Alz­hei­mer : d’autres thé­ra­pies existent

Mu­si­co­thé­ra­pie, mé­dia­tion ani­ma­lière, art­thé­ra­pie… des al­ter­na­tives au trai­te­ment mé­di­ca­men­teux

Le Pays Roannais (Roanne) - - Vie Régionale L'actu - Lau­rie Lyo­thier lau­rie.lyo­thier@cen­tre­france.com

Une confé­rence est or­ga­ni­sée conjoin­te­ment par la fi­lière gé­ron­to­lo­gique du Roan­nais et France Alz­hei­mer Loire, jeu­di 15 no­vembre à Roanne, afin de sen­si­bi­li­ser le grand pu­blic aux thé­ra­pies non-mé­di­ca­men­teuses dans la ma­la­die d’Alz­hei­mer.

L’an­nonce avait cho­qué une par­tie du corps mé­di­cal et l’en­tou­rage des pa­tients at­teints de la ma­la­die. En juin der­nier, le gou­ver­ne­ment, sui­vant l’avis de la Haute au­to­ri­té de san­té, an­non­çait le dé­rem­bour­se­ment par la Sé­cu­ri­té so­ciale des mé­di­ca­ments dits « an­ti­Alz­hei­mer » dès le mois d’août sui­vant. La rai­son de cette dé­ci­sion ? Tout sim­ple­ment l’ab­sence de bé­né­fice réel par rap­port aux risques en­cou­rus et la mau­vaise to­lé­rance au trai­te­ment.

Une ques­tion se pose alors ra­pi­de­ment : Quelle prise en charge des ma­la­ des d’Alz­hei­mer ? D’où la confé­rence or­ga­ni­sée pro­chai­ne­ment à Roanne par la fi­lière gé­ron­to­lo­gique du Roan­nais et France Alz­hei­mer Loire.

« Dans une si­tua­tion où l’on ne gué­rit pas, il faut faire avec », note sans dé­tour le Dr Jean Roche, à la tête de la fi­lière gé­ron­to­lo­gique. Certes, mais com­ment ? Pour don­ner des élé­ments de ré­ponse, « il nous a sem­blé op­por­tun de sen­si­bi­li­ser le pu­blic, les ai­dants fa­mi­liaux et les soi­gnants à l’ap­port de cer­taines thé­ra­pies », an­nonce­t­il. Par­mi elles, on trouve la mu­si­co­thé­ra­pie, la mé­dia­tion ani­ma­

lière, l’équi­thé­ra­pie, l’aro­ma­thé­ra­pie, etc.

Ai­dants et soi­gnants : « être utile »

La pra­tique de ces ac­ti­vi­tés consiste à « dé­ve­lop­per chez le pa­tient des émo­tions po­si­tives pour di­mi­nuer l’agres­si­vi­té », pour­suit le Dr Roche. Car les troubles du com­por­te­ment, avec la perte de la mé­moire, ap­pa­raissent avec la pro­gres­sion de la leurs sens, peuvent « re­trou­ver confiance ». Cer­tains, qui sont plon­gés dans un pro­fond mu­tisme, « se mettent à par­ler », re­late Da­niel La­chize. Et pour le pré­sident de France Alz­hei­mer Loire, « ces thé­ra­pies sont po­si­tives pour les pa­tients, mais aus­si pour les ai­dants fa­mi­liaux et les soi­gnants ». C’est d’ailleurs à eux que s’adresse la confé­rence or­ga­ni­sée à Roanne pro­chai­ne­ment. Pour leur « don­ner l’im­pres­sion de faire quelque chose qui, à un mo­ment don­né, est utile ». ■

« On ne gué­rit pas, il faut faire avec »

ma­la­die. « On voit des per­sonnes qui ar­rivent à se cal­mer le jour de l’ac­ti­vi­té, mais aus­si les 15 jours sui­vants », constate le pra­ti­cien, qui pré­co­nise de s’« adap­ter en fonc­tion du mé­tier exer­cé au­tre­fois » par le pa­tient, s’ap­puyant sur l’exemple d’un an­cien agri­cul­teur sa­chant maî­tri­ser les che­vaux.

Ces pa­tients, au contact d’ani­maux, en jouant de la mu­sique, en sti­mu­lant

IL­LUS­TRA­TION F. JAUL­HAC

AC­TI­VI­TÉ. La mé­dia­tion ani­ma­lière fait par­tie des pra­tiques fa­vo­ri­sant l’apai­se­ment des per­sonnes at­teintes d’Alz­hei­mer.

L. L.

REN­CONTRE. La confé­rence est pro­po­sée par la fi­lière gé­ron­to­lo­gique, ani­mée par le Dr Jean Roche (2e de­puis la gauche) ,et France Alz­hei­mer Loire, pré­si­dée par Da­niel La­chize (3e).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.