vembre, elle pleu­rait sur sa tombe », souffle Ray­mond. La jeune femme, dans son im­mense peine, ne se ma­rie­ra ja­mais. « Elle s’oc­cu­pait de ma soeur et de moi comme si nous étions ses en­fants. »

Par­tir en Afrique du Sud pour fuir

Les Goutorbe se re­mettent peu à peu de la vio­lence de la guerre, même si « il n’y a pas un jour où il (Clau­dius, Ndlr) ne par­lait pas de la guerre ». Chaque an­née, le 11 no­vembre, Clau­dius as­siste aux com­mé­mo­ra­tions : « On priait pour les fa­milles qui avaient per­du leurs hommes », se sou­vient Ray­mond.

En 1939, la Se­conde Guerre mon­diale est dé­cla­rée : « Mon père a d’abord vou­lu par­tir en Afrique du Sud, mais ma tante l’en a em­pê­ché. Il était tel­le­ment tra­cas­sé qu’il a fait im­mé­dia­te­ment des ré­serves de nour­ri­tures ».

« Mon père a dé­cou­vert que la guerre était fi­nie en sor­tant du co­ma. »

Trans­mettre la re­cette du pain pour pré­voir les ra­tion­ne­ments

Ray­mond ra­conte aus­si le be­soin de son père de lui trans­mettre la re­cette du pain : « Il m’a dit : “il faut que tu ap­prennes à le faire”. Alors, la nuit tom­bée, je tra­ver­sais en ca­lèche la fo­rêt et les char­rières en pas­sant par la Croix du Lac pour ame­ner jus­qu’à 200 kg de blé au meu­nier. Puis, on cui­si­nait le pain. »

Mal­grè les sou­ve­nirs dou­lou­reux de son père, souf­frant, Ray­mond aime se re­mé­mo­rer quelques anec­dotes heu­reuses, no­tam­ment les fa­meuses veillées, lors des­quelles ils ou­bliaient les stig­mates de la guerre : « Nous jouions à la be­lote et ma mère cui­si­nait des gaufres et des châ­taignes. Ça sen­tait bon… » ■

LETTRE.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.