Pour­quoi le « Bleuet de France » ?

Le Pays Roannais (Roanne) - - Il y a 100 ans... l' Armistice - J.-P. N.

Au front, les champs, les prés sont ra­va­gés par les obus ; des fleurs conti­nuent à pous­ser et par­fois fleu­rir… La vie plus forte que la boue et la mort.

Les Poi­lus de 1914, en bleu et rouge, voient ar­ri­ver les jeunes de la classe 1915 qui, eux, portent le nou­vel uni­forme bleu ho­ri­zon… Ils se­ront « Les Bleuets » ! Les An­glais, eux, choi­sissent le co­que­li­cot.

En 1925, deux in­fir­mières des In­va­lides, Char­lotte Mal­le­terre et Su­zanne Leen­hardt font confec­tion­ner des fleurs en tis­su, des bleuets, pour re­cueillir des fonds en fa­veur des mu­ti­lés. En 1928, le pré­sident Dou­mergue ac­corde son par­rai­nage pour la dis­tri­bu­tion de ces bleuets, sym­boles de la ré­in­ser­tion, sur la voie pu­blique et l’as­so­cia­tion est of­fi­ciel­le­ment créée.

Ven­du par le Sou­ve­nir fran­çais

En 1935, ce bleuet est ven­du dans toute la France le jour du 11 no­vembre. En 1957, le « Bleuet » passe of­fi­ciel­le­ment sous la res­pon­sa­bi­li­té de l’ONAC (au­jourd’hui ONACVG). Les bé­né­voles du Sou­ve­nir fran­çais conti­nuent, le 1er no­vembre de chaque an­née, à pro­po­ser une vi­gnette au­to­col­lante du « Bleuet de France ». Mer­ci à eux et à la re­gret­tée pré­si­dente du groupe roan­nais, Ma­rie­Jo Au­clair, dis­pa­rue au mois de no­vembre 2017. Comme un sym­bole… ■

BLEUET. Sym­bole de la ré­in­ser­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.